Vendredi 01 mars 2024

Économie

Construction des entrepôts pétroliers : Une solution à la pénurie récurrente de l’or noir ?

22/03/2023 Commentaires fermés sur Construction des entrepôts pétroliers : Une solution à la pénurie récurrente de l’or noir ?
Construction des entrepôts pétroliers : Une solution à la pénurie récurrente de l’or noir ?
Abrahim Uwizeye, ministre de l’Energie et le représentant de la société « Excel Astra Engineering & Construction LLC », lors de la signature du mémorandum d’entente

Le gouvernement a signé un mémorandum d’entente avec l’entreprise émirati pour la construction des entrepôts pétroliers dans 6 provinces du pays. D’aucuns s’interrogent si c’est une solution pour juguler les pénuries répétitives observées dans le pays. Coup de projecteur.

Mercredi 1er mars, le gouvernement du Burundi représenté par le ministre de l’Energie, Ibrahim Uwizeye a signé un mémorandum d’entente avec l’entreprise émirati « Excel Astra Engineering & Construction LLC » pour la construction des entrepôts pétroliers.

Ces sites seront construits dans les provinces de Rumonge, Makamba, Gitega, Cankuzo, Ngozi et Cibitoke. Aucun détail sur le coût du projet, ni les délais d’exécution, n’ont été annoncés au public.

Le Conseil des ministres l’avait décidé dans sa session du 22 février pour « juguler la pénurie du carburant » qui persiste depuis presque une année. Il a reconnu un dysfonctionnement dans la gestion du secteur pétrolier caractérisé par l’irrégularité de l’approvisionnement.

Cette situation entraîne l’insuffisance du carburant dans les stations-services. « Ces difficultés d’approvisionnement en carburant ont un impact sur la fluctuation des prix vers la hausse de tous les produits vitaux ».

Faciliter l’approvisionnement

Selon le Conseil des ministres, le grand souci du gouvernement est d’ériger en urgence ses propres entrepôts sur certains sites jugés stratégiques sur tout le territoire national, afin que les consommateurs puissent facilement s’approvisionner en carburant. Il a également recommandé d’éviter de donner à un investisseur l’exclusivité de l’importation des produits pétroliers.

Aujourd’hui, c’est la Régie de production et de distribution d’eau et d’électricité, (Regideso) qui importe et distribue également du carburant pour le compte du gouvernement. Elle utilise les entrepôts du parc pétrolier de Gitega, suite à une convention signée avec la société Interpetrol.


Réactions

Gabriel Rufyiri : « Le projet est bénéfique mais risque d’être un éléphant blanc. »

« Nous avons des pénuries récurrentes et des conséquences sont graves au niveau économique ». Selon lui, cette pénurie est liée à trois points principaux. Il parle notamment de la carence des devises, un manque de planification et un manque d’experts et de leader pour tout canaliser.

Pour Gabriel Rufyiri, le projet est bénéfique mais risque d’être un éléphant blanc. Il n’a pas été étudié par des experts internationaux. « Le Conseil des ministres en principe devrait travailler sur des analyses et avis des différents experts pour avancer sur un chemin bien tracé et éclairé ».

Cet activiste dans la lutte contre la corruption fait savoir que le gouvernement veut faire du Burundi un centre de distribution des produits pétroliers dans la sous-région.

Selon les projections du gouvernement, ajoute M. Rufyiri, le carburant consommé au Burundi sera acheté en BIF. Et celui destiné à la sous-région sera vendu en devises. « Le projet a-t-il été bien étudié ? Des experts internationaux y ont travaillé pour savoir sa faisabilité, efficacité et efficience ? Mais sans contribution des experts, on va stagner ».

Pour le président de l’Olucome, le Burundi fait face à une crise de leadership. Il parle de mémorandums d’entente, de conventions et contrats qui n’ont jamais été exécutés. Il cite notamment le projet de la reconstruction de l’ancien marché central de Bujumbura, l’exploitation du Nickel de Musongati, le projet de construction de l’aéroport de Bugendana et bien d’autres.

Pour avancer, recommande M. Rufyiri, il faut mettre à contribution les experts. Citant Sénèque, le philosophe romain, il explique qu’il n’y a pas de voie favorable à celui qui ne connaît pas son port.« Des experts mettent en application les propositions des leaders. Mais, au Burundi, on ne peut pas différencier qui est leader et celui qui ne l’est pas. Chacun veut tout faire », se désole-t-il.

Prosper Niyoboke : « Un projet salutaire, mais il faut des mesures d’accompagnement. »

Pour Prosper Niyoboke, économiste et professeur d’universités, pallier la pénurie du carburant suppose des solutions aux questions conjoncturelles et structurelles.

La construction des stocks stratégiques est salutaire, se réjouit-il, car, elle apporte des solutions durables aux questions structurelles de pénurie de carburant. « C’est un projet qui doit être accompagné par d’autres mesures ».

Pour le moment, les stocks de carburant disponibles sont vides pour deux raisons. Il parle de la pénurie de devises et la crise russo-ukrainienne ayant causé les perturbations sur l’approvisionnement, quoique le Burundi ne s’alimente pas à partir de ces deux pays.

Cette crise a eu, dit-il, un impact sur la chaîne d’approvisionnement. « Cela a occasionné des comportements de rationnement de distribution et la variation à la hausse des prix ».

Pour cet économiste, les facteurs des situations de pénurie étant en partie exogènes, ils ne doivent pas empêcher des projections aux solutions durables.
« La question de pénurie est gérée avec un paquet de mesures palliatives connaissant quelques embûches. Quelques problèmes de responsabilisation des maillons à la chaîne d’approvisionnement avec une sorte de dualité entre public (REGIDESO) et privé (autres pétroliers) ».

Prosper Niyoboke explique que les solutions aux questions conjoncturelles nécessitent une certaine lucidité et un leadership pour permettre une alimentation sans coupure.

Il propose un dialogue et un accès équitable pour les pétroliers au peu de devises disponibles. Et de recommander : « Il faut se prévenir contre des risques imminents pouvant surgir avec des péripéties géopolitiques et géostratégiques ».

Excel Astra Engineering & Construction LLC se définit comme une société intégrée de sous-traitance pétrolière et gazière fournissant des services d’ingénierie, d’approvisionnement et de construction aux principaux fournisseurs d’énergie nationaux et aux entrepreneurs internationaux desservant les industries pétrolière et gazière, pétrochimique et énergétique des Emirats Arabes Unis.Sa présence sur le marché est définie par son engagement envers l’efficacité, la durabilité et la satisfaction du client. Grâce à son expérience exclusive et à notre équipe multidisciplinaire, notre marché est large, afin de fournir un service de qualité solide et ciblé. Son équipe, avec une connaissance complète et approfondie des processus, des technologies et de la disponibilité des ressources, profitera à tout client en quête d’excellence.

« Nos équipes de gestion de projet exécutent tous les projets de manière efficace, en respectant les objectifs les plus stricts en matière de sécurité, de qualité, de coût et de délai. Grâce à notre expertise, nous offrons un large éventail de compétences en ingénierie et en gestion de projet au service de nos clients ».
L’entreprise dit apprécier la réputation internationale de livrer chaque projet et service qu’il entreprend avec des normes élevées de qualité, d’engagement, de fiabilité et de rapidité.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Écoute dans le vent… de Buringa… de Vugizo…

Combien de sanglots doit-on entendre lors des funérailles des nôtres emportés dans des tueries, avant que les pleurs n’emplissent toute la Nation, dans toutes ses sphères, et ne brisent toutes les murailles et autres tours d’ivoire ou palais ? Combien (…)

Online Users

Total 1 596 users online