Lundi 06 décembre 2021

Société

Anne Malfait : « Il n’y a que la parole qui soigne chez les humains »

24/11/2021 0
Anne Malfait : « Il n’y a que la parole qui soigne chez les humains »
Anne Malfait, psychologue et psychothérapeute belge invitée pour l'atelier

Ce mardi 23 novembre, un atelier chapeauté par l’Union européenne et portant sur la guérison des traumatismes notamment par l’art et culture, a réuni psychologues, psychothérapeutes et acteurs du monde culturel et artistique. Anne Malfait, psychologue et psychothérapeute belge, éclaire sur le rôle de la communauté dans la guérison des victimes.

« Pour qu’il y ait réconciliation, il est nécessaire qu’il y ait une résolution en matière de traitement des traumatismes vécus. Ça sera un processus long. Il faut qu’il y ait des guérisons, d’abord à titre individuel, ensuite sur le plan social (à travers les liens que la victime entretient avec son entourage) mais aussi à l’échelle communautaire », avance Anne Malfait à l’issue d’une interview en marge de cet atelier.
D’après elle, à l’échelle communautaire, seront particulièrement concernées les relations entre les éventuels auteurs de violences et les victimes.

La psychologue évoque également un public-cible dans cette approche : « les femmes qui ont été victimes de viol, les enfants parfois victimes de violences domestiques et qui se retrouvent à la rue, l’explosion de la toxicomanie surtout au sein de la jeunesse urbaine, un corollaire des diverses crises traversées par le pays », juge Anne Malfait. Enfin, les militaires et policiers qui, ayant été confrontés à la violence, peuvent eux-mêmes se rendre coupables de violences gratuites.

Mme Malfait tord également le cou au préjugé selon lequel les victimes burundaises sont réticentes à exprimer leurs traumatismes. « La société burundaise a une culture de la réserve (on ne trahit pas ses émotions) qui est tout à l’opposé de ce que préconisent les psychologues. Mais une fois que l’occasion leur en ait donné d’exprimer ce qu’elles ont sur le cœur que ce soit face à un psychologue, soit dans un autre cadre, les victimes ne rechignent pas à parler ».

Et d’inviter les victimes des différentes crises que le pays a connues à rejoindre des groupes de parole. « Il faut absolument trouver quelqu’un à qui parler et même pas nécessairement un psychologue. Il n’y a que la parole qui soigne chez les humains. C’est pourquoi les psychologues s’activent toujours à constituer des groupes de paroles au sein de communautés ».

Pour la psychothérapeute belge, la communauté joue également un rôle essentiel dans la guérison de la victime. « Certes, il y a des acteurs psycho-sociaux habilités à encadrer les activités communautaires sur terrain. Mais en Afrique et au Burundi où l’individu se définit par rapport à sa communauté, c’est celle-ci qui soigne. Les psychologues devront eux sans doute accompagner la guérison de la victime par sa communauté ».

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’entrée de la RDC dans l’EAC, quelles opportunités ?

Depuis son investiture, le 24 janvier 2019, le président Félix Tshisekedi s’est donné comme priorité d’axer sa politique régionale sur la coopération et l’intégration. Il s’est aussi engagé à travailler étroitement avec ses pairs afin de rétablir la paix et (…)

Online Users

Total 3 864 users online