Vendredi 12 juillet 2024

Editorial

Comment casser un opposant politique

24/01/2014 31

Antoine KaburaheC’était un des rares politiciens à ne pas traîner des « casseroles » derrière-lui. Il semblait traverser toutes les turbulences sans être éclaboussé par les travers de la politique burundaise.
Ancien député, puis vice-président lors de la Transition, après l’échec de son parti aux élections de 2005, commence pour lui la traversée du désert. Alors que nombre de ses anciens compagnons de lutte au sein du Frodebu rejoignent le parti vainqueur, lui reste fidèle à la formation d’origine.

Il se remet aux études, lit beaucoup, apprend l’anglais, passe une maîtrise en Gouvernance dans cette langue. Sur le plan politique, M. Bamvuginyumvira participe dans presque tous les débats et rencontres importants. Sa modération et son calme imposent le respect.

Petit à petit, il acquiert une grande stature au sein de l’opposition et, naturellement, sans qu’il l’ait sollicité d’ailleurs, il est pressenti comme le potentiel candidat de l’ADC-Ikibiri aux élections de 2015.

C’est cet homme là qu’ils ont foudroyé. Avec ce qui paraît comme un grossier montage. Où tout était préparé pour salir l’honneur d’un homme. Non seulement au Burundi mais dans le monde entier. Deux agents de la marie, vont le filmer et remettre les images au (x) commanditaire(s) pour une diffusion planétaire via internet.

D’après les politologues, il existe plusieurs moyens de casser un opposant politique. Il y a le moyen radical, l’assassinat, mais d’autres manières plus « soft », comme l’appauvrissement. Mais Bamvuginyumvira résistait. Sans travail depuis plusieurs années, il vivait modestement avec le soutien de nombreux amis.

On peut aussi casser un opposant en le salissant, en entachant son honneur. Cela a été tenté dès son arrestation avec l’accusation d’« adultère ». Mais devant le tollé général soulevé par le procédé abject, la machine à broyer a reculé.
Il restait alors à lui coller un procès bidon pour pouvoir le condamner et le sortir de la compétition politique. Avec la couverture d’une parodie de justice…

Forum des lecteurs d'Iwacu

31 réactions
  1. mami

    Inkuru numvise ko Joséphine n’abana biwe bageze muri USA niyo? Ntawompa inkuru y’imvaho? Kaburahe, dutohoreze.

    • question

      Uti baariko naarasezerana rero ? Akanyuma ni hatari !

      • Barengayabo

        N’exagère pas dis donc!… None yagiye ku mahera ya nde, ko Bamvuga ata revenus zifadika yarafise? Elle devrait en avoir assez avec les commérages sur cette affaire, mugabo n’iyo agiye azosangayo abarundi mais peut-être moins irritants que ceux dont elle vient de fuir. Canke ni uyundi mu Joséphine nzeyimana bavuga atari urya yarikumwe na Bamvuga, vérifiez bien cette info mudacana uyundi n’uwadometswe utarazima!

    • burundaise

      S’il fallait emprisonner tous les hommes infidèles, presques la moitié des hommes en ville sera condamné à perpetuité. Huum, pour les hommes au pouvoir, wait and see.

  2. JP-K

    Entre temps – à l’approche de 2015 – le « Laboratoire Rementanya » (LARE) fonctionne 24h/24h, 7j/7. Aujourd’hui on accuse Bamvuginyumvia sur une « mineure de 49 ans », demain on nous sortira d’autres scénarios dignes des labos de Mugabe.

    Tenez, vous passez à côté, mais l’Uprona vient d’échapper de justesse: iyo baca rurya rubaza (qu’ils avaient mis au tiroir depuis 2 ans), ce parti n’allait probablement plus se relever, du moins pas avant longtemps. Des mesures administratives contraignantes (par ex. exigence d’un congrès national) allaient suivre. Et rien ne dit que LARE ne prépare pas d’autres coups bas.

    Même pour ce cher sympatrique Léonce… narindire gusa. LARE est certainement à l’oeuvre.

    • LARE yatoye iyindi formule avec Niyoyankana !!

  3. BIRABABAJE

    Mon impression est que BAMVUGINYUMVIRA a été victime d’un pouvoir qui utilise ce qui n’est autorisé par aucune loi nationale ou internationale pour écarter les opposants:
    -Utiliser des fonctionnaires civils armés (agents de la mairie) pour filer des personnes ciblées et procéder à des arrestations arbitraires;
    -Demander un pot-de-vin à leur victime pour leur coller l’étiquette de corrupteur par la suite.
    -Faire des enregistrements audio-visuels et pire encore, les diffuser pendant la phase préjuridictionnelle du procès.

    Quant à l’acte d’adultère, mon intime conviction est qu’elle a bien éte commis, peut-être même pas pour la première fois. En effet, pour filer BAMVUGINYUMVIRA avec des caméras, je pense que ces mercenaires étaient déjà mis au parfum des habitudes de ce pauvre monsieur, de son faible pour cette femme.
    Même si la chose paraît difficile, Monsieur BAMVUGINYUMVIRA aurait dû refuser de donner cet argent en faisant prévoir qu’il est sorti avec une femme adulte consentente. Par ailleurs, les personnes de sa carrure devraient prendre l’habitude de demander aux ravisseurs la présence préalable de leurs avocats avant de répondre aux interrogatoires de ces idiots de la République.

    • Top conviction et bonne reflexion en tout cas je suis de ton cote. Seulement voila, faire prevaloir son avocat et refus de payer le pot de vin, c’est cela la probleme de nous africains qui craignons chaque fois d’etre traine dans la boue. Bamvuga croyait que tout allait marcher comme sur des roulettes apres l’acceptation du pot de vin. C’est pourquoi, il veut le reclamer et surtout clamme a chaque fois: « Reka ntimungaragaze sha Etienne, Mwe mugomba kungaragaza »

  4. mami

    None ga Kaburahe, ugira unyemeze ko zirya video berekanye, urya mugabo atari Bamvuginyumvira urya mgore nawe atari Josephine? Wonyemeza gute ko irya ari mise en scène? Basigaye ari abakinyi b’ama cinema? Nawe nu ntituri bijuju kuburyo tudashobora gutahura ko ivyo bakora vyo babikoze kandi bashatse gutanga igipfuka munwa nk’uko Bamvuginyumvira we nyene yavyivugiye ati mumfashe ntimunyararaze. J’avous qu’il a été suivi pour des raisons politiques, mais dire que c’est un montage, NON et NON!

  5. RUGAMBA RUTAGANZWA

    Cette fabrication du CNDD-FDD, cette histoire honteuse montée de toutes pièces est en soi un cri de désespoir, un signe de peur bleue de ce parti politique et de son gouvernement corrompus, incompétents et aux abois car ne voyant pas l’horizon au-delà de 2015…..!!! Le ridicule ne tue pas…. ! Mais heureusement que le monde n’est pas aussi dupe que le pouvoir DD, responsable de ce coup pas très intelligent d’une part gros comme une maison d’autre part… !! Mu kirundi bati  »Iyaba bwari buzi umwe buba ari ikindi »!!! Pour Mr BAMVUNGINYUMVIRA ce n’est qu’une épreuve qui ne fait que rehausser son image et qui lui fait beaucoup de publicités, je crois…!!

    • Verdict

      @RUGAMBA RUTAGANZWA
      «Pour Mr BAMVUNGINYUMVIRA ce n’est qu’une épreuve qui ne fait que rehausser son image et qui lui fait beaucoup de publicités, je crois…!!»

      Publicité? Quel genre de pub? En tout cas, avec tout ce qu’il[Bamvuga] vient d’essuyer, je ne le vois pas comme prochain Président de la République du Burundi de si tôt. Donc, un coup soigneusement monté par le Cnd-Fdd qui est présentement en position de force dans ce bras de fer avec son(ses) adversaire politique. Si vous voulez en avoir le coeur net ou en faire une lecture propre et objective, il serait mieux que vous ôtiez vos lunettes partisannes Mr Rugamba Rutaganzwa. Alors, que l’ADC-Ikibiri et ses supporters acceptent humblement la défaite et passent dorénavant en mode «défense» si la position «attaque» ne leur a pas été favorable, ataruko votre supposé «piégé», ici Bamvuga, a encore de quoi endurer en attendant que la situation ne s’adoucisse en sa faveur comme tous ces autres confrères prisonniers politiques qui se consument à petit feu à Mpimba n’ahandi.

  6. Terimbere

    A qui profite cette situation à long terme?
    Que ça soit l’administration, la police, la justice, le parlement, toutes dépendent du cnddfdd!
    Et ce dernier désormais dépend d’un petit groupe, peut – être même d’un seul homme!
    Est il possible de sauvegarder la démocratie Burundaise dans la continuité?
    En tout cas certaines des actions des dds laissent des doutes quant à l’intérêt que ce parti y tire!
    Personne ne doute de l’innocence de Frédérick!
    A oui certains intervenants l’accusent mais on sait très bien qui ils sont et pourquoi ils le font!
    Je ne les appelle pas des ignorants car bcp parmi eux savent bien ce qu’ils font!
    Pour moi ce sont juste des mercenaires qui acceptent d’être payés pour attaquer leur propre patrie!
    Certains ne tarderont pas à devenir eux – mêmes des victimes! Wait and see!
    Ce n’est pas comme ça qu’on casse les opposants!
    Plutôt c’est comme ça que les régimes fabriquent leur remplaçants!
    Cela n’est pas DSK car personne n’a déposé plainte! Il n’y a rien de Droit!
    Au niveau moral, même s’il aurait commis l’adultère, avec un adulte, dans notre société que nous connaissons tous, je doute bcp l’impact que cela aurait eu sur sa réputation!

    Je suis sûr que le parcours politique de Frédérick est loin d’être terminé.
    On pourra lui refuser injustement de se présenter aux élections en 2015 mais cela ne sera pas sa fin!
    Ubuzima ni burebure!
    Imana imuzigame!

  7. Mwaro

    J’aime ce labo si maladroit que soit, souvenez vous de extraits sonores accusant nos  »fameux putschistes » Kadege, Domitien, Rufyikiri, Guerillos,……. devant les hommes en toges. C’était de la comédie type Jamal.j’étais dans l’audience et ils nous ont laissé entendre l’extrait et mon première geste a été de fixer droit dans les yeux les magistrats et j’ai eu impression qu’ils étaient plus prisonniers du pouvoir plus que les accusés.

    Ce labo a produit un notre montage, c’est lui qui a noyé le grand visionnaire du parti au pouvoir RADJABU. Parait t il que le labo cette fois ci a marché au rythme de l’histoire de GUILLOTIN et guillotine.
    Aussi, j’ai eu la chance d’écouter les extraits sonores dans l’audience publiques,mm scénario . un musulman disait à la sorti,  »Walahi mumbunge wetu banamuwimiza kwa bule, ba mupe amani arudi nyumbani, »,( au nom d’Allah notre député est accusé de rien, qu’on lui foute la paix et le relâche). Il me semble aussi que la justice serait resté prisonnière du pouvoir.
    Même histoire sur le journaliste RUVAKUKI avec les photos montrées au diplomates accrédités à Bujumbura.
    Aujourd’hui, Bamvuginyumvira à la prison de Mpimba est la énième victime de ce labo mais cette fois ci avec extrait visuel comme on l’a fait pour Kadege lors de sa torture, deux vices présidents de mm période avec presque les mêmes » monteurs » juste pour les ridiculiser malgré leur innocence! Mais au moins pour Bamvu car il n’a pas été torturé physiquement, aussi il avait était directement avisé sur les antennes dans l’émission  »Woterera iki » par Nsengumukiza sous cette historique phrase » ……………en politique on ne tue pas mais on élimine les obstacles » et je me dis que le labo agi toujours pour éliminer ces  »obstacles ».
    Rappel encore, vous me direz peut être que vous ne savez pas l’origine de ce labo? souvenez vous que le gouvernement avait pris une décision de montrer à la télé nationale les voleurs, malfaiteurs,…. attrapés avant même de les juger en ignorant l’exemption d’innocence ,heureusement qu’ils ont vite ignorait cette méthodologie décriée presque par tout le monde en le transférant peut être au labo.Ce labo, aujourd’hui est presque stratifié: Cameras, chaine de télévision ,radios,journal, tweeter, facebook,sit web,….mais peu de professionnalisme.
    Donc, il bon qu’on opte pour la destruction du labo, si non à qui le tour?mm les dd ne sont épargnés: ex Radjabu

  8. Nduwimana

    À quand un article bien étoffé comme celui-ci sur le sort politique de Hussein Rajabu aussi?

  9. Fair Play

    Comment le Cndd-Fdd aurait croisé les bras ou fermé les yeux devant un adversaire du calibre de Bamvuginyumvira, lequel qui menait aussi le même combat contre lui[Cndd-Fdd]? N’est-ce pas bien cela la légitime défense dont on est quotidiennement témoin dans les jeux politiques multipartites où plusieurs formes de stratégies d’autodéfense mêmes les plus rigides, inusitées et constestées éthiquement sont monnaie courant entre partis politiques adversaires? Et je ne doute pas que Bamvuga et son ADC-Ikibiri ne l’ignoraient»! Alors que les parties dans le jeu tiennent bon!…

    • ndumiwe

      Je doute qu’il soit un homme politique hors paire kuko on ne l’avait pas encore vu à l’oeuvre. Mbe kuki iwacu ishatse kumugira umuntu w’igitangaza? Ingorane yacu twebwe abarundi ni uko iyo tumaze kwishiramwo yuko umuntu yankwa niyo ari amakosa yiwe tutayemera? Mbe pourquoi vouloir tout qualifier d’irementanya? S’il est detenu pour motif politique, ntawubihakanye muga ngo iyo affaire avec la femme ari ivyo barementanije, hagarike kuduhenda…

  10. kamwe

    un mutama de nom mais un mucuko de l’esprit

  11. kaminuza

    La justice burundaise a besoin d’une lampe-torche.

    Il y a un lien direct évident entre les complots contre Kadege et Banvuginyunvira: ce lien est  » le penseur-maladroit de tous les complots-vengeance du système DD.

    Heureusement, que ce comploteur est maladroit. Vive la société civile burundaise, niwewe dukesha survie!!

  12. Mutangazwa niki???ya mbonerakure fideli nsengumukiza yari yarabivuze ko bazohera kuri Bamvuginyumvira!ariko aziba ubutore bwiw!naho ata nyambo ibura agahonzi abarundi nabanyamahanga bari neza ico Bamvuginyumvira arico!courage mutama wanje!ntamvura idahita

  13. Mutima

    Dans les pays plus évolués, le « crime ou l’infraction d’adultère » n’existe pas, surtout quand il s’agit de deux (ou plus!) adultes consentants. L’agression sexuelle (viol) ou la prostitution (maisons de débauche, et autres activités connexes), il existe des lois qui les prohibent. Dans le cas présent, il s’agit de savoir si dans la législation burundaise il existe une loi qui interdit les actes sexuels entre adultes consentants. Et c’est cette loi qu’il faut faire évoluer ou abroger. Normalement ces actes ne sont condamnés que par les religions et les pays dont les lois sont confondues aux pratiques religieuses.

    Si cette loi existe au Burundi et que le monsieur a été attrapé en flagrant déli, et même s’il n’y a eu aucune plainte de la part de sa femme, la loi a été violée. Il a peut-être tenté d’acheter les agents qui l’ont attrapé et/ou filmé, ce qui également constitue une infraction ou pas, dépendamment de l’existence de cette loi. En clair, si cette loi existe, il a merdé. Si elle n’existe pas, il ne peut pas avoir tenté de corrompre pour quelque chose qui n’est pas punie par la loi. Tout ce qu’il a fait était de tenté d’acheter le silence de ces agents pour ne pas salir sa réputation.

    Je viens de lire ce dernier commentaire qui dit que « avec le montange on peut tout faire », et je suis d’accord qu’effectivement on peut tout faire. Mais pour tout faire, il faut avoir de la substance, il faut avoir au départ beaucoup d’images et de sons pour pouvoir faire un montage pareil. On ne peut rien faire à partir de rien. Donc selon moi cet argument est une échappatoire qui ne tient pas. Il faut plutôt se demander s’il n’y a pas des choses plus compromettantes qu’on n’a pas osé montrer, justement par respect de la stature de la personne et des moeurs. Ceux qui disent qu’on n’a pas respecté le monsieur devraient plutôt y penser deux fois plutôt qu’une. Imaginez que demain on se retrouve avec des images et/ou vidéos beaucoup plus crus que ce qu’on a vu! (Et en passant si cela arrive, je n’ai rien à y voir).

    Pour ceux qui disent qu’il n’y a pas eu tentative de corruption, essayez d’imaginer quelqu’un qui « vivait modestement avec le soutien de nombreux amis », en train de lâcher aussi facilement 200 000 FBu à un agent. Même s’il clarifie clairement que c’est l’agent qui le lui a demandé, c’est quand même curieux. Surtout quand on se croit innocent!

    Logiquement, avec la virulence avec laquelle l’opposition dénonce la corruption, il me semble qu’il n’aurait pas raté une telle occasion pour dire tout le mal qu’il pense de ce pouvoir. Dans le feu de l’action, un innocent attaque, un coupable se défend. C’est instinctif et on ne peut pas y échapper. Et ce sont de telles réactions qui renseignent souvent sur la vérité.

    Une dernière observation : avez-vous un instant pensé que çe soit venu de l’opposition (surtout… surtout de la société civile)? Le gars commençait quand même à prendre du gallon au niveau international et au sein de l’opposition (tour des États-Unis, visibilité dans les médias) au grand dam de certaines personnes qui n’ont pas du tout apprécié l’idée de se faire dammer le pion. Maintenant il est peut-être écarté et le champ est libre. Quelqu’un de son entourage devait être au courant de ses escapades « extra » conjugales et en a glissé un mot (ou plusieurs!) aux agents. C’est une pensée sur laquelle on devrait sérieusement méditer. Et c’est à suivre!

    • Wewe urondera guteranya abantu gusa.

    • Ncutizose

      Mutima ,tu es vraiment ciniqueque!!!!Si la victime du montage n’avait pas de l’argent sur lui il serait tout de même gardé au frais.Espérons que cela ne t’arrivera pas .

      • Mutima

        @Ncutizose,
        c’est beaucoup plus cynique d’accuser quelqu’un d’être cynique!!! Voyons! Tu viens d’être arrêté, tu ne t’accuses de rien, tu passes tout ton temps à accuser le gouvernement de corrompu, tu te crois innocent, tu n’as pas de revenu fixe ou garanti (tu dépends de la générosité de tes amis), … et à la première occasion un agent te demande 200 000 FBu (qui probablement, si on tient compte de ta situation financière, ne t’appartiennent pas) et tu les lui donnes sans rechigner? Et puis après tu viens nous chanter ton innocence!

        Oui… C’était quoi le mot déjà?… ahhh! C’est CYNIQUE!

  14. mutama

    @ Mr. Kaburahe:

    Je vous respecte comme un des rares burundais qui ont osé une entreprise difficile de fournir l’information surtout à travers un journal dans un pays ou ou la lecture se fait essentiellement « dans la bouteille » comme on aime le dire. Je comprends également qu’un journal écrit a besoin d’une dose d’exagération, surtout des titres pour être lu et acheté.
    Toutefois, j’estime que vos éditos sont de plus en plus tendancieux. C’est décevant que le seul journal digne de son nom que nous avons au Burundi se permette de publier des opinions tendancieuses comme celle contenue dans votre éditorial. Pourquoi tout ce zèle pour nous faire accepter que nous l’ancien vice-président est victime d’une volonté de le casser? Pourquoi vous permettez vous Mr le Directeur, d’affirmer qu’il s’agit d’un montage?
    On ne conteste pas du tout les talents de Bamvuginyumvira, son expérience en politique. Question de personnalité, c’est discutable. Les hommes et les femmes les plus respectés au monde ont, contre tout suspect, produit des scandales épouvantables. Clinton, Hollande, Dsk. Si DSK était passé au Beach Club à Kajaga, vous nous auriez raconté qu’il s’agissait du CNDD-FDD qui voulait sa tête. De grâce, arrêtez de nous manipuler! Tout simplement, nous avons un politicien, talentueux, intelligent, agressif, qui a d’énormes potentialités, c’est vrai, mais le minimum c’est d’accepter que c’est un citoyen, qui a des problèmes avec la justice. Votre intervention veut nous dire en fait qu’une bonne justice l’aurait laissé parce qu’il est est politicien de l’ADC-Ikibiri. Et pourquoi la justice n’a pas fermé les yeux au crime de DSK? Et puis, vous n’avez meme pas essayé d’équilibrer votre opinion, et questionner par exemple le fait que le président de l’APRODH s’est permis de mentir, et concocter toute sorte de mensonges par rapport à l’arrestation de notre politicien. Et vous trouvez qu’un pot de vin de 200 mille BIF est un fait à négliger. Et pour vous, qu’est ce qui doit prévaloir entre l’hypothèse d’un mensonge que vous semblez privilégier et les faits que tout le monde a constaté à travers des éléments audio et visuels?

    • nahimana

      Je respecte cette opinion d’Antoine Kaburahe. L’arrestation dans des circonstances troubles, puis la prise des images suivie d’une diffusion, tout montre un plan bien organisé pour casser l’image de cet homme. Souvenez-vous, dès les premières heures, REMA a diffusé que Bamvunginyumvira a été attrapé avec  » une mineure », dans un hôtel. Il s’est avéré par la suite que c’était faux. Quant aux vidéos, vous savez très bien qu’avec le montage on peut tout faire. Petite question, pourquoi les deux agents de la mairie se sont précipités pour les mettre sur YouTube? Dans un pays normal les deux hommes seraient sous les verrous. Non, ne vous prenez pas à Kaburahe, qui fait un travail extraordinaire. Mais interrogez-vous sur cette justice burundaise, très orientée. Arrêtez aussi cet amalgame Bamvuga-DSK, cela n’a rien à voir !

      • Alen

        Je ne pense pas qu’il s’en prenne à Kaburahe.Il faut tout simplement que les médias et l’oppostion arrêtent avec toute cette histoire.Oui on a tous compris qu’il s’agissait d’un complot.Mais ce n’est pas non plus comme si on l’avait arrêté en le réveillant pendant qu’il dormait tranquillement à la maison. Que des lois aient été violées pendant son arrestation ne changent en rien ce qui se trouve dans ces vidéos:tentative de corruption et même corruption puisqu’il a finalement donné l’argent. Ces vidéos sont tout même authentiques et réelles bien qu’ayant été prises et divulguées en violation de beaucoup de lois. Et Oui il ne fait aucun doute qu’il a été piègé mais à quoi s’attendait t-il de ce pouvoir.Et enfin bien que je sois déçu par l’attitude affichée par bamvuginyumvira je condamne fermement la manière dont est traité son dossier par la justice. Il est clair qu’il ya eu plusieurs vices de procédures auxquels s’ajoutent d’autres violations. Je trouve que ce jeu a assez duré et qu’ils devraient le relacher.

        • Uwubizi

          @Alen
          Ndakunda abantu bavugisha ukuri kabisa. Nta n’ ico nokongerako kuri ivyo uvuze.

    • Yulu

      @Mutama: Mbe ko DSK yari accusé de viol, womenyera Bamvuginyumvira nawe yagirizwa viol? Ba mugereranya ibigereranika!

    • poete

      @mutama: Laboratoire « rementanya » twakumenye !!!

    • Kayondi

      Sur dsk il y a eu plainte sur le viol monsieur

      • Karanga

        A Mutama,

        Tous les DD ne sommes pas tous d’accord sur TOUT ce qui se passe au niveau du Parti. J’en suis un qui trouve que ce dossier a ssez terni l’image du pays et son système de justice. Je sais bien que ce parti (ses membres) n’est pas encore assez mûr pour accepter que des visions alternatives soient étalées sur la place publique mais j’espère que ça viendra. A trop vouloir démoniser les opposants, on finit par nuire à notre propore crédibilité auprès d’une bonne partie de l’opinion nationale et internationale. Ceci ne veut pas dire que ce Monsieur a toujours été 100 % objectif dans ses interventions envers le CNDD-FDD. Le démocrate et libéral que je suis considère qu’il est grand temps que l’on agisse autrement et suis donc favorable à la libération de cet homme.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.