http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/US-ADVERT-26-SEPT-O-7-OCT.pdf
Éducation

Lycée Municipal Gikungu : une prime oppose professeurs et administratifs. Les élèves paient les pots cassés

La décision d’arrêter momentanément ces cours du lundi et mercredi après-midi est tombée ce lundi, 23 septembre. Elle fait suite à la mésentente entre le corps professoral et l’administration de l’établissement sur le partage des 10.000 Fbu par élève et par trimestre destinés à l’encouragement des professeurs.

Lundi après-midi : le Lycée Municipal de Gikungu se vide ©Iwacu

Lundi après-midi : le Lycée Municipal de Gikungu se vide ©Iwacu

Finie la solidarité qui unissait depuis dix ans les professeurs et les administratifs du Lycée Municipal Gikungu. L’initiative louable des parents de contribuer à l’éducation des enfants en donnant un encouragement de 10 mille francs burundais par enfant et par trimestre vient de tomber à l’eau.
Jusque-là, le partage se faisait de manière équitable entre tout le personnel, sans distinction aucune. Au 3ème trimestre de l’année scolaire 2012-2013, les enseignants et les administratifs voient leur prime d’encouragement supprimée sans aucune explication.
D’après le directeur dudit établissement, certains enseignants avaient menacé d’arrêter les cours si la mesure du partage équitable n’est pas revue.

Selon la majorité des professeurs, ce partage est injuste dans la mesure où les efforts fournis ne sont pas les mêmes. Les professeurs estiment qu’ils travaillent beaucoup plus, corrigent des copies et préparent des séances de rattrapage au moment où les administratifs sont presque inoccupés : « Des encadreurs passent la journée à soigner leurs ongles, à se maquiller alors que les professeurs passent même la nuit à corriger plus de mille copies. »
Le directeur, en poste au Lycée Municipal de Gikungu depuis 10 ans, proposera alors que la prime soit partagée dans les proportions de 63% pour le corps professoral et 37% pour les administratifs.

« Un acquis est un acquis »

Mais d’après le corps administratif, il ne faut pas toucher à la décision émanant des parents, décision qui court depuis dix ans : « ce serait les désavouer alors qu’ils ont voulu que nous soyons tous traités au même pied d’égalité. » En outre, ces administratifs indiquent que tous les après-midi, ils sont aussi à l’école pour encadrer les élèves : « Leur éducation ne s’arrête pas aux mathématiques, physique, biologie, etc. Il y a aussi l’inculcation des bonnes manières car science sans conscience n’est que ruine de l’âme. »
D’après ces administratifs, c’est un travail complémentaire et les deux corps ne peuvent pas se dissocier outre mesure. Ils accusent le directeur de plaider pour la cause des enseignants : « Il n’a jamais convoqué de réunion pour discuter de ce problème. »

Quid des autres établissements ? Normalement, chaque établissement a son organisation interne. Selon plusieurs observateurs, ce problème ne devrait pas durer, il faut que les uns soient compréhensifs par rapport aux autres. Au Lycée Municipal de Gihosha, le personnel administratif bénéficie de 10% de la prime. Au Lycée Municipal Mutanga Sud, elle est de 15% tandis qu’à l’ETS Kamenge, elle est nulle, soit 0%.

Entre le four et le moulin

Asmani Saladin, directeur du Lycée Municipal Gikungu nie toute responsabilité dans ce conflit. Il indique que cette grogne date de 2007 : « J’étais encore professeur. » En 2010, confie un professeur sous anonymat, la question a été soulevée. Le comité de direction fait savoir que les proportions ont été proposées par le conseil de direction composé des parents, des enseignants et des administratifs. M. Asmani craint que le niveau des enfants ne baisse à cause des intérêts inavoués des uns et des autres.

Le ministère de l’enseignement de base a été saisi par les enseignants. Il estime qu’il ne peut pas s’ingérer dans un contrat signé entre la direction et les parents. Ces derniers s’inquiètent de l’avenir de leurs enfants : « Les lundis et mercredis les occupaient moralement et intellectuellement. Nous craignons que les enfants ne s’adonnent au vagabondage. »
Toutefois, Asmani Saladin rassure : « Dans les meilleurs délais, l’assemblée générale des parents sera convoquée pour élire un autre comité. Je ne doute pas que cette question aura bientôt une issue. » L’arrêt des cours lundi et mercredi n’est que provisoire.

  11   Vos commentaires
  1. kayogera Vyose Sesema

    None wumva abo barezi, batanga ubumenyicanke indero bimeze gute? Abantu bananiwe no kugabura ibihumbi cumi? Baragowe abana biga kuri iryo shure, jewe ndi Leta norifuta, kuko ni akajagari, iwabo kumvikana ntibibaho n’ ubusimbirahamwe, iyo ndero ihabwa abana yoyo imeze ite? imbuto itewe niyo imera, urwo rwaruka bariko bararuroga,kandi ntawuzorurogora ahari,,,n’ umuyobozi nawe vyamunaniye gutorera inyishu gushika aho bishika aha bigeze, natange imihoho ntac amaze. Nibiryagusa, abo barium nabo nibansumirinda gusa, baraheze,ni carcasse

  2. karamiriza leo vyugi

    Ntaco muzovamwo; mwaraheze , ko mudashobora kumvikana

  3. karamiriza leo vyugi

    Sinaabwiye, none abantu munaniwe kugabura 10000 mwumva uwobaha igihugu mwokigeza hehe? Birateye isoni n’ agahinda mugihe ari mwebwe mujejwe gutanga ubumenyi n’ indero bikabananira kwumvikana? None aho abavyeyi babaja aho bakishima ngo abana babo barik bariga? Yaba nari Letajewe iryo shure ry’ ubusimbirahamwe narifuta, mugataha mwese ,aho wumva mumaze iki? Abo bana muriko mwigisha wumva bazovamwo iki? Na directeur vyaramunaniye kubumvikanisha? Mwese aho murakeneraniye mu ndero yabana , nk’ uko ibikorwa n’ ubumenyi bitangana n’ iho n’ imishahara yanyu itangana , none uwukubura agomba ahembwe nka directeur. Muratomboye iryoshure naricisha mwo akarongo kuko ntaco mumaze kandintaco rimaze, kuroga urwaruka gusa, none mwumva abo bana bazoba iki ejo bigishijwe canke baronse indero ivuye kuri wewemwigisha canke mukozi wo kuri ryo shure?

  4. Muhanuzi

    Mbega wa mu Econome atagira indero yinjirira ku barimu atadodoye agasohora Umunyeshule aracari aho?Ndibukako yanyinjiriyeko muri 2006 ndi muri Stages aho nyene ngahakwa guhana umunyeshule yahamagaye!
    Nawe nyene ari mu Bagomba kuringaniza n’abandi?
    Ahubwo mwari mwabahaye baragaya!
    Bitunganye ukundi mubirabire abo banyeshule hanyuma mubareke bagende baryame!
    Ahandiho bakora iki atari ukwirira umuyondi no gutera inkuru!
    Barasaba ama cours bigishe canke basubire mW,Ishule kuko natwe twarasubiyeyo!

  5. Muhanuzi

    Je soutiens l’idée du Directeur.
    Il faut aller voir au Lycée de la CEPBU Ntahangwa comment ça se fait!
    Même les professeurs ne devraient pas recevoir le même montant.
    Comment un prof de Maths, Français et Anglais pourra t il avoir le même montant que celui de Civisme, Dessin,…….
    Quant aux Secrétaires et Caissières, ils avaient reçus un privilège car ils ne contribuent jamais au Renforcement des capacités des élèves.
    Il faut que ça soient les élèves qui demandent le cours à renforcer et non l’Injonction du Préfet!
    Comme cela, celui qui est plus sollicité sera beaucoup payés que celui qui est moins sollicité!
    C’est ça l’Équité!

  6. Kitembo

    Soyons sérieux! La pluie qui ne tombe tombe pas, c’est de la faute des DD ? Les montagnes abruptes du pays qui supportent mal l’exploitation agricole, c’est de la faute des DD? Les enfants qui pleurent la nuit, c’est de la faute des DD ? Là on parle d’un individu et des professeurs qui ont tous un nom et un prénom. Pourquoi ne pas porter la cause devant les instances appropriées plutôt que de tout mettre sur le dos des DD ?

  7. Muto

    Elyse a été désinformée par ses informateurs. Il s’agit d’un problème créé par le directeur Asumani Saladin lui-même. Mais quand il a décidé qu’un administratif reçoive37% de ce que reçoit un professeur, on lui a rappelé que lui aussi était administratif et que donc il devait recevoir 37% de ce que reçoit un prof, et il a perdu la tête. Mais le problème au LM Gikungu va loin au-delà des 10000F. Ce monsieur tient à renflouer ses poches tant qu’il est directeur, d’où la source de tous ces maux dont souffre le Lycée aujourd’hui au bord de la faillite.

  8. Abo ba DD bimbonerakure baha gutwara amashure ariho bagiheza !!!boreka kwonona ishure gute!!!
    Mbe abavyeyi ntibomwirukana!!!!!!!!!uwo mu dirigiteri ntazi ico akora atari gukora ikibi gusa!!!
    nta n’wumufasha kuko uwomuhanuye ameze nka we!!!

    Mbe barabaroze ga yemwe? ABAVYEYI BOSE NI BAHAGURUKE IYO LYCEE IMAZE KURAMURA ABANTU BENSHI MEME DES MEDECINS.!!!!!!!!

  9. Muto

    Ivyo si vyo, c’est le Directeur Asumani Saladin qui a créé tout seul ce problème. Qu’il cesse de vous tromper en impliquant le corps professoral, il a lui-même divisé le personnel de l’établissement en deux blocs, la preuve est qu’il y a des professeurs qui sont contre ses statégies maquiavéliques. Certains en ont déjà payé les frais, j’invite la journaliste à y retourner fouiller plus en profondeur. Igihe yavuga ngo un administratif aronke 37% y’ayaronka un prof, bamubwiye bati « na wewe uzoronka 37% kuko uri administratif ata cours utanga » aca arasara arata umutwe.

    Le problème au LM Gikungu va au-delà des 10000F de renforcement, na Président du CNDD-FDD en Mairie de Bujumbura s’en est mêlé pour soutenir Sadolin, entraîné par ce mm Sadolin qui tient à maximiser sa présence à la tête de l’établissement pour renflouer ses poches. Elyse Ngabire a été désenformée par ses sources.

  10. kibwa

    C’est un clin d’oeil qu’on vient de me lancer. Dès janvier 2014, je vais réunir le corps professoral de l’université du Burundi et unanimement, nous allons exiger 30.000fbu/mois à cahque étudiant.
    La grille de répartition sera la suivante:20% pour le recteur Hakiza et son parti CNDD-FDD, 10% pour le personnel administratif et nous nous partegerons le reste. C’est pas équitabre ca!!!
    Kibwa

    • Bakara

      Bonne chance cher Kibwa (utari mujeri)!

Publicité