Publireportages

Vers une meilleure maîtrise du français

Jeudi 17 juillet 2014, à Bujumbura, Jean-Paul Mortelette, Directeur de l’Antenne Afrique des Grands Lacs de l’Agence universitaire de la Francophonie a lancé un atelier de mise à niveau linguistique en français. 120 étudiants de l’Institut de Pédagogie Appliquée (IPA) en Bac I & Bac II en sont bénéficiaires.

Pour Jean Paul Mortelette, la non-maîtrise du français impacte sur la carrière professionnelle des enseignants et la qualité du système éducatif  ©Iwacu

Pour Jean Paul Mortelette, la non-maîtrise du français impacte sur la carrière professionnelle des enseignants et la qualité du système éducatif ©Iwacu

« Permettre aux bénéficiaires de réussir leur cursus académique pour ensuite être de bons professeurs de français » sont deux principales motivations de cet atelier selon Jean-Paul Mortelette. La formation va durer trois mois (juillet-octobre 2014).
Les étudiants du département de français de l’Institut de Pédagogie Appliquée (IPA) sont appelés à être demain les professeurs de français du secondaire. De plus, le français étant la langue de l’enseignement au Burundi, son niveau de maîtrise par les enseignants impacte globalement sur la qualité du système éducatif . « Aussi brillant soit-il dans son domaine, un professeur qui ne maîtrise la langue d’enseignement conduit ses élèves à l’échec. », précise le Directeur de l’AUF.
Ce dernier a donc logiquement salué l’engagement que démontre le chef de département de français de l’IPA, Pr. Raymond Kimanuka qui mobilise son temps et son énergie au bénéfice de ses étudiants.
Les ateliers se dérouleront en six groupes de 20 personnes, chaque groupe étant encadré par des professeurs de l’IPA aguerris à cet exercice. « Nous voulons des cours très interactifs entre professeurs et étudiants » souligne le Directeur de l’AUF.
S’appuyant sur de récentes études, Jean Paul Mortelette, relève le faible niveau de français dans l’enseignement.
Aussi, au delà de cette session de mise à niveau linguistique, la Francophonie entreprend au Burundi différentes actions coordonnées pour soutenir la formation initiale et continue des enseignants et des formateurs. Il cite l’initiative francophone pour la formation à distance des maîtres (IFADEM) qui a perfectionné 2400 instituteurs du primaire sur l’enseignement du et en français. Il s’agit aussi du projet ‘’Elan’’ qui travaille sur le bilinguisme scolaire et notamment la transition entre le kirundi et le français comme langue d’enseignement.
De même, en collaboration avec l’Ambassade de France au Burundi, 72 professeurs du secondaire ainsi que des formateurs de l’IPA, de l’ENS et de l’Université du Burundi sont actuellement inscrit dans le dispositif Pro FLE visant à renforcer leurs compétences en Didactique et en Pédagogie du français.
Enfin, dans le cadre du même partenariat avec l’Ambassade de France au Burundi, l’AUF soutiendra en 2015 le lancement d’un Master en Didactique du Français Langue Etrangère à l’Université du Burundi.

Un projet salutaire

Photo de famille des futurs bénéficiaires et des professeurs

Photo de famille des futurs bénéficiaires et des professeurs

Du côté des bénéficiaires, c’est la satisfaction. Félix Ndacayisaba, un étudiant du Bac II, IPA, ne doute pas que cet atelier leur sera salutaire : « ça va nous permettre d’avoir des connaissances très approfondies en français et, de surcroît, de bien défendre notre carrière ». Ce jeune homme ajoute que s’il devient cadre de l’administration, il lui sera aisé de bien communiquer avec les autres.
Au terme des sessions pour lesquelles il s’engage à être assidu, M. Ndacayisaba souhaite recevoir un certificat lui permettant peut-être de suivre d’autres formations.

  1   Vos commentaires
  1. david

    les telles formations sont nécessaires pour diminuer si non éradiquer l’échec scolaires qui se remarques ces jours quant aux étudiants il faut s’y mettre pour profiter de cadeau gratuit qui satisfera leurs besoins académique(réussite) mais aussi professionnel

Publicité