http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/US-ADVERT-26-SEPT-O-7-OCT.pdf
Justice

Prisonniers politiques : existent et n’existent pas

La classe politique burundaise diverge sur l’existence ou non des prisonniers politiques.

Elie Ntungwanayo : « Il n’y a pas d’infraction politique dans le Code pénal du Burundi. »

Elie Ntungwanayo : « Il n’y a pas d’infraction politique dans le Code pénal du Burundi. »

L’exécutif, notamment par la bouche de Philippe Nzobonariba, nie catégoriquement l’existence de prisonniers politiques. Pour lui, ceux que l’opposition radicale présente comme des manifestants ou des hommes armés pour protester contre le troisième mandat du président Nkurunziza ne sont que des « terroristes ». Ils ont été appréhendés dans des mouvements insurrectionnels visant à porter atteinte à la sûreté de l’Etat.

Cet argument est appuyé par le ministère de la Justice. Ce mardi 15 mars, la ministre Aimée-Laurentine Kanyana a elle aussi nié catégoriquement l’existence de prisonniers politiques. Bien avant elle, le porte-parole de son ministère, Elie Ntungwanayo, avait martelé à qui voulait l’entendre qu’il n’y a pas dans le Code pénal burundais une infraction qualifiée de politique.

« Ils ont la mémoire courte »

Le président du parti Frodebu, Léonce Ngendakumana, dit que le pouvoir Nkurunziza nie l’évidence : « Aujourd’hui plus que même du temps du régime du président Buyoya, les maisons de détention regorgent de prisonniers politiques. »

Pour lui, tous ceux qui sont incarcérés pour participation aux manifestations contre le troisième mandat et tous ceux qui ont été capturés, les armes à la main sur le champ de bataille, sont des prisonniers politiques. « Si les anciens dignitaires comme Sylvestre Ntibantunganya, Gervais Rufyikiri, Pie Ntavyohanyuma, Godefroid Niyombare sont des réfugiés politiques, comment n’existerait-il pas des prisonniers politiques ? »

Toujours, selon lui, la nomenklatura Cndd-Fdd a la mémoire courte. Lors des négociations d’Arusha, le pouvoir de Buyoya niait l’existence de prisonniers politiques. Il parlait de tribalo-terroristes génocidaires écroués. Mais le Frodebu et les autres partis du G7 réclamaient leur libération pour le fait même que ce sont des prisonniers politiques. Dans les négociations avec les mouvements armés, le Cndd-fdd et le FNL ont utilisé la même terminologie de prisonnier politique pour désigner leurs militants qui croupissaient dans les geôles.

Il va plus loin. Tous les pouvoirs africains ont du mal à accepter l’existence de prisonniers politiques. Et de citer l’exemple du Niger où la Cour constitutionnelle a validé la candidature à la présidence de l’ancien président de la République. Mais le pouvoir continue de le maintenir en détention et refuse d’admettre que c’est un prisonnier politique.


Analyse

Me Gabriel Sinarinzi

Me Gabriel Sinarinzi

Pour Me Gabriel Sinarinzi, ancien bâtonnier a.i de l’Ordre des avocats près la Cour d’appel de Bujumbura, les infractions politiques n’existent pas techniquement parlant. Mais le mobile peut être politique, religieux, la lutte pour la survie, etc. Dans tous les cas, insiste-t-il, les faits restent infractionnels.

Il fait remarquer que les infractions comme participation à des bandes armées ou atteinte à la sécurité de l’Etat ou d’autres infractions à mobiles politiques sont souvent amnistiés ou excusés. « La libération des prisonniers ayant commis des infractions sur base de mobiles politiques est souvent un préalable à toute négociation », conclut-il.

  3   Vos commentaires
  1. eric

    les intellectuels burundais sont vraiment bizarre.Tous le monde veut parler ,tous le monde veut ecrire le livre ,tout le monde est important.
    Mias ici aux pays englophones en africe du sud ,kenya ,tanzanie,les intellectuels parlent des investissments ,finances et autres shoses importantes.
    mais burundais et congolais tous le monde est politiciesn .vraiment francophonie n’est pas bien.
    c’est une opportunity the deveni englophone .ils sont plus en investissments que en seminaires politics… qui ne sont pas necessaire
    QUE DIEU OUVRE LES YEUX DE NOS UNIVERSITAIRES ET INTELLECTS.

  2. Kimaranyi

    Et Nkurunziza lors des négociations n’est-il pas vrai qu’il était considéré comme politicien ? Mais il était condamné à mort pour avoir été parmi les poseurs de mines. Ce que dit Léonce est vrai les DD ont la mémoire courte. Pourtant les co-accusés de Nkurunziza sont sortis comme prisonniers politiques la seule différence étant que eux avaient tués des personnes ce qui n’est pas le cas pour les manifestants.

    • Kagabo

      Toi aussi tu dois avoir la même dont tu parles!! Les personnes brûlent vifs et ces fosses communes trouvent ici et là jonchent des cadavres en décompositions se sont des animaux tuées ou des êtres humains?? Le burundi a bcp des malades et c’est ça le grand problème de ce pays. Quand ce n’est de ton coté ou la mort frapper le négationnisme est de totale. Où va le pays avec ces deux visions?? Le malheureux frappe encore dans le dénis sans nom.

Publicité