Vendredi 19 avril 2024

Société

Kabarore : La population dit non à linstrumentalisation du passé

28/02/2024 Commentaires fermés sur Kabarore : La population dit non à linstrumentalisation du passé
Kabarore : La population dit non à linstrumentalisation du passé
Les habitants de la commune Kabarore exigent un pays apaisé et stable

Le Burundi a connu des dates sombres. Des familles ont été endeuillées. Certaines personnes peuvent sen servir socialement, politiquement ou ethniquement pour semer les divisions. Les habitants de la colline Jene en commune Kabarore, province de Kayanza sopposent à toute manipulation du passé. Pour eux, lunité et la cohabitation pacifique doivent être consolidées.

Selon Benoît Coyitungiye, 44 ans, les violences connues pendant les périodes sombres de lHistoire du Burundi ont détruit le tissu social. Dans certaines familles, les traumatismes sont encore vivaces. « Les proches des victimes pointent souvent du doigt les membres des familles considérées comme bourreaux. Ils disent, voilà ceux qui ont tué nos parents. Ils ont pillé et brûlé nos maisons »

Il déplore le fait que certains dirigeants n’ont pas joué leur rôle de rassembleurs. Ils ont été partiaux. Avec la complaisance face à un groupe ethnique donné, appeler à la haine et à l’extermination amène des conséquences fâcheuses. « La méfiance, les suspicions et les divisons sintensifient. Si rien nest fait, le pays sombre dans l’horreur ».

Même lecture chez Michel Nsengiyumva, 44 ans. Il a entendu la narration des faits historiques violents depuis son jeune âge. Il sagit des histoires sur les massacres de 1972, 1988 et 1993 qui ont emporté des vies. « Cette horreur nous a affectés. On comprenait mal comment des gens ont décidé de tuer les autres sans raison. Quand on entend que les membres dune telle famille ont été décimés, on se sent touché ».

Il fait remarquer que des formations et des séances de sensibilisation ont été organisées pour comprendre lorigine des divisions ethniques. Ils ont constaté que les divisions sont luvre des Blancs pendant la colonisation. « Les divisions ethniques ne sont basées que sur la mauvaise compréhension et interprétation des faits. On ne devrait pas se haïr sans raison ».

Dénoncer les extrémistes

De son côté, Geneviève Iradukunda, 25 ans, dit navoir jamais entendu des propos divisionnistes basés sur le passé douloureux dans son entourage. « Nous vivons dans la paix sans guerre ni violences. La région est stable. Pas de divisions dues aux événements tragiques du passé. Nous vivons dans l’harmonie. Notre commune et notre zone sont stables », témoigne-t-elle.

Elle craint que linstrumentalisation des faits violents du passé ne fasse resurgir les divisions ethniques. Elle appelle ses compatriotes à sabstenir de tout acte de méfiance, de suspicion et de violence. « J’invite mes compatriotes à dénoncer les extrémistes qui sèment la haine et la zizanie ».

Selon Josias Nsabimana, secrétaire exécutif permanent de la commune Kabarore, à l’approche des élections, les messages violents et haineux deviennent monnaie courante. Et de préciser que « les divisions basées sur le passé douloureux peuvent exister. C’est surtout lors des échéances électorales. Des gens distillent des informations divisionnistes pour atteindre leurs intérêts. Après les élections, la situation redevient normale » Les échéances électorales ne devraient pourtant pas être différentes des périodes normales.

Les politiciens, poursuit-il, sillonnent les communes et les collines pour battre campagne. « Leurs propos peuvent construire ou détruire le pays. Des efforts sont fournis pour préserver la cohésion sociale. Des réunions et des travaux de développement communautaire sont organisés pour sensibiliser la population à la cohésion sociale. Nous les appelons à la retenue, à l’unité et la préservation de la cohabitation pacifique. Ils ne doivent pas être manipulés ».

Josias Nsabimana explique que ladministration ne tolère pas les auteurs des messages haineux. Quand ces messages sont propagés et quils parviennent dans loreille de lautorité, des enquêtes sont ouvertes. Ceux qui sen rendent coupables sont jugés et punis conformément à la loi.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Déceptions

Par Léandre Sikuyavuga Menaces, calculs ou pur suivisme ? L’Assemblée nationale vient d’adopter presque à l’unanimité le projet du Code électoral. Seuls deux députés ont émis leurs objections. Ce Code qui va régir les prochaines élections avait pourtant suscité moult réactions (…)

Online Users

Total 3 257 users online