Politique

Des jeunes « rebelles » libérés grâce à la CNIDH

23/10/2015 Rénovat Ndabashinze 0
Pour Ernest Nyabenda, aucun cas de torture jusqu’à maintenant dans les cachots du SNR
Pour Ernest Nyabenda, aucun cas de torture jusqu’à maintenant dans les cachots du SNR

Treize jeunes hommes présumés rebelles gardés au SNR (Service National de renseignements) ont été présentés à la presse par la Commission nationale indépendante des droits de l’Homme ce vendredi 23 octobre après leur mise en liberté.

Ernest Nyabenda, Secrétaire exécutif et porte-parole de la CNIDH a indiqué que ces gens étaient depuis un certain au cachot du SNR. Ils se sont rendus aux forces armées congolaises qui les ont confiés à leur tour, aux services secrets burundais.

Ces jeunes affirment avoir participé dans des formations paramilitaires, ils étaient dans les rangs du groupe rebelle d’Aloys Nzabampema. «Ayant constaté que la vie devenait de plus en plus intenable, j’ai décidé de me rendre», témoigne l’un d’entre eux, 16 ans. Il est natif de la commune Gitobe, en province Kirundo. Ce jeune homme a été conduit en RDC par de gens qui lui promettaient du travail chez un éleveur. Et puis, il s’est retrouvé dans les rangs des rebelles. Il venait d’y passer presque un mois.

Interrogé sur le traitement lui réservé dans les cachots du SNR, ces jeunes sont restés muets. De son côté, Ernest Nyabenda, dira que jusqu’aujourd’hui, cette commission n’a enregistré aucun cas de torturé dans les cachots du SNR. Aucune plainte aussi. A ceux qui accusent certains policiers d’enlever les gens, qui, le lendemain, sont retrouvés morts, la commission demande d’attendre les résultats des enquêtes.

Il faut noter que ces treize personnes sont originaires des provinces Bubanza, Makamba, Kirundo et Ngozi.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a annoncé aux hauts responsables du ministère la tolérance zéro à quiconque se rendra coupable de la corruption et de la criminalité, priorité du gouvernement. Il a aussitôt joint l’acte à la (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 288 users online