Interviews

Stef Vandeginste : « L’esprit d’Arusha est contre un troisième mandat de Pierre Nkurunziza »

Sur le plan strictement juridique, Pierre Nkurunziza n’est pas éligible aux élections présidentielles en 2015. Du moins dans la mesure où l’on considère que l’Accord d’Arusha constitue toujours une source importante de droit constitutionnel burundais, nuance le spécialiste.

Stef Vandeginste est juriste, chargé de cours à l’Institut de politique et de gestion du développement (IOB) à l’Université d’Anvers ©Iwacu

Stef Vandeginste est juriste, chargé de cours à l’Institut de politique et de gestion du développement (IOB) à l’Université d’Anvers ©Iwacu

Vu l’accord d’Arusha et la Constitution du Burundi, Pierre Nkurunziza a –t-il droit à un autre mandat ?

Chaque candidature aux élections (présidentielles et autres) doit, bien évidemment, remplir les conditions d’éligibilité. Celles-ci sont mises en avant par la Constitution et par le Code électoral. Il est prévu, entre autres, que le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois (article 96 de la Constitution). A première vue, cette disposition semble donc rendre inéligible le candidat qui aura exercé la fonction présidentielle pendant deux mandats de cinq ans (entre 2005 et 2010 et entre 2010 et 2015). Or, une autre disposition rend plus complexe la lecture de la Constitution. Il s’agit de l’article 302 qui porte sur l’élection du premier Président de la République de la période post-transition et qui contient ‘une exception’, ce qui rend difficile une interprétation littérale de la Constitution.

Dans votre analyse de mars 2012, vous dites effectivement que l’interprétation littérale de la Constitution n’offre pas de réponse définitive au 3ème mandat de Nkurunziza. Pourquoi ?

Ce que le constituant a voulu dire en adoptant l’article 302 et en prévoyant l’exception auquel je faisais allusion n’est pas tout à fait clair. S’agit-il d’une exception sur la modalité de l’élection du premier président de la période post-transition, c’est-à-dire une élection indirecte (par le parlement) au lieu de directe ? Ou s’agit-il d’une exception qui porte également sur le principe de base contenu dans l’article 96 et qui stipule que personne ne peut renouveler son mandat plus qu’une fois? A mon avis, afin d’interpréter, il est donc nécessaire d’essayer de reconstituer quelle pourrait avoir été l’intention du constituant quand il a inséré les mots «à titre exceptionnel» dans l’article 302 de la Constitution.

Estimez-vous que l’article 302 de la Constitution sur lequel se base le parti présidentiel suffit ?

Il doit être lu et interprété en fonction de l’intention du constituant lorsqu’il a adopté la Constitution en 2005. Deux textes me semblent utiles à cet égard : l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi, qui sans aucun doute contient les travaux préparatoires principaux de la Constitution actuellement en vigueur. Il y a également le Code électoral de 2005 abrogé et remplacé par celui de 2009. Mais ce Code reste tout de même une source intéressante pour interpréter l’article 302 de la Constitution, ne fut-ce que parce qu’il s’agit du même parlement qui, un mois après la promulgation de la Constitution, a adopté le Code électoral, sans doute avec la volonté de respecter la nouvelle Constitution.

Que disent ces deux textes ?

L’Accord d’Arusha me semble bien clair. Sans entrer dans les détails (que le lecteur trouvera d’ailleurs dans mon working paper publié ici) , l’article 7 du Protocole II, Chapitre premier de l’Accord d’Arusha indique clairement une intention de la part des négociateurs de paix de prévoir une exception quant à la modalité des premières élections présidentielles post-transition sans pour autant remettre en question le principe de base. Celui-ci est d’ailleurs clairement affirmé par la phrase «Nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels» dans le troisième paragraphe.
Par contre, si on reconstitue l’intention du constituant en mars 2005 sur base de la lecture du Code électoral de 2005, une autre interprétation me semble également possible. L’article 190 de ce Code – qui reprend la disposition de l’article 302 de la Constitution – stipule qu’il s’agit d’une «exception au principe énoncé dans l’article 186» du même Code. L’article 186 porte non seulement sur la modalité de l’élection mais également sur le nombre de mandats que peut exercer un président de la République. Si le législateur avait voulu prévoir une exception limitée à la modalité d’élection, pourquoi n’a-t-il pas renvoyé à l’article 188 (qui fait référence uniquement à la modalité de l’élection présidentielle) au lieu de renvoyer à l’article 186?

Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ?

C’est-à-dire que dans la mesure où l’on considère que l’Accord d’Arusha – dont le statut juridique n’a malheureusement jamais été clarifié par la Cour constitutionnelle – constitue une source importante de droit constitutionnel, il me semble que Pierre Nkurunziza ne sera pas éligible aux élections présidentielles en 2015.

Politiquement, la tension monte. Quid du statut juridique ?

Je vois deux procédures possibles. D’un côté, on pourrait saisir la Cour constitutionnelle, conformément à l’article 228 de la Constitution, pour lui demander d’interpréter l’article 302. Cela peut se faire à tout moment. D’un autre côté, on peut attendre une éventuelle déclaration de candidature du Président actuel, auquel cas il appartiendra à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) de vérifier si la candidature remplit les conditions d’éligibilité.

Pensez-vous que ces instances soient à la hauteur de leur mission ?

Il m’est impossible d’évaluer leur capacité (en matière d’expertise, d’indépendance, etc.). En tout cas, ces deux instances ont une responsabilité énorme dans le respect du cadre constitutionnel électoral au Burundi. Dans une logique d’Etat de droit, ce ne sont pas les Nations Unies ni les bailleurs ou autres partenaires qui vont le faire. La CENI et la Cour constitutionnelle auront à statuer et à bien motiver leur décision à l’aide d’arguments purement juridiques.

  32   Vos commentaires
  1. mjs

    oh les gars ils faut que vous arretiez de jouer ce jeux a la con panser aux intérêt de la population et de la patrie Nkurunziza ne quittera jamais les pouvoirs parce qu’il a peur de ceux qui lui arrivera car il a fait que volet la population en construisant ses brasserie et autres chose qu’on a pas le temps de citer. Et lui aussi il a tué s’il vx arrêter les gens qui on commis des crimes de guerre qu’il commence par lui même et ses partisans comme comme Adolphe etc;;;;;;;;;;;;;;;; on connait le passe de notre pays, alors pansons a l’avenir si on veut que nos enfant vive la meilleur vies pas nos couche-mare mureke kuba basumirinda ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  2. Barekebavuge

    Sans spéculer ni jouer sur les mots, inutile de chercher l’aiguille dans une botte de foin: deux mandats valent deux mandats. Le mode de scrutin à appliquer pour le premier mandat, à titre exceptionnel, a été bien préciser, le suffrage universel indirect. Mais comme NKURUNZIZA souffre d’une boulimie inégalée du pouvoir, il cherche à dicter ses pions de la cour constitutionnelle ce qu’il faut lire et faire. Le droit constitutionnel n’est pas une science exacte avec des formules compliquées, il suffit d’être franc et sincère avec soi même pour le comprendre. Le regard de la communauté internationale, principalement de la Belgique, sur les dérives totalitaires du système NKURUNZIZA reste donc nécessaire pour ramener les tenants du satu quo à se ressaisir.

  3. Mpitabavuma

    N’oublions pas une chose, Arusha est le bébé des belges qui ont institutionnalisé l’éthnisme dans ces accords d’arusha. Hutu et Tutsi est une pure créature belge. Ils ne peuvent pas la voir contrariée. Notre cher Dr qui feint d’oublier qu’il n’y a aucun texte qui est au dessus de la constitution me fait mal au coeur. Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. Le travail fait à arusha a abouti à mettre sur pied la constitution actuelle qui doit et est l’unique texte de référence. Tout y est. Plus question de nous renvoyer aux accords d’arusha. Je demande à notre cher Dr de respecter l’intelligence des burundais.
    Si nous burundais voulons vivre dans un Etat de droit, il est impératif de respecter les textes légaux et surtout la constitution malgré les manquements. Nkurunziza comme tout autre burundais ne doit pas être victime des quelconques erreurs du constituant. Le droit doit être lit et dit un point un tré. Au vu de la constitution actuelle, au nom du respect de celle-ci, partisan ou pas, Nkurunziza Pierre a le droit de se représenter en 2015.

  4. Le mediateur

    On inform sans punir tout les journalistes d’Iwacu car ils ne produisent que des nouvelles qui detruisent les coeurs des burundais. vous montrez toujours que vous soutenez qu’un seul cote d’opposition dans le pays quand vous etes entre de recorter vos nouvelles.Et ceci va seulement semer la haine entre les burundais. Alors il faut bien regagner votre conscience de savoir coment satisfaire tout les cotes que ca soit opposes ou non opposes.Si non votre cite sera arretee ou etre manipulee de facon sofestique!! Donc votre PDG qu’il soit en gard. or you will be hacked for ever!!!

    • tik-tak

      @Le mediateur: Excusez-moi de vous dire ceci: Ivyo bintu wagirije Iwacu ni ukuri kwambaye ubusa!!! Niwaba ugomba ko ikinyamakuru cokwama candika ivyo umutima wawe ushaka, uraze uraja ku mirongo ngurukanabumenyi y’umugambwe ufise ivyiyumviro wokwiyumvamo!!! Ikindi naco, ubaye uri umuntu ugomba kubakebura, wogerageza kwirinda ikintu cose gisa n’iterabwoba iryo ari ryo ryose…

  5. Kagabo

    Kankunze, don’t you see salvation til now? In Burundi, there is no condemnation any longer, even for the worst sinners because of our leaders intercession. Our president Reverand bischop Dr Peter Nkurunziza and his wife Reverand pastor Denis Sindokotse are there before God to intercede for all Burundians day and night. We place them on the top of our nation in order to clean the way leading to heaven and they’re doing the job perfectly.
    So, for those who are worrying about what they’re gonna became tomorrow, for those who are worrying about what they’re gonna eat, drink, cloth…..tomorrow if Reverand bischop Dr Peter Nkurunziza wins the presidency for the 3rd term, let me tell them this: «Do not worry and calm down»
    This unprecedented president Nkurunziza is right now making everything beautiful: Free scholarship is introduced, free healthcare is introduced, free avocadoes plantations are ready for everyone and so and on. Manufacturing and getting money and eating without working’re gonna be introduced in the days to come, together with many many more incredible spectacular things. He is gonna finish this job during the 3rd term and thereafter, he be taken unto heaven.
    Opposition and others who are against this 3rd term of Nkurunziza must shut up their mouth, for, we Burundian people won’t accept to be deprived from getting free money , free eating and all those spectacular projects that Reverand bischop Dr Peter Nkurunziza intend to do and achieve during the 3rd term.

  6. bigingo

    Murira mutaka turagitwara kuko ubu haramukiwe gutwara abatize kuko twari twaranizwe
    komera mbonerakure

  7. Muntu none muri cndd-fdd mufise pierre nkurunziza gusa ashobora gutwara igihugu????
    Namwebwe aba dd birabagoye !
    Mumugambwe muzima ntawundi mufise??muragaragara rero?pierre nkurunziza adatwaye ntawundi mufise!niho uburundi butazopfa buteye imbere kuko butwarwa nabantu bameze nkawe bafise vision iri ku ngohe zabo!!!
    Amategeko arahari,canke ashaka gutwara forever?
    Erega ntibanka ko cndd fdd itwara!
    Gusa ingorane nuko iriko ihohotera abanyagihugu ,yica abo batavugarumwe,ihiga abantu bufuni na buforo,imbonera kure nazo zihohotera abanyagihugu ,ibintu biguma biduga kumusi,ibiciro ,mugutumatumanako amakuru par telephone!
    Ibintu bitaduze pendant la crise bigiye kuduga mumahoro kuri leta ya nkurunziza.

    Ingorane nuko cndd-fdd izi guhohotera,kwica abantu ibahora ubusa,yitotera kumuntu ataco imuziza,ikoresha dictature idasaznwe,yahonyazne demokrasi ,atademocratie ihari muburundi kubera cdd-fdd.

    • Muntu

      Patrick, ntundenganye ntabwo ndi umu DD kandi sindi avocat wa Nkurunziza. Nimba uvugako nkurunziza adakwiye kwitoza ubugira gatatu muri 2015 kuberako yatwaye nabi, aho ndagushigikiye. Corruption n’ ivyo imbonerakure zigira ntawokwemera ko bibandanya. Mugabo nimba nawe uri muri brya babesha abanyagihugu ngo Nkurunziza Constitution ntimwemerera kwitoza, ivyo sindavyemera kandi ni ikinyoma. Naho muvyirengangiza biranditse neza mu ngingo ya 96 ko afise uruhusha rwo kwitoza. Ntimubandanye mwisuzuguza imbere y’ abanyagihugu kuko bo barazi ko bamaze kumutora rimwe. Niyo agaruka ntakizobuza ko bamutora.
      Yaco uca ubandanya utukana ngo DD ntabandi ba candidats ifise. Urazi neza ko umukandida wa DD ataramenyekana, mugabo ashobora kuba Nkurunziza.
      Ahubwo noguhanura hamwe n’ abomurikumwe nti: nimba mugomba gutsinda aba-DD mu matora yo muri 2015, mureke kubesha abanyagihu ngo Nkurunziza bamaze kumutora kabiri kandi bo bibuka neza ko bamaze kumutora rimwe. Aho ntamunyagihugu azobakundira muzotsindwa.
      Ariko niyo mwereka abanyagihugu ubusuma, igiturire n’ ubwicanyi bukorwa na Nkurunziza na DD hanyuma namwe mukazana imigambi ifadika yo kubirwanya, aba-DD bazosindwa, Nkurunziza yitoza canke atitoza.

  8. Kazoza

    Typhon,

    Tes propos sont vraiment ridicules! Stef est un chercheur et s’est spécialisé sur la question burundaise. La science est universelle, mon frère. Au CNDD-FDD, avez-vous vraiment un seul homme? 10 ans zirakwiye. On comprend pourquoi le CNDD-FDD musèle les autres partis. Tôt ou tard azogenda. Je conseillerai Pierre Nkurunziza de quitter le pouvoir en toute dignité et donner un exemple d’alternance. Il aura rendu un grand service aux Burundais, toute l’Afrique et à sa famille.

  9. Shaza

    Pour mieux savoir par quelle porte Nkurunziza devra sortir, il faut tout d’abord connaître par laquelle il est rentrée. Ne cherchez donc pas à interroger vainement la Constitution de la République car seule la conscience de Son Excellence est là pour tout trancher…

  10. Eric

    Mbega barundi barakenyeye bagume baba basumire inda?aho mwibaza ko aba dd batabigira nkana mugusoma amategeko uko bishakiye? mbega none ko Peter Nkurunziza yivugiye wenyene ko ryabaye imboneka rimwe aho umu président yitorew n’abanyagihugu arangiza ikiringo ciwe akagirako agashima kobamwizey bakamwongera ikiringo ca kabiri ivyo bindi aba dd bagomba kuzana nibiki??????????????????????

  11. kibwa

    Trois choses me paraissent essentielles dans ce débat:
    1.Nos juristes et nos négociateurs à Arusha n’avaient pas une vue d’ensmble de ce qu’ils écrivaient d’où cette cacophonie au niveua des textes. Ajourd’hui, -y compris chez les DD- tout le monde sait que dans l’esprit du constituant, il y avait l’idée de 2 mandats sans plus. Comme nous avons le malheur de tomber sur un homme manipulable à go go, les profiteurs(hutu et tutsi) feront tout pour le garder.
    2. « Kuraguza bisumbwa no kugendereza » disaient nos anciens.Je n’ai pas encore vu un président costume-cravate qui passe plus de dix ans à la tête du Burundi. Les bezi et les batare oui mais ils n’étaient pas flanqués du titre de président de la république. De plus à part Bangiricenge, les autres ganwa à la tête du pays ne portaint même pas de culottes!!! Je suis pas sûr que Nkurunziza dementira l’adage.

    3. Tout le monde sait à partir de longtemps que la cour constitutionnelle ne dira pas autre chose que ce voudra Nyabenda, Nshimirimana et les autres larrons de la république. Ne perdez pas de temps alors. Laissez le doute à ce professeur européen qui est née dans la culture du droit…..
    En attendant bon séjour à ce DG du port de Bujumbra qui dort quelque part avec 411.millions de nos fr et 300.000$!!!

    • JP-K

      @ Kibwa
      Que voulez-vous dire par  » (…) De plus à part Bangiricenge, les autres ganwa à la tête du pays ne portaint même pas de culottes »?
      « Porter sa culotte » signifie commander ou, plus précisément que c’est la femme qui commande mu rugo. Dans certaines cultures (au Québec-Canada par exemple) « mettre ses culottes » signifie PRENDRE SON COURAGE À DEUX MAINS, PRENDRE LES CHOSES EN MAIN.

      Alors washatse kuvuga iki? Le tissu qui cache les parties ou la véritable expression ?

      Les Ganwa « mettaient bien leurs culottes ». Ils ont créé ce pays, ils ont érigé ses frontières, ils l’ont défendu contre Rumaliza, les pères-blancs, les colons … Ils ont dû plier la tête sans toutefois plier l’échine. Gushika le Muganwa Rwagasore azane indépendance.
      Les Ganwa – et les bashingantahe – n’ont jamais accepté que le Roi se parjure. Umwami ntiyarenga kundahiro. Indahiro c’est l’équivalent du serment. Umwami ntiyabesha: les intrigues se passaient à un autre niveau. Bikenewe, umwami yariha ubuki: uniquement pour l’intérêt du pays.

      Alors sincèrement, laissez les Ganwa de côté et aux autres l’option de se parjurer.

  12. Anonymous

    1. S i l’esprit d Arusha est en conflict avec letrosieme manda qu en est il de « l esprit de la lettre » du pays!!(constitution)??
    2. erega Arusha s’ urugoto!!! Ex:Equilibre ethniques!!
    3.Un simple citoyen Belge, pense qu’il peut influencer la situation politique du Burundi, en pietinant la volonte de la masse?????
    4. Si reellement l’oppositon a des adherants,qu’elle s’organise pour ganger les prochanes elections ( comme au Rwanda) et negliger les « brouhaha » des DD!!! La paix a tout prix!

  13. anonyme

    Abo bazungu mudukangisha ni bande?

    • Comme l’a dit l’auteur de l’article Stef Vandeginste est juriste, Dr en droit et chargé de cours à l’Institut de politique et de gestion du développement (IOB) à l’Université d’Anvers.
      Il est co-directeur du programme de recherche :  » Droit, partage du pouvoir et droits de l’homme (www.ua.ac.be/power-sharing) du Groupe de recherche sur le droit et le développement ( http://www.ua.ac.be / ro ) .
      Ce programme de recherche analyse, sous la perspective juridique, l’utilisation du partage du pouvoir comme instrument de règlement des conflits et la consolidation de l’Etat en Afrique sub-saharienne (ça ne te rappelle rien?).
      En 2009, il a défendu sa thèse de doctorat sur ​​le processus de justice transitionnelle au Burundi, qui a été publiée sous le titre :  » Stones Left Unturned. Law and Transitional Justice in Burundi (Antwerp, Intersentia, October 2010, xxiv + 450p). »

      Il est co-éditeur de la série L’Afrique des grands lacs. Annuaire (Paris, L’Harmattan) (www.gralac.org) et membre de la Commission des programmes Burundi-RDC du Conseil interuniversitaire flamand – Coopération Universitaire pour le Développement (VLIR-UOS).

      Il possède une vaste expérience sur le terrain dans la région d’Afrique centrale, y compris en tant que chercheur pour Amnesty International, et en tant que responsable de programme du PNUD à Kigali (Rwanda).

      Source : Site de l’université d’Anvers (http://www.ua.ac.be/main.aspx?c=stef.vandeginste).

      Question : Ubona ari itera bwoba canke babajije uwabinonosoye?

      • Bimbabampisha

        Ntavyo womenya uwurerekewe n’ingwe aravoma… ahubwo uzobaze abo babana bakora vyinshi …
        Amadipolome canke ama « titres » siyo aranga ubugengenge n’ubwtitonzi! Uravye neza mu bateye akajagari n’amarorerwa mu gihugu ntibari babuze ivyo batondesha vy’ubuhinga bafise…

        Nayo ahandiho uwo muhinga avuga ivyazi bijanye n’ibimubeshejeho… namwe nimukore ivyanyu…

        Mbere mushatse mugende kuvuga ivyerekeye igihugu ciwe maze murabe yuko mwatsa canke hari uwubumviriza…

      • Muntu

        Monsieur Karundi, je pense que pour dire que monsieur Dr Stef Vandeginste a la capacité et la compétences pour résoudre ce problème de la candidature de Nkurunziza, tu n’ a regardé que son cravate seulement. Vous savez, l’ essentiel de l’ homme est invisible et c’est ça que nous avons besoin, mais pas ses diplômes et ses qualifications
        Effectivement monsieur Dr Stef Vandeginste a énormément de connaissance en droit sur toute la planète avec une expérience sur la politique au Burundi. Mais comment se fait-il qu’ une telle personne, hautement qualifiée en droit, professeur de droit à l’ Université d’ Avers peut manquer de nous dire si Nkurunziza à droit à un 3e mandat ou pas? Dans cet article ce monsieur multiple seulement les mots pour élargir sa littérature, mais il ne peut pas résoudre une simple équation comme celle-ci.
        Au lieu de résoudre le problème posé, Pro Dr. Stef Vandeginste ajoute la confusion dans la confusion : Quel est ce genre de professeur qui , quand les étudiants lui donne un problème à résoudre en ajoute d’autres ? Curieusement, toutes les qualifications et titres de ce monsieur ne sont que vanité.
        En définitive, ses doctorats ne lui servent qu’ à augmenter son idolâtrie et son égoïsme.
        Les doctorats et les connaissances de ce Stef Vandeginste ne sont que pour lui seul, pour l’ aider à gagner son pain et à mentir qu’ il a la compétence et la capacité de résoudre les problèmes politico-juridiques. Encore une fois, quel est ce docteur en droit qui ne peut pas nous dire si la constitution du Burundi autorise Nkurunziza à se présenter en 2015 ou pas? J’ admet que Pro Dr. Stef Vandeginste a énormément de connaissances, mais il lui manque un instrument essentiel pour utiliser ses connaissances à résoudre de simple problèmes et équation et à servir l’ autrui: l’ INTELLIGEANCE.
        Même si Pro Dr. Stef Vandeginste ajouterais d’ autres doctorats et titres à ses qualifications et qualificatifs actuels, il n’ aura jamais de l’ intelligence parce que l’ intelligence ne vient ni des Universités, ni de la Belgique, ni de l’ Afrique. Elle ne vient non plus ni de ‘ Amérique ou quelque part en Europe ou en Asie. La seule certitude est que l’ intelligence a une et une seule source. Si notre professeur a compris, laissons lui chercher cette l’ intelligence.
        Je pense que Kaburahe qui est aller consulter Pro Dr. Stef Vandeginste pensant qu’ il peut apporter une réponse à ce problème de la candidature Nkurunziza pensant qu’ il en ai capable est dessus.
        Kabarahe et autres doivent comprendre que la sagesse ne se trouvent dans les cravates, dans les diplômes ou chez le blanc. La réponse ne se trouve pas en Belgique ou ailleurs : elle est au Burundi.

  14. anonyme

    Abo bazungu mudukangiqh

  15. Typhon

    On se pose une question, lorsque la Belgique était prête à exploser, ce Mr était où? Un pays où une crise politique dure plus de 18 mois veux donner leçon au peuple burundais. Heureusement que même dans son analyse, il se montre très ambiguë et cela pose des questions sur le fond et l’impartialité de son analyse. Les gens ne devraient pas oublier ce qu’a dit au cours de la semaine passée par le Ministre Belge en charge du développement lors de son déplacement à Bujumbura: Il a dit que la Belgique n’a pas de leçon a donné sur la légitimité de la candidature de SE Pierre NKURUNZIZA. Ce qui est vrai étant donné les belges ont du mal à régler leur problème (entre flamands, wallons et les autres). La solution est chez les burundais qu’ils (les négociateurs des accords d’arusha) ont privé le droit de vote en 2005 (vote direct et vote indirect).
    Chers Journalistes, au lieu de donner toujours parole aux mêmes personnes, on vous propose de demander à vos patrons qui roulent pour les opposants et l’éthnie tutsi de faire une décente à l’intérieur du pays et vous saurez, ce que le peuple burundais pensent de cette question. On se rend compte que chaque fois que des questions se posent, vous contenter d’interviewer Pacifique, Vital, Kazoviyo, Léonce, Alexis, certains européens et autres qui roulent pour les opposants burundais, des gens qui ne représentent qu’eux-mêmes.
    On se pose une question: lorsque des gens étaient entrain de chercher notre pays aux enchères (Reportage de Pauline Simonet sur France 24 http://www.france24.com/fr/20111202-burundi-ombre-guerre-groupes-armes-rebellion-tutsi-hutu-president-nkurunziza-reporter), aucun des experts et les personnes hautement citées n’a osé s’exprimer.
    Chers compatriotes, essaient de comprendre les mobiles cachés de nos chers activistes et opposants burundais.

    • ciza

      Mbega uyo mupresida w’uburundi abihambirako kabuki ?imyaka ahamaze atari guteza isoni UBURUNDI yamaze iki?

      Mbega uyo mugambwe uri kubutegetsi ufise Petero wenyene ?

      Ibwirizwa nshingiro rimurekurira canke ritamurekurira kwitoza ,ntakwiye kwitoza kuko ntaco ashoboye ,dukeneye umuyobozi w’ijunja n’ijambo abona kure ,azoza afitiye imigambi y’iterambere Uburundi ,cane cane abusubize AGATEKA.

      • Tanaz

        A Ciza:

        Hasimbire sha Ciza wewe ufise ijunja n’ijambo, kumbure ushobora no kumanura izuba tugutore. Mes chers amis le Burundi est le Burundi, le Barundi sont les Barundi. Et vous les connaissez. Inutile de vous faire des illusions.

      • 2005-2010-2015-2020-20000000000

        Ciza, la majorité des burundais sont satisfaits. On ne sait pas dans quel monde tu évolue pour ne pas se rendre compte que le président burundais est un homme « w’injunja n’ijambo ».

        • tik-tak

          @ Mr ou Mme 2005………: Vous vous basez sur quoi en affirmant cela?

    • Bimbabampisha

      Wewe nimba utarigera uba umu « opposant » uzobaze abri ku butegetsi nibaba batibagiye ico gukumirwa no gutotezwa n’ubutegetsi bw’agahotoro n’agacinyizo no kuba inyuma y’urugo bimeze!
      Ngomvye kukubwira yuko iyo hataba abantu b’intwari bitanga bakikokora abandi nabo bakagira umutima rugabo, aya mashahure yose uriko uravuga hari naho utaba uriko urayavuga…
      Nt ntwaro nimwe itagira akanenge, niwaba udahumirije canke utabitahura rero ureke abantu b’umutima baharanire ineza y’abarundi bose ata gukumirana… Compris!

  16. RUTOMORA

    Les constitutions des pays ne sont que des écoles de discorde, n’en déplaise à ceux qui l’entendent d’un autre oreille.

    • Shaza

      Qu’à cela ne tienne Mr ou Mme Rutomora kuko les premiers BAMI du Burundi fonctionnaient mieux qu’aujourd’hui sans même avoir à faire recours à un texte d’écrit kuko hatari bwaduke amashure yigisha gusoma no kwandika mu Gihugu. Seul la bonne volonté de protéger le Burundi et son Peuple leur guidait et primait sur tout.

      • tik-tak

        @Shaza: je comprends très bien que vous pourriez être un nostalique de l’époque de ces Abami, mais malheureusement, on commente ici, non pas l’histoire, mais de l’actualité!!!

  17. Patience

    Kubisanzwe ukuntu constitution yanditse ntibitomoye nagato,kuko article 96,102,103 et 302 ntizisobanura neza itandukanya mandat yambere y’umukuru w’igihugu inyuma ya transition.Bishoboka ko vyoba vyagizwe nkana kuko sinibaza ko aba juristes bose bavyanditse canke ababisomye imbere ya Assemblee Nationale nka Ministre Kiganahe boba batabonye izo confusions. Jewe sinifuza ko Peter asubira gutwara kuko ntakigenda ariko simbona icobimubuza baravye gusa constitution(ce qui arrange les dd) bataravye Accord d’Arusha.
    Ibi vyerekana ko abarundi n’abitwa incambenge rimwe rimwe ko batabona ivyo bakora. Ingaruka zavyo nazo nizi confusions.
    Komera.

    • Bakara

      « Ibi vyerekana ko abarundi n’abitwa incambenge rimwe rimwe ko batabona ivyo bakora.  »
      None wewe ninde yakubujije kubajamwo ukabereka ko wewe ubona neza ivyo ukora! Un peu de modestie, please!!!

      • Muntu

        Bene wacu Baraka et Patience, biturutse ku mafuti FRODEBU na UPRONA bazanye muri Constitution, nta kintu na kimwe cobuza Nkurunziza kwitoza.
        Aba BAFRODEBU n’ ABAPORONA bazanye aya mafuti muri constitution si abana, haba muri politique canke mu mategeko. Ntabwo bihenze, ahubwo ni umutego bari bateze imigambwe (CNDD-FDD n’ iyindi)) n’ abandi batari basangiye ivyiyumviro nabo muri 2015. Ubu rero uruhigi rwahindutse, abateze umutego bawuguyemwo, none batanguye gutuka CNDD-FDD bongera babesha abanyagihugu ngo Nkurunziza agomba kurenga amasezerano. Ahubwo Nkurunziza atitoje muri 2015, azoba ahemukiye Constitution mu ngingo yayo ya 96 n’ abanyagihugu.
        Naho Nyabenda atari kubivuga, abanyagihungu turazi neza ko Nkurunziza tumaze kumutora rimwe rimwe risa. Kandi abanyagihugu turazi ko ingingo ya 96 yashizweho n’aba BAFRODEBU n’ ABAPORONA imuha uburenganzira bwo kwitoza. FRODEBU na Léonce nibareke rero kwihakana ingingo bashize muri Constitution. Nimba bashaka ko Nkurunziza atayikurikiza ngo yitoze, nibayikuremwo, kanatsinda no muri Arusha ntayirimwo.
        Ikintu gitangaje, nuko aho kwemera ko bahemutse, ABAFRODEBU begeka ico caha kuba CNDD-FDD. ABAPORONA bo biraboneka baravyumva, kuko aho FRODEBU na Léonce bariko barahenda abarundi ngo Nkurunziza ntafise uburenganzira bwo kwitoza, bobo baricecekeye, kanatsinda iyi ngingo ya 96 UPRONA iri mu bayishizeho.

        Abo bantu biyita abamenyesha makuru, mbega nta bwenge canke ubushobozi mufise ngo mubaze igituma aba BAFRODEBU n’ ABAPORONA barenze Arusha bakazana aya mafuti (article 96) muri Constitution? Nayo abobazungu ntimwibaze ngo bazi ubwenge bwinshi, ni ba ndayegamiye.
        FRODEBU, Léonce, Minani hamwe n’ umuntu wese atega imitego mugenzi we, bakwiye kumenya ko «aho iciriye icobo umwansi Imana ihaca icanzo»

Publicité