Samedi 20 juillet 2024

Opinions

Bunyoni et consorts font encore des victimes, bien malgré eux

17/06/2023 9
Bunyoni et consorts font encore des victimes, bien malgré eux

Le désarroi est total sur la quasi-totalité du territoire burundais. Et c’est peu dire. Le retrait des anciens billets de cinq et dix mille francs fait partout des dégâts. Prise sans doute pour réparer un tort, la mesure d’Evariste Ndayishimiye semble pourtant faire plus de mal que de bien. Et ceux qui en souffrent le plus ne sont pas ceux qui sont à l’origine visés. Loin s’en faut.

Un calvaire qui n’est pas prêt de s’arrêter. Dès le début de l’application de la mesure, le 7 juin dernier, les problèmes ont commencé. Les usagers, et surtout les commerçants, moins dupes que ne le pensaient sans doute les décideurs, ont aussitôt senti venir le danger. Pourquoi continuer à s’embêter avec des billets qui n’ont plus que dix jours de validité ? La réaction fut très simple : il fallait tout simplement refuser de les prendre de la part des acheteurs / consommateurs. Pour ces derniers, le risque de souffrir de la faim alors que l’on a les plus grosses coupures de banque…

Communiqués intempestifs, preuve d’impréparation

La première conséquence n’a pas tardé. Le ministère de l’Intérieur s’est alors empressé de sortir un communiqué menaçant de sanctions les commerçants qui refusaient les billets. « Très bien ! Vous venez avec un billet de dix ou de cinq mille ? Vous serez servis, à condition de prendre la quantité équivalente. Pas question de vous faire la monnaie ! » ont alors décidé certains marchands. D’autres, encore plus prudents, décident de fermer leurs commerces et d’attendre que la tempête passe.

Les sources d’approvisionnements en produits de première nécessité s’amenuisent, les produits deviennent rares et les prix, tout naturellement, flambent. Une situation qui ne tarde pas de se généraliser dans tout le pays. Au grand dam, bien sûr, des simples citoyens.

Pendant ce temps, des files infinies de ceux qui viennent déposer les anciens billets dans les banques et microfinances se forment et des scènes de désolation, tant du côté des banquiers qui n’arrivent pas à servir une foule inattendue, que du côté des détenteurs des billets, qui passent des heures, voire des journées sans être servis, s’observent. La raison est que, d’abord ces institutions n’ont pas suffisamment de bras pour accueillir tout ce beau monde en même temps, et, ensuite, les nouveaux billets sensés remplacer les anciens ne sont pas disponibles.

La banque centrale sort un communiqué pour annoncer un calendrier du déploiement de son propre personnel dans les différentes provinces du pays, pour aller donner un coup de main. Mais comme il fallait s’y attendre, ce fut un coup d’épée dans l’eau. Aucun effet ! Le capharnaüm est resté entier.

Un peu sur le tard, le ministère de l’Intérieur pond un nouveau communiqué pour appeler ceux qui n’ont pas de comptes en banque, d’aller déposer les anciens billets dans leurs zones de résidence, de se faire alors enregistrer et rentrer avec un reçu équivalent avec la somme déposée. Mais l’inquiétude exprimée par les déposants est qu’aucun rendez-vous précis ne leur a été donné pour aller récupérer les nouveaux billets. Ce qui risque de créer de nouveaux désordres, certains craignant même de devoir donner des pots-de-vin pour accéder à leur dû, le moment venu.

Le piège du plafond de dix millions de francs

Le dernier communiqué du bureau de la communication de la présidence de la République est clair. Quiconque fera un dépôt dépassant le plafond fixé par la BRB après le délai des dix jours en répondra, et la banque ou la microfinance qui aura encaissé le montant sera sanctionnée en conséquence.

Certes, les Burundais sont connus, dans leur majorité, pour leur extrême pauvreté. Mais limiter les dépôts à dix millions est synonyme d’insulte à plusieurs égards.

D’abord, parce que la plupart des commerçants, gros et moyens, et hommes d’affaires, ont besoin de « cash » à leur disposition en permanence pour des transactions rapides. Surtout que les paiements électroniques sont peu développés. Cela peut également facilement s’expliquer par un système bancaire qui peut ne pas toujours être prompt à répondre à une demande d’urgence de telles sommes.

La deuxième raison et peut-être la plus frustrante : garder son argent par-devers soi n’a jamais constitué un crime au Burundi. Cela peut être un choix délibéré, ou tout simplement un manque de confiance dans le système bancaire burundais ou dans la monnaie elle-même, et ni l’un ni l’autre ne peut être considéré comme un délit. Particulièrement dans un pays aussi instable et corrompu comme le Burundi. De plus, comment peut-on décider par un coup de magie que l’argent gagné honnêtement, par la sueur d’un labeur qui pourrait s’étaler sur des années, voire des dizaines d’années, va d’un coup perdre toute sa valeur ?

On l’a bien compris. C’est aujourd’hui un secret de Polichinelle, Neva cherche à sanctionner, pardon, à faire mal « aux voleurs de l’Etat ». Ce qui, a priori, est une noble cause. Et il ne faut pas être savant pour savoir que pour garder des millions, surtout qu’ici, il s’agit surtout de milliards, on ne s’encombre pas de petites coupures. C’est même pour cette raison que le changement de billets ne concerne que ceux de cinq et dix mille.
Un des motifs officiels lors de la fouille-perquisition des résidences du général Alain Guillaume Bunyoni, c’était de trouver les milliards qu’il y aurait cachés. Mais au bout de l’opération, aucune déclaration sur un quelconque butin déniché.

Mais Bunyoni, tout comme les autres caciques du pouvoir qui se sont enrichis comme lui, n’est pas bête. Surtout que, le même Neva, avait déjà avertis de son intention d’annihiler les sommes colossales camouflées, bien des mois auparavant. Le temps nécessaire pour changer en douce en devises, si pas toute, mais en tout cas une bonne partie de cette richesse, et de la planquer en lieu sûr.

Et quand la Banque de la République du Burundi déclare que 60% de ces billets est introuvable sur le marché pour justifier la mesure de les changer, l’on peut aisément deviner qu’il s’agit de « montagnes de billets », et donner raison à un certain Gabriel Rufyiri qui n’arrêtait pas de dire que « certains sont devenus plus riches que l’Etat ».

Sur ce coup, malgré les moindres pertes subies, Bunyoni et consorts ne sont pas à plaindre. Mais le plafonnement de dix millions devrait certainement faire des victimes collatérales, par centaines, voire par milliers. Car tous ceux qui possèdent des avoirs en argent comptant de plus de dix millions ne sont pas des voleurs.

Un règlement de comptes  qui pourrait coûter très cher

Les conséquences de cette décision, et ses improvisations, pourrait mener au pire. Une famine généralisée dans le pays. Mais dans un pays qui a connu les pires violations des droits humains et la politique de déni qui les accompagnait, qui s’en soucierait ?

« Quiconque versera ou percevra plus de dix millions en répondra ». Evariste Ndayishimiye a donc déclaré une guerre sans merci à tous ceux qui disposent de plus de dix millions en anciens billets sur eux. Tout naturellement, avec le risque d’être arrêtés, l’on comprend que nombreux n’oseront pas déclarer cette possession maudite. L’on a même entendu ceux qui ont fait appel à certaines banques commerciales pour des arrangements, des tentatives vaines qui se sont mal soldées.

Mais quid des « victimes collatérales », de loin plus nombreuses que les « voleurs ». Que deviendront ces commerçants et autres hommes d’affaires qui ont vaillamment gagné ce qu’ils possèdent ? Ce qui est déjà certain, c’est que l’économie nationale n’en sortira pas indemne.

Certes la BRB vient de déclarer que « les nouveaux billets sont disponibles en quantité suffisante », mais cet épisode, quelle qu’aura été sa durée, aura suffi pour affecter les plus coriaces. Des simples commerçants aux plus grands investisseurs, leur confiance à la politique monétaire du pays aura été ébranlée, sans doute pour longtemps. Avec ces histoires de règlement de compte, « l’effet Bunyoni » est encore loin de s’estomper.

Forum des lecteurs d'Iwacu

9 réactions
  1. RUKUNDO

    C’ÉTAIT PAS FACILE MAIS ILS L’ONT FAIT MALGRÉ LES SECOUSSES.BRAVO À L’ÉQUIPE NÉVA. PAS DE GUERRE SANS VICTIMES MAIS QUAND IL LE FAUT, ON EST OBLIGÉ DE SE BATTRE. VOTRE BRAVOURE SERA ÉCRITE ET ÉTUDIÉE QUAND L’HISTOIRE DU LION NE SERA ENCORE ÉCRITE PAR LE CHASSEUR

  2. Kabizi

    Cher Mahoro,
    Votre point de vue est untéressant mais incomplet.
    Pourriez vous expliciter SVP?
    Avez vous une seule raison qui justifierais pourquoi les dignitaires ne déclarent pas leurs biens cimme le stipule la Constitution?
    Quel aurait été le mal si on avait donné le temps nécessaire pour échanger les billets de bif 5000/10 000?
    Mbega nta ministère de la Justice, sureté, etc… icunga abiba mu Burundi ?

  3. Mahoro

    Je crois que cet article sera contredit d’ici lundi. Une bonne analyse devrait se faire après la mesure prise de retrait des billets pour mieux analyser les conséquences de l’étendu des dégâts qu’elle aura causés.

    Donner raison à Rufyiri qui dénonce les corrompus et autres voleurs des deniers publics ne porte atteinte à personne. Redresser ce genre de tort est par contre une nécessité pour le pays.

    Je crois qu’il se cache une autre intention derrière le fait de dire que les Burundais n’ont pas confiance en leurs banques. Pour la plupart, ils ont des comptes en banques sauf les pauvres qui n’en ont quoi mettre. Le fait de conserver leur argent à la maison est tout simplement une culture à décourager parce que c’est à la maison que cet argent est plus en danger qu’en banques, avec des risques de se faire voler, voire se faire tuer. On sait que les cas de vol dans les ménages ne sont pas des cas isolés.

    Demain lundi, tous ceux qui ont remis leurs anciens billets les recevront. Celui qui a pondu ce genre d’article fera un autre pour dire que le problème d’accès aux billets n’est plus ?
    C’est justement ce genre d’article qu’il faut éviter pour un bon journaliste parce que traîter une information à chaud demande de prendre des pincettes et mettre des gants en cuir pour éviter tout écart par rapport au sujet traité.
    Cet article, loin de contribuer aux solutions aux problèmes économiques dont le Burundi fait face, vient empirer la situation et sonne comme une défence ridicule des bandits qui ont dévalisé le pays. Cher Iwacu.info, donnez la fenêtre d’expression à tous ceux qui veulent s’exprimer sur des sujets mais relisez aussi leur contenu qui risquent de mettre à l’épreuve la volonté de changement dont tout le monde a besoin. Salut.

    • arsène

      @Mahoro
      Serait-il possible de m’éclairer sur le passage de votre commentaire quand vous dites:
      « Cet article, loin de contribuer aux solutions aux problèmes économiques dont le Burundi fait face, vient empirer la situation et sonne comme une défence [sic] ridicule des bandits qui ont dévalisé le pays. »?
      Je ne vois en effet pas en quoi cet article pourrait contribuer aux solutions aux problèmes économiques que connaît le Burundi ou encore par quels mécanismes cet article vient les empirer.
      Je vous remercie par avance.

      • Question

        Je crois que Mahoro s’en mêle les pinceaux. Il affirme que la plupart des burundais ont des comptes en banque: la plupart c’est 55%, 60% ou 80% de la population? J’ai cru entendre ailleurs que ce pourcentage serait plus proche de 20%. C’est cela qu’il appelle la plupart?

        • Bigumandondera Ferdinand

          Bon à lire: « ENQUÊTE NATIONALE (de la Banque centrale) SUR L’INCLUSION
          FINANCIÈRE AU BURUNDI »
          Août 2012
          12,5 % de la population adulte possèdent un compte dans une institution financière, ce qui signifie qu’environ 480 000 personnes participent aujourd’hui au système financier formel; à l’inverse, environ 3,3 millions de personnes en sont exclues.
          • Le taux de possession d’un compte est cinq fois plus élevé en zones urbaines qu’en zones rurales; le taux ne dépasse pas 5 % dans les provinces de Ruyigi, Karusi et Rutana.
          . Le taux de possession d’un compte varie énormément selon les catégories socioéconomiques. Les hommes sont deux fois plus nombreux que les femmes à posséder un compte. Les 18-29 ans sont deux fois moins nombreux que les plus de 30 ans. Le taux atteint 89,5 % chez les salariés de l’État, 52,1 % chez les salariés du secteur privé, 30,1 % chez les commerçants et 5,3 % chez les exploitants d’une parcelle agricole.
          • Les femmes ne constituent que 28,3 % de la clientèle des IMF. Cette situation est en décalage avec celle observée dans la plupart des autres pays où les femmes sont majoritairement représentées dans le secteur de la microfinance.
          • Les principaux obstacles à l’ouverture d’un compte sont le manque de revenu en argent, l’incapacité à épargner et la difficulté de réunir le montant minimum exigé.
          • Seulement 2,9 % des répondants ont obtenu un crédit dans une institution financière au cours des douze derniers mois.
          • Les principaux obstacles pour accéder au crédit sont liés à la pauvreté monétaire et au manque
          d’information.
          • En définitive, les institutions financières doivent faire davantage d’efforts pour rendre leurs services plus accessibles aux femmes, aux jeunes et aux travailleurs du secteur informel notamment en milieu rural.

  4. Jean

    Bonne analyse, pour les commerçants qui gagnent beaucoup plus de 10million je crois bien qu’ils pouvaient demander une derogation speciale et deposer plus que les montants exigees

    • simon

      Hari n abagwizatunga canke abiyita abagwizatunga batosigura iyo bakuye umutahe

    • Ça viendra

      De toutes les façons,la thésorisation reste une culture à décourager pour le meilleur fonctionnement d’une économie. On dirait un crime organisé si c’est vrai que 60 % de ces grandes coupures étaient disparus.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 3 178 users online