Politique

Accord d’Arusha : 19 ans après, quel bilan ?

30/08/2019 Felix Haburiyakira Commentaires fermés sur Accord d’Arusha : 19 ans après, quel bilan ?
Accord d’Arusha : 19 ans après, quel bilan ?
Les parties prenantes, lors de la signature de l’Accord d’Arusha, en Tanzanie, le 28 août 2000.

Réunis en Tanzanie le 28 août 2000, les protagonistes dans le conflit burundais se sont serrés la main en signant l’Accord d’Arusha accouché au forceps. 19 ans après, la classe politique burundaise s’accorde sur ses bienfaits, mais diverge sur son avenir.

« C’est le parti Cndd-Fdd qui a mis en application l’Accord d’Arusha », déclare Nancy Ninette Mutoni, chargée de la communication au sein du parti au pouvoir. Les différents commissions et conseils prévus par cet accord ont vu le jour pendant le règne du parti de l’Aigle. Pour elle, le parti Cndd-Fdd accorde une place de choix à l’Accord d’Arusha. Pour preuve, la Constitution en vigueur a intégré différentes dispositions de cet accord.

Abel Gashatsi, président de l’Uprona, reconnaît les bienfaits de l’Accord d’Arusha : « Il a mis fin à la guerre civile et instauré la paix et la stabilité dans le pays. En témoignent les différentes échéances électorales qui se sont déroulées dans le calme.» Par ailleurs, poursuit-il, l’Accord d’Arusha a restauré l’unité entre les Burundais et consolidé le tissu social. Il assure que l’Uprona accorde une place primordiale à cet accord historique. Et de marteler : « Les Badasigana ont voté pour la Constitution en vigueur qui est respectueuse de cet accord dans ses grandes lignes.»

« L’avenir de l’accord est hypothéqué »

Léonce Ngendakumana, vice-président du Frodebu, soutient que l’Accord d’Arusha été arraché dans la douleur. L’Accord a mis fin au conflit, à la dictature militaire et a abouti au partage du pouvoir entre Burundais. Pour lui, l’accord reste et restera le pilier de la démocratie, la paix et la stabilité au Burundi. Mais, il déplore que des détracteurs de cet accord subsistent : « L’accord est constamment violé. Des cas de corruption s’observent ici et là ».

M. Ngendakumana appelle les Burundais à rester soudés et à défendre cet accord. Et de renchérir : « Aucun autre accord ne sera au-dessus de l’Accord d’Arusha. Il est gravé dans la mémoire des Burundais. Il reste une référence.» De son côté, Kefa Nibizi, président du Frodebu Nyakuri, considère l’Accord d’Arusha comme le fondement de la bonne gouvernance politique et démocratique au Burundi. Il a été une porte de sortie d’une crise qui avait endeuillé le Burundi. Et d’ajouter : « Une culture de dialogue s’est installée entre Burundais. Cependant, fait-il observer, l’Accord d’Arusha a terminé son mandat. « Il a été remplacé par la Constitution qui s’en est largement inspirée ». M. Nibizi soutient qu’il faut respecter et mettre en avant la Loi fondamentale.

Pour rappel, après de longues et difficiles négociations, les protagonistes dans le conflit burundais ont abouti à la signature de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Burundi, le 28 août 2000 à Arusha, en Tanzanie, sous l’égide de Nelson Mandela.

L’Accord d’Arusha a mis fin à une décennie de guerre civile et aux divisions ethniques qui ont endeuillé le Burundi. La Constitution du 18 mars 2005 s’est inspirée de cet accord et a imposé des quotas ethniques pour le partage de pouvoirs entre les différentes couches sociales du pays.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Le 25 septembre, le chef de l’Etat anime une conférence publique. La date coïncide avec la période des 100 premiers jours du général-major Evariste Ndayishimiye à la tête du pays des mille et une collines, le Burundi. Très scrutée, cette (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 925 users online