Vendredi 01 mars 2024

Politique

Congrès du Cndd-Fdd : Pas d’improvisation

22/01/2023 Commentaires fermés sur Congrès du Cndd-Fdd : Pas d’improvisation
Congrès du Cndd-Fdd : Pas d’improvisation
Le président Evariste Ndayishimiye est arrivé avec les autres membres du conseil des sages.

« Beaucoup de choses circule au sein des Bagumyabanga et ailleurs. Dans une démocratie, renouveler les dirigeants des institutions est chose normale », indique le président de la République et président du Conseil des sages, Evariste Ndayishimiye, dans son discours. Pour lui, ce congrès est un moment propice pour faire un examen de conscience. Selon lui, certains dirigeants se comportent comme des chèvres. « Lorsque j’ai le dos tourné, il ponctionne quelque part. Ne vous en faites pas, le pays ne va nulle part. Le pays est sous contrôle. » Le président de la République a beaucoup insisté sur la bonne gouvernance. « C’est le socle de la démocratie. La bonne gouvernance repose sur des dirigeants qui mettent en avant l’intérêt général. Il faut différencier la personne et son poste ».

Tout était sous contrôle. Personne n’est autorisé à entrer avec un téléphone et encore moins prendre des photos. Le président Ndayishimiye est arrivé avec le secrétaire général du « parti de l’aigle », Révérien Ndikuriyo, et les autres membres du Conseil des sages. Connu pour sa verve, le secrétaire général du parti Cndd-Fdd a lu un message bien préparé. Les consignes données étaient strictes : pas de téléphones, pas de carnets ni de stylos. Rien ne filtrait. Mais, les tractations avaient eu lieu très tôt le matin.

Etaient présents à ce congrès ordinaire comme invités, le vice-président de la République, Prosper Bazombanza, les chefs de certains partis politiques, l’ancien président de la République Domitien Ndayizeye et l’épouse de feu président Melchior Ndadaye et les ambassadeurs accrédités au Burundi.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Écoute dans le vent… de Buringa… de Vugizo…

Combien de sanglots doit-on entendre lors des funérailles des nôtres emportés dans des tueries, avant que les pleurs n’emplissent toute la Nation, dans toutes ses sphères, et ne brisent toutes les murailles et autres tours d’ivoire ou palais ? Combien (…)

Online Users

Total 1 451 users online