Mardi 21 septembre 2021

Économie

Gitega : Ils pointent une mauvaise distribution des stands

23/12/2020 Commentaires fermés sur Gitega : Ils pointent une mauvaise distribution des stands
Gitega : Ils pointent une mauvaise distribution des stands
Vue partielle au milieu du marché central de Gitega.

Les commerçants du marché central de Gitega affirment qu’ils accusent d’énormes pertes pour la destruction de leurs kiosques indexés d’être dans des périmètres réservés aux passage des camions des sapeurs-pompiers. Pour certains, ils ont été installés là sous la bénédiction des autorités compétentes.

Dans différents coins du marché central de Gitega, l’heure est à la démolition des kiosques en fer construits à coup des millions. Interviewés, les commerçants parlent de deux mesures majeures. Ils indiquent que les places qu’ils occupent sont reconnues par l’administration du marché et la commune qui gèrent ce marché. Selon eux, qui ont gardé l’anonymat, nombreux d’entre eux sont dans ces stands depuis 5 ans voire même plus. « J’ai été obligé de m’installer ici après que mon ancienne place a été attribuée à une autre personne qui n’est même pas commerçant », déplore N. Pour cette dame qui indique avoir perdu sa place après la réhabilitation du marché central de Gitega, la situation dans laquelle elle se trouve résulte des magouilles opérées par un groupe de gens bien placés dans l’administration. Elle fait savoir qu’elle a tenté plusieurs démarches pour récupérer son ancienne place mais en vain.

« J’avais une place dans la partie couverte et sur la voie principale ce qui a suscité des convoitises. J’ai construit un kiosque en fer pour plus d’un million, j’ai une autorisation signée par le commissaire du marché, je paie les taxes et j’ai un numéro reconnu par la commune mais voilà aujourd’hui ils viennent me dire que je suis dans l’illégalité », regrette-t-elle.

D’après ces commerçants qui sont obligés de reconstruire à nouveau leurs kiosques, les dimensions de la place des stands ont diminué considérablement.

« Notre travail est de protéger le marché ! »

Selon la plupart de commerçants œuvrant dans ce marché central, l’heure n’est plus aux discussions inutiles. Mais plutôt à l’application des mesures strictes contre des incendies éventuels. Pour eux, l’important n’est plus de chercher le plus coupable dans la mesure où ils ont été témoins de ce qui s’est passé au marché de Kamenge à Bujumbura mairie où la plupart des commerçants ont perdu toutes leurs marchandises dans l’incendie. P. est vendeur des ustensiles de cuisine. Ce père de famille ne soutient pas les personnes qui étaient censées gérer le marché mais il ne veut pas non plus que le désordre règne dans ce milieu qui fait vivre toute sa famille. Selon lui, ce qui est fait est fait, il faut regarder vers l’avenir. Quant aux services de la protection civile, la réponse est claire et précise. « Nous ne permettrons jamais que l’irréparable se réalise alors que notre objectif est de protéger les biens des citoyens. Ils doivent réserver le passage de nos camions comme il était planifié avant même la reconstruction de ce marché », ordonne OPC2 Daniel Nankwahafi, coordinateur provincial de la police pour la protection civile. Pour lui, les mesures de prévention doivent être appliquées à la lettre , pour que ses engins circulent sans entraves dans tous les sens du marché.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 136 users online