Politique

Violences basées sur le genre à Rumonge : les leaders religieux brisent le silence

08/03/2014 Félix Nzorubonanya 0

Une soixantaine de leaders religieux de cette commune  se sont engagés dans la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG) en s’appuyant sur les écritures saintes.

Les Eglises et les mosquées assurent qu’elles vont désormais prendre en charge les victimes des violences basées sur le genre et les orienter vers les centres de santé, les hôpitaux, les corps de police.
Cette décision a été prise au cours de la formation organisée le 25 février par le réseau des confessions religieuses de lutte contre le sida et la promotion de la santé. Selon André Bizoza, secrétaire exécutif du réseau, les leaders religieux n’étaient jusqu’à présent très actifs dans la lutte contre VGB même si nombreux d’entre eux affirment souvent avoir reçu des victimes. Ils ont alors élaboré un plan d’action qu’ils vont réaliser pendant cette année.

” Campagne Tamar “

Les leaders religieux ont baptisé la lutte qu’ils vont mener ” Campagne Tamar”. Tamar, fille du roi David, avait été violée par son frère. Ce cas de violences avait apporté une malédiction au royaume.
Jérémie Niyondiko, responsable du centre de développement familial en commune de Rumongea précisé que les violences basées sur le genre se sont multipliées ces derniers mois et changent de forme. Le nouveau phénomène de trafic des êtres humains est une réalité. Il a appelé les leaders religieux à combattre ce phénomène qui commence à prendre une ampleur inquiétante.

N.A. une femme victime des violences basées sur le genre espère qu’avec l’implication des leaders religieux, elle sera réhabilitée dans ses droits. Car elle est dans la même Eglise que son bourreau.
Le réseau des confessions religieuses de lutte contre le sida et la promotion de la santé regroupe les Eglise catholique, anglicane, pentecôte et la Communauté islamique.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

COMESA, l’imbroglio

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur COMESA, l’imbroglio

Difficile de comprendre la communication qui se fait entre Bujumbura et le secrétariat général du Comesa, Marché commun de l’Afrique orientale et australe. Pendant plus d’une année, Bujumbura se prépare à accueillir le Sommet des Chefs d’Etat de la Communauté. (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

771 utilisateurs en ligne