Jeudi 18 juillet 2024

Sports

Adelphine Nimfasha, un vrai as en herbe

13/10/2017 4

A peine 15 ans révolus, par sa maturité et obsession à devenir une championne, la jeune cycliste étonne plus d’un. Une exception pour un sport qui réussit peu aux femmes au Burundi.

Adelphine de retour d’un entraînement.

Corps fuselé, visage ovale. De loin, sa posture n’a rien de différent d’un garçon tant ses efforts ont fini par imprimer une marque particulière sur son corps. « Une dure à cuir », s’émeut Felix Ndikumana, l’entraîneur qui l’a recrutée. Quand elle arpente les cols des montagnes, poursuit-il, c’est toute une autre personne.

Du haut de son 1m60 avec 50 kg, la native de Gihanga, commune de Bubanza (province de l’ouest du pays où le vélo est presque le seul moyen de locomotion), monte, pour sa première fois, un vélo à 5 ans. « C’était un pari avec mon frère. Si je parvenais à transporter un bidon de 20 litres de lait, il me donnerait de l’argent », se remémore-t-elle. Une expérience qui l’aidera à renforcer davantage sa musculature.

En 2015, la crise liée au 3 ème mandat éclate, soucieux de recoller les morceaux entre les habitants, les autorités de Gihanga organisent une compétition dénommée « Tour de la Paix ». A la surprise générale, Adelphine Nifasha se classe deuxième, au terme d’une lutte acharnée avec Evangeline Nininahazwe. Une bonne prestation qui lui permet de taper dans l’œil des recruteurs du club de cyclisme Akaranga Girls de Gihanga. « Un talent pur qu’en aucune manière, il ne fallait laisser filer », dit Felix Ndikumana.

L’envol

Après sa belle performance, Adelphine est astreinte à suivre un programme particulier. « Faute d’un suivi régulier, on voyait que sa marge de progression risquait de s’étioler », explique le coach. Utilisant un vélo non adapté, la voilà qui s’entraîne sur un vélo de course.

« Un rêve d’enfant qui devient réalité. Car, au début, j’imaginais mal comment j’aurais eu le mien », confesse-t-elle avec un brin de naïveté. Bourreau de travail, c’est de bonne heure qu’elle se réveille chaque matin pour faire au minimum les 100 kilomètres. Un travail acharné qui va l’amener à bénéficier d’un stage au Caire (Egypte).

Bonne rouleuse et grimpeuse de route, pour sa première participation sur piste, tout le monde la voit tomber d’entrée. En grande compétitrice, elle crée la surprise et finit deuxième. Mais de quelle manière, relate M.Ndikumana : « Tous les encadreurs du centre étaient subjugués par sa capacité à anticiper les attaques placées, surtout, sa propension à ne pas céder à la pression.» Une bonne prestation, dans la foulée, lui a permis d’être invitée au tournoi des moins de 17 ans sur piste qui s’y déroulait. Comme lors du stage, elle bouscule encore une fois la hiérarchie et termine deuxième.

Cette bonne campagne lui permettra de se faire un nom au niveau africain. Au cours de ce mois d’octobre, c’est en sérieux challenger qu’elle compte aborder le tournoi sur piste de Johannesbourg (Afrique du Sud) avec en ligne de mire les Jeux Olympiques de la Jeunesse prévus en 2018 à Buenos Aires (Argentine). Neuvième d’une fratrie de 14 enfants, Adelphine Nifasha étudie en 8eme année.

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. igent

    je suis fière d’etre un burundais

  2. Leonard

    C’est toujours intéressant de lire des success stories de ce genre!

  3. Kireko

    Courage mwana

  4. Biyago

    Komera kibondo! Ibikorwa n’ishaka nivyo bizokwugururira imiryango utere imbere, witeze imbere, uteze imbere umuryango wawe, ubere akarorero n’urundi rwaruka!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Dépités par nos députés

En décembre dernier, une députée a revendiqué, lors d’une séance de questions au ministre de l’Énergie, une station-service réservée uniquement aux élus, se plaignant d’être méprisée lorsqu’elle devait faire la queue. Ces propos ont profondément choqué l’opinion publique et ont (…)

Online Users

Total 1 629 users online