Samedi 20 juillet 2024

Société

Gatumba : L’eau potable, une denrée presqu’inexistante

09/02/2024 Commentaires fermés sur Gatumba : L’eau potable, une denrée presqu’inexistante
Gatumba : L’eau potable, une denrée presqu’inexistante
Les gens peuvent passer deux semaines sans eaux des robinets

Dans la zone Gatumba de la commune Mutimbuzi dans province de Bujumbura, on assiste à une pénurie d’eau de la Regideso. La population se plaigne du manque d’eau potable car elle utilise des eaux impures et craigne le pire.

Nous sommes dans le quartier Muyange de la zone de Gatumba. Une longue file de gens s’observe avec des milliers de bidons en attente d’être servis d’eau sur les différents points de distribution par robinets publics ou privés.

Des bagarres éclatent parfois sur ces files d’attente pour tenter d’être servi le premier même si on n’est pas nécessairement le premier arrivé.

Ce qui énerve souvent, c’est qu’il y a certains quartiers de la zone qui passent plusieurs mois sans avoir de l’eau de la Regideso alors que les autres en ont. Autre bizarrerie, des robinets publics peuvent être approvisionnés en eau alors que des robinets privés de juste à côté en manquent.

Face à cette situation, la population de Gatumba réagit différemment selon les catégories sociales. Ceux qui ont des moyens suffisants pour louer des taxis vélos s’approvisionnent par exemple en eau à partir de la localité de Kajaga. Le prix d’un bidon de 20 l d’eau varie entre 500 et 1 000 FBu selon la distance parcourue pour puiser.

Une dame du quartier raconte : « Nous sommes fatigués de ce manque d’eau. Nous pouvons même passer deux semaines sans eau potable. Mais comment faire avec nos enfants ? Dernièrement, il y a eu des cas de choléra qui se sont déclarés chez ma voisine. Nous avons ainsi peur que nos enfants ne tombent malades. Nous demandons à la Regideso qu’elle nous donne l’eau potable régulièrement ».

La population qui n’a pas de moyens suffisants utilise l’eau de pluie, l’eau du lac Tanganyika ou l’eau de la rivière Rusizi pour ceux qui habitent tout près de cette dernière, avec des risques de maladies causées par le manque d’hygiène. D’autres préfèrent utiliser l’eau dite « Amajorojeka », une eau qui est pompée du sous-sol par des dispositifs mécaniques installés dans certains quartiers de la localité de Gatumba.

Certains agents de la Regideso qui habitent à Gatumba disent qu’ils pratiquent le délestage parce que la quantité d’eau est faible si bien qu’elle ne peut pas satisfaire une population de plus en plus croissante de la localité.

L’Etat devrait déployer de gros efforts en vue de disponibiliser l’eau potable à toute sa population.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 3 106 users online