Jeudi 25 avril 2024

Politique

Après Ngurdoto, que pensent les opposants ?

01/11/2018 Commentaires fermés sur Après Ngurdoto, que pensent les opposants ?
Après Ngurdoto, que pensent les opposants ?
L’ancien chef rebelle appelle les garants de l’Accord d’Arusha à jouer leur rôle

Les avis des adversaires au pouvoir de Bujumbura divergent quant à l’option à prendre suite à l’échec de la facilitation. « Si une solution pacifique n’est pas trouvée, tous le moyens sont bons», souligne Charles Nditije, acteur politique en exil.

Pour lui, les Burundais doivent s’organiser : «Nous devons mettre ensemble toutes nos forces, nous devons dépasser nos clivages organisationnels, nos égos».

L’avis de Léonce Ngendakumana, vice-président du parti Frodebu, n’est pas loin de ce dernier. «L’accumulation de la frustration, du désespoir va conduire certains Burundais à prendre même des armes contre leur pays». Ce vieux briscard de la politique burundaise affirme qu’il y’en a déjà qui pensent à d’autres alternatives. «On le voit déjà sur le terrain, ici et là».

De son côté, Jean Bosco Ndayikengurukiye, ancien chef rebelle, appelle les garants de l’Accord d’Arusha à prendre la question en main : «S’il y a aujourd’hui des gens qui pensent à prendre des armes pour faire respecter l’Accord d’Arusha, ce serait une grande défaite pour ceux qui se sont portés garants de cet accord». Il les interpelle à «tout faire pour que les gens ne soient pas obligés» de privilégier la voie de  la violence.

Cet opposant se dit optimiste : «Je pense, à mon humble avis, qu’on n’arrivera pas à cette extrémité».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 4 386 users online