Société

Les stages académiques : les portes ne sont pas ouvertes à tous les étudiants

09/11/2015 Martine Nzeyimana 0

Avec le système BMD (Baccalauréat, Maîtrise, Doctorat), les stages académiques sont devenus un passage obligatoire à la fin du cursus académique. Toutefois, les étudiants dénoncent la rareté des lieux de stages et la négligence de certaines institutions académiques.

Des étudiants devant l’un des locaux de l’université du Burundi
Des étudiants devant l’un des locaux de l’université du Burundi

A.S étudiant (dans l’ancien système éducatif) à l’université du Burundi révèle avoir remué ciel et terre pour se trouver un endroit pour son stage, en vain. «J’ai déposé ma lettre de stage à la BRARUDI, à la BRB, et la GIZ sans succès. J’ai dû me rabattre sur un rapport de stage fait par un autre étudiant et le présenter.»

Sans trop de culpabilité, il révèle que les professeurs ne corrigent que les rapports de stage sans faire de suivi rigoureux des stagiaires. Les étudiants n’ayant pas trouvé des établissements de stage profitent de ce relâchement pour présenter d’autres rapports de stages.

E.I étudiante à la même université s’est frottée au même obstacle : «J’ai déposé ma lettre de stage à la BANCOBU, BCB et BBCI, aucune banque ne m’a répondu». Sur un délai de deux mois consacrés au stage, E.I s’est contentée d’un seul au Global Port Services. Selon elle, ceux qui ont des facilités ou des connaissances dans la capitale parviennent à trouver aisément des lieux de stages.

Les directions académiques rassurent

«Les Services académiques ont désormais pris la question des stages en main», tranquillise Paul Hakizimana, directeur des Services académiques à l’Université du Burundi. Une période de trois mois est consacrée aux stages.

Actuellement, le rectorat de l’Université du Burundi a fait une recommandation aux doyens des facultés d’entrer en contact avec différents établissements pouvant accueillir les stagiaires. Le but est d’expliquer le caractère obligatoire des stages, les attentes à la fin de ce passage et d’assurer l’égalité des chances pour tous les étudiants.

A part la rareté de ces lieux, une méfiance à l’endroit des stagiaires se fait parfois ressentir. Le plus nécessaire est donc de fidéliser les partenaires de ces institutions offrant des stages.

«Désengorger Bujumbura pour migrer vers l’intérieur du pays permettrait aussi la disponibilité de ces établissements pouvant accueillir des stagiaires», exhorte-t-il.

«Le nouveau système est plus orienté vers la pratique que vers la théorie», affirme Deo Nimpagaritse, directeur académique de l’Université Lumière. Néanmoins, des problèmes se font ressentir dans toutes les facultés : «Les étudiants deviennent de plus en plus nombreux.»

D’autres défis sont à signaler: les lieux de stage sont réduits, les étudiants stagiaires saturent la capitale, etc.
Les deux directeurs académiques s’accordent sur la nécessité d’une sensibilisation par le ministère de l’Education, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. Tous les partenaires, les ONG et les différents secteurs doivent être informés sur le fonctionnement du nouveau système académique. L’accessibilité et la disponibilité de ces institutions permettra de former la future main d’œuvre.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Cacophonie dans un ministère

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Cacophonie dans un ministère

Qu’est-ce qui se passe réellement entre le ministre ayant l’Aménagement du Territoire dans ses attributions et son directeur général de l’Urbanisme et de l’Habitat ? Dans son communiqué du 29 mai, Madame le directeur général met en demeure les acquéreurs (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

569 utilisateurs en ligne