Samedi 03 décembre 2022

Société

Kanyosha : Les câbles électriques mal fixés inquiètent

06/11/2018 Commentaires fermés sur Kanyosha : Les câbles électriques mal fixés inquiètent
Kanyosha : Les câbles électriques mal fixés inquiètent
Les fils électriques sont descendus par endroits plus bas.

Les câbles électriques de la Regideso, notamment celle de la tension de 6600 volt, se sont rabaissés dans plusieurs endroits de la zone Kanyosha en mairie de Bujumbura. Les habitants craignent des incidents d’électrocution.

Ils sont par endroits à moins de deux mètres du sol. A la hauteur de celle des portes des maisons d’habitation. «La situation est telle depuis des semaines», indiquent les habitants rencontrés au quartier Musama ce lundi 5 novembre. Ils déplorent la «passivité de la Regideso qui en est pourtant au courant».

Thierry Irankunda, dont l’habitation se trouve sur la rue Ruvyironza, tire la sonnette d’alarme. «Que la Regideso dépêche, dans les meilleurs délais, une équipe pour refaire ces installations. Sinon, le risque est grand surtout pour les enfants». A cette avenue, le fil conducteur de 6600v s’est rabaissé.

Les enfants sont les plus exposés. Ils ignorent le danger que constituent ces câbles. «Du coup, s’ils les touchent et que par exemple il y a des fils qui ne sont pas couverts, ils pourront être électrocutés».

J.K, un autre habitant, indique que certains poteaux sont pourris. Ainsi, à la suite d’une pluie mêlée du vent, ils peuvent tomber par terre et causer des dégâts. «Il y en a qui étaient tombés dernièrement, il n’y a pas eu heureusement de perte de vies humaines».

Pour lui, le pourrissement de ces poteaux est à l’origine du rabaissement des fils. Il appelle la Regideso à intervenir le plus vite possible.

Joint par téléphone, le directeur en charge de l’électricité à la Regideso promet que ce problème sera plus vite résolu. «Nous n’étions pas au courant».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Vaciller mais avancer

Pour un journaliste, savoir que son travail est accessible à ses auditeurs, ses lecteurs ou téléspectateurs est très important. Pendant plus de cinq ans, on nous lisait comme par effraction. Pour rappel, depuis le 10 octobre 2017, les lecteurs d’Iwacu (…)

Online Users

Total 1 529 users online