Société

Couvre-feu à Makamba : A 22h, pas une bière de plus

09/07/2019 Jérémie Misago Commentaires fermés sur Couvre-feu à Makamba : A 22h, pas une bière de plus
Couvre-feu à Makamba : A 22h, pas une bière de plus
Un des bistrots sur la route Makamba-Kayogoro, devant la paroisse catholique de Makamba.

L’administration de Makamba arrête un couvre-feu. Les bistrots du chef-lieu de la province doivent fermer à 22h00. Propriétaires et clients dénoncent une décision arbitraire et injuste.

Il est 16h, lundi 24 mai.  Dans la fraîcheur  du soir, plusieurs bistrots sont ouverts dans  différents coins du chef-lieu de la province Makamba. Ceux qui  rentrent  du  travail se  retrouvent  autour d’un verre. L’heure est aux grillades de viande de chèvre ou de bœuf. Des bistrots sont bondés. L’ambiance est bon enfant.  Les clients sont assis en petits groupes pour bavarder. Le couvre-feu de 22h reste sur toutes les lèvres.

Une décision de l’administration est tombée  comme un couperet le 18 juin 2019 : désormais  tous les bistrots  doivent fermer à 22h00. Joseph Ntungwanayo, administrateur communal de Makamba menace : quiconque enfreindra cette mesure, sera puni conformément à la loi. Cette décision, dit-il, vise  à préserver la sécurité dans ce centre qui ne cesse de s’agrandir. Une autre motivation serait un appel à la responsabilité sociale des vendeurs et  consommateurs de la bière. Ici le vendeur et les clients sont mis dans le même sac.

«Il est irresponsable de passer toute la nuit au bistrot.  C’est un gaspillage des ressources familiales», explique Joseph Ntungwanayo, administrateur de la commune          Makamba. Par ailleurs, cet administratif fait savoir que cette mesure vise   aussi à préserver la force du travail du lendemain. Car, enchaîne-t-il,  celui qui a passé toute la nuit à s’enivrer ne peut pas vaquer normalement à ses activités.

 « C’est une décision unilatérale et injuste »

Pour les  tenanciers des cabarets, cette mesure est un coup dur pour leur commerce. M. K., gestionnaire d’un bistrot des produits Brarudi sur la route Makamba-Mabanda, communément appelé « Kubuyezi », n’en revient pas : « C’est une décision unilatérale et injuste dont on ignore les visées.» Pour lui, la décision en soi n’a pas raison d’être au moment où la paix et la sécurité sont une réalité.  « Nous devrions travailler 24 sur 24 h pour être compétitifs dans  l’EAC».  Il appelle les autorités  à lever cette mesure qui met à mal le commerce, afin de les laisser travailler tranquillement.

Selon un serveur du bar situé en face de la paroisse catholique de Makamba, les bistrots ouvrent d’habitude à 12h. Entre 20h et 22h, c’est l’affluence des clients. «  Il devient alors difficile de refouler un client qui a déjà pris place. C’est mettre notre commerce en danger», se lamente ce jeune homme.

Même son de cloche pour un rôtisseur  au snack-bar  Makamba Paradise, qui abrite parfois des  karaokés et concerts. Cette décision, dit-il,  a  été un coup dur.  Il croit  que  leur commerce sera fortement affecté. « Nous  perdrons  nos clients, la plupart viennent pour passer des soirées dansantes. » L’air désespéré, il fait savoir qu’ils se sont pliés à cette mesure.  « A 21h30 les portails sont fermés pour ne pas se faire avoir.»

Une autre catégorie d’habitants s’inscrit en faux contre cette mesure. Les amateurs du ballon rond. Ces derniers  ont l’habitude d’assister au foot en décapsulant une bière.  Pour cette coupe d’Afrique des Nations, il  y a eu des aménagements dans certains bistrots, souffle un jeune adolescent, afin de bien suivre des matches  qui peuvent dépasser l’heure de fermeture décidée par les autorités « Après la CAN, tous se  soumettront à la volonté   des autorités administratives».

Les tenanciers des bistrots ne sont pas les seuls à se lamenter. Les clients ne cachent pas leur indignation. « C’est un moment propice pour se divertir et oublier le stress du travail et nous sommes déstabilisés par la police», se désole Joseph Bigirimana, un trentenaire. Et d’ironiser aussitôt: « L’administration ne croit même plus en la paix et la sécurité  qu’elle vante toujours. »

Abu Mohamed, un jeune du quartier Swahili, lui explique qu’il serait « suicidaire » de se promener aux environs de 21h compte tenu d’un nombre impressionnant des policiers dans les rues.

La décision a déjà fait des victimes

Un jour avant que la décision ne soit  prise par l’administrateur, des individus ont été arrêtés et incarcérés.

Valentine Niyonzima, l’une d’elles,  vend  de la bière locale dans un bistrot se trouvant dans le quartier Rugarama.  Tout a commencé le lundi 17 juin, à 21h 30, raconte-t-elle  en larmes. « J’attendais  le boutiquier chez qui je conserve mes bidons de boissons. Aussitôt le véhicule du commissaire provincial est arrivé. Aucun client n’était  au cabaret. Ce dernier a embarqué de force tous ceux qui s’y trouvaient. Du coup, il  commença à nous tabasser …»

Elle déplore  d’avoir été tabassée et incarcérée arbitrairement alors que le Burundi est un Etat de droit. Après 24h, au cachot de la police sans interrogatoire, les tenanciers  des bistrots ont été infligés d’une amende de 20mille BIF tandis que les autres ont payé 10 mille. « La décision du lendemain  est venue pour légitimer l’injustice dont nous avons fait l’objet», considère la quinquagénaire.

Joseph Ntungwanayo : « L’administration ne veut pas bloquer les vendeurs et les consommateurs de boissons, mais plutôt les rappeler à la responsabilité.»

Joseph Ntungwanayo, administrateur de Makamba, balaie toutes ces accusations. Il rassure et rappelle que la décision n’est pas nouvelle : « Ce n’est qu’un rappel, car les gens commençaient à exagérer.» Pour lui, l’administration ne veut pas  bloquer les vendeurs et les consommateurs de boissons, mais plutôt les rappeler à la responsabilité.

Face aux  inquiétudes  suscitées par cette décision  dans une  localité en sécurité, M.  Ntungwanayo s’explique: « Quand la paix et la sécurité est une réalité, les malfaiteurs en profitent pour accomplir leur sale besogne. Nous devons être vigilants».

Pour  les policiers observés  dans les rues du chef-lieu de la province, surtout la nuit, l’administrateur communal tranquillise, « c’est leur travail de routine cela ne devrait inquiéter personne».

Pour toute personne lésée, M. Ntungwanayo se veut clair : « elle n’a qu’à saisir les autorités compétentes 

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Plaidoyer pour le « vivre ensemble »

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Plaidoyer pour le « vivre ensemble »

A chaque fois qu’Iwacu publie des articles sur l’intolérance politique, il reçoit des remontrances, des reproches, voire des avertissements  de la part de certaines autorités. Entre autres reproches : « Vous instrumentalisez le sentiment de violence, vous dramatisez la situation, vous mettez (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 197 users online