http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2017/09/USAID-18-SEPT-Cross-cutting-DG-Advisor-website-2017_10-1.pdf
Sécurité

15.000 Fbu pour être relaxé

19-08-2017

La plupart des personnes arrêtées ce samedi 19 août à l’université du Burundi, au campus Mutanga, se sont retrouvées obligées de payer une sorte d’amende, un montant de 15.000 Fbu chacune pour sortir du cachot du commissariat municipal de police (ex Bureau spécial de la recherche).

Le commissariat municipal de police, ex BSR

Exception faite pour 4 étudiants qui n’auraient pas été coopératifs lors de leur arrestation. Ils auraient «contraint les forces de l’ordre à user exceptionnellement de la force». Leur cas sera traité à part, leur a-t-il été signifié laconiquement.

Des sources sous anonymat font savoir que cet argent a été versé sur le compte de la mairie no 2299 domicilié à Interbank. Ces personnes s’étonnent qu’elles soient obligées de payer de l’argent sans aucune pièce ni procès en contrepartie. Elles se demandent sur quelle base légale la police s’est-elle appuyée pour fixer cette somme.

Elles déplorent que cet «achat de relaxation» leur ait été informé tard. «C’est vers 16 heures.» Elles disent qu’ils auraient pu bénéficier de la solidarité des amis s’ils avaient été avertis tôt de cette exigence ou procédure.

Contacté, un étudiant qui venait d’aider quatre camarades, a fait savoir qu’ils ont été relâchés dès la présentation du bordereau de versement.
«En échange de celui-ci, des agents m’ont remis les documents de mes amis.» Il confie qu’ils avaient donné à leur arrivée soit une carte d’étudiant ou une carte d’identité nationale.

Faute d’argent, plusieurs étudiants ont passé leur nuit au cachot du commissariat municipal de police.

  2   Vos commentaires
  1. KABADUGARITSE

    Et c’était quoi le mobile de leur arrestation? L’information vient d’être donnée en deçà de sa moitié!

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.
Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité