Économie

La stévia : indésirable aussi à Gitega

06-04-2015

Les autorités administratives et policières de la province ont procédé, lundi 30 mars 2015, à l’arrêt des travaux de la culture de stévia sur la colline Bwoga, sous-colline Nyambeho en commune Gitega.

La population assiste, impuissante, à l’interdiction de la culture de stévia par les autorités provinciales ©Iwacu

La population assiste, impuissante, à l’interdiction de la culture de stévia par les autorités provinciales ©Iwacu

«Je crois que notre gouvernement veut nous maintenir dans la pauvreté», martèlent, en colère, certains membres de l’Association Dushire inguvu hamwe. Cette dernière avait loué un terrain sur la colline Bwoga afin de cultiver la plante stévia. Quelle a été leur surprise quand les membres de cette association, en train de semer les plants de la stévia, ont vu débouler le gouverneur de province, Sylvestre Sindayihebura, son conseiller principal, Gérard Nibigira, le commissaire provincial de la police, OPP1 Melchior Hakizimana ainsi que le directeur provincial de l’agriculture de l’élevage, Helmenegilde Manyange. Selon ces autorités, la décision d’interdire la culture de stévia en province Gitega se base sur deux lettres de la ministre en charge de l’Agriculture et de l’élevage et celle du ministre de l’Intérieur qui interdisent la vulgarisation de cette plante. «Nous sommes venus tout simplement appliquer la loi.», indiquent-ils.

«C’est une décision inique et politique», répond Apollinaire Nahimana, représentant de l’association. Pour lui, ces calculs politiciens autour de la stévia doivent cesser. «Elle est pour tous les Burundais que ce soient Hutu, Tutsi, militants du CNDD-FDD, du MRC, du FNL et autres. Elle est là pour aider nos familles.» Même son de cloche de la part des autres membres :«Le gouvernement n’a rien à faire avec le petit peuple. Leurs enfants mangent à leur faim tandis que les nôtres meurent de kwashiorkor. C’est inadmissible.» Ils s’étonnent d’ailleurs que l’administration provinciale ait exhibé les deux lettres des ministres sans pour autant montrer les méfaits de cette plante. «Et d’ailleurs pourquoi elle n’a pas été interceptée à l’aéroport si c’est illégal de la vulgariser?», s’interrogent-ils.

Plus de 28 millions qui risquent de partir en fumée

«La faim fait des ravages dans nos foyers. C’était une occasion de changer la situation. Qu’on nous donne alors à manger», scandent les membres de l’association. D’après eux, la vente de la stévia aurait permis de combattre la pauvreté qui les gangrène. De plus, poursuivent-ils, ils pourront envoyer leurs enfants à l’école et subvenir aux besoins de leurs familles. «Nous avons perdu beaucoup de temps et d’énergie et voilà la récompense.» Dans la foulée, l’association a demandé de continuer à exploiter le terrain en y plantant d’autres cultures comme les haricots ou les pommes de terre. On leur a opposé une fin de non-recevoir. «Il faut d’abord vider la question de la stévia», a répondu le gouverneur de Gitega. «Nous avons loué ce terrain pour quatre ans. Qu’est-ce que nous allons en faire. Il me semble qu’il est autorisé de semer des haricots au Burundi», se demande un des membres avec un brin d’ironie.
Apollinaire Nahimana souligne qu’ils avaient déjà utilisé plus de 28 millions Fbu. Cet argent risque de partir en fumée si cette interdiction persiste, selon lui. «Je peux rassurer les membres de l’association, ils seront indemnisés car la stévia est assurée.» Toutefois, il assure qu’à part ses vertus médicinales, la stévia est une solution pour lutter contre la pauvreté. «C’est une grande perte pour la population.»

S’exprimant sur les ondes de la Radio publique africaine (RPA), le directeur général de l’Office national de contrôle et de certification des semences, Fidèle Gahungu, annonce que la stévia pourra être homologuée dans moins d’un mois si la contre-expertise de cette institution est terminée. Et d’ajouter qu’au cours de cette semaine, ses cadres et les chercheurs de l’ISABU feront une descente pour vérifier la fiabilité du rapport de l’ISABU.

  14   Vos commentaires
  1. Jean-Pierre

    Ntantwaro irandura imbuto izorama. N’umuvumo utagira izina. None abo bategetsi tubagire gute? Comment fait-on pour devenir politiquement si bête? Est-ce que le CNDD-FDD sait que s’il avait promu cette plante au lieu de la détruire aurait pu en profiter en donnant comme argument qu’il est champion pour inciter même ses adversaires quand ils bâtissent l’économie du pays? Heureusement pour eux qu’ils savent que la CENI va bourer les urnes sinon, je vois mal des burundais voter pour des gens qui font ce qu’ils font aujourd’hui.

  2. NIBITANGA

    Quel étrange règne! Aujourd’hui , le monde tout entier s’active pour la promotion de la santé en générale et en particulier dans la lutte contre les maladies dues à l’excès de sucre dans l’organisme. La stévia qui est une plante sucrante sans apporter de calories, envahi les marchés du monde entier et est saluée par tous les dirigeants du monde . Oui, tous ont compris qu’il faut une consommation modérée de sucre ou mieux favoriser la culture de cette plante qui est un don du ciel. Est-il devenu une honte d’être burundais? Faudrait -il que ça soit une société chinoise fictive qui ait alors une licence de la cultiver pendant 80 ans comme pour le marché central de Bujumbura ? Comment serait -il possible d’avoir un projet de développement dans un pays miné par la corruption comme le mien? J’ai tout simplement honte mais vu que nous ne disposons pas de toutes les informations concernant le dossier, j’ose espérer qu’il puisse y avoir une raison valable d’empêcher cette culture (peut être des terres volées ou autres chose, que sais-je?).

  3. gahinda

    Ce coup infligé à ces cultivateurs est tout simplement pitoyable et grotesque!

  4. Macaire Bacamurwanko

    None karacingani muri démocratie tuvange vyose ? akajagari ,akagaye, ugushikuza ukurementanya bibe ndanse. Mbega none ko batweretse ko les chercheurs bariko baraheraheza akazi kabo bakavuga ko en moins d,un mois hoboneka homologgation yicogiterwa nikubera iki abantu batorindira? Nayo CNDD-FDD mwamiza mukanywa ubwo burya muzi ko mumezi abiri izimangana? konumva hari abagumura abandi ngo barindire haze iyindi ntwaro ikunda abanyagihugu? uwoba azi ubwenge yokwirinda guhandwa kur,ururimi kandi hariho ibirato. Hambere abakera bari barayamaze bati kirazira kugurisha urushato rw,ingwe utarayica? burya nimutenyenye mubanze mubone ko iyo CNDD-FDD muyikubuye muyiranduranye nimizi muheze muvuge Ayo mushaka. Ntakibabaje nkigihe bizoshika musanga mutegerezwa gukora na CNDD-FDD kandi mwoba mwarahanzwe kur,urumi, sakirimikibi yatanze umurozi gupfa, iyo nimpanuro ya Assurance gedera Ubuntu.

    • Moteur C

      ISABU a toujours donné des délais, des promesses, et tout ça pour après arracher. La question est : «Comment une compagnie comme Coca-Cola ou Pepsi, etc., utilise la Stévia sans avoir au préalabre étudié la plante?» On connait pourquoi ils sont en train de s’agiter : le sucre (Sosumo) est en train de perdre du terrain dans le monde.

  5. SEBUSA PIERRE

    Est-ce que quelqu’un peut m’expliquer ce qu’on repproche à la stévia, pourqoui cet acharnement contre cette plante là qui a fait le bonheur de milliers de paysans su-américains et asiatiques?

    • Moteur C

      C’est une déclaration de mort à notre SOSUMO, voilà tout. La stévia est maintenant dans le Coka, Pepsi, dans des youghourt, etc.

  6. Jambo

    Toutes choses bonnes ou mauvaises concourent au bien,dit la bible,mais un jour le peuple connaitra la raison de cet acharnement des autorites a l’egard du peuple .Tout finit par se savoir.

    • Rose Hakizimana

      IL FAUDRA DEMANDER AUX HISTORIEUX PEUT ETRE IL Y AURAIT DANS L HISTOIRE LES GENRE DE COMPORTEMENTS
      JE PENSE AUSSI QU IL Y A UN PAYS PARMI LES PAYS DEVELOPPENT QUI A DONNE UNE MISSION A PIERRE NKURUNZIZA
      DE SUPRIMER LE BURUNDI SUR LA CARTE DU MONDE JE DIS CELA PARCEQUE TOUT CE QU IL FAIT ON DIRAIT QU IL DETRUISE A LA PLACE DE CONSTRUIRE AUX DEVELOPPEMENTS
      JE DONNE L EXEMPLE DE LA PLANTE STEVIA DETRUIT, LA MAISON DE CHEZ EUSEBIE POUR LES ORPHELINS BRULE , LES
      PERSONNES TUENT OU DISPARIE TOUT CELA PAR LES INSTITUTIONS DU GOUVERNEMENT DU BURUNDI

  7. kimeneke

    eregapeter nintwaro yiwe basubiriye shetani mukwica nomukwiba. uwutishijwe umupanga azokwicishwa inzara

  8. Tout ça parce que stevco refuse de cotiser au parti de l’Aigle et de donner des pots devvin aux autorités.
    Hako tubura inoti abarundi bopfuma bicwa n’inzara.Voilà le mode de gouvernement des Seigneurs au pouvoir.
    Hanyuma ngo abarundi barabakunda.Ivyo mukora barabibona umusi uri izina bazoba inyishu ibabereye.
    Franchement un autre mandats pour faire quoi de plus?Leur dire que ce sont les tuti  »umwungu wa rwa ruyuzi qui est la source de la faim et malheur des burundais???Barabatwenga batize mukabura nubwenge bwo kubibona.
    A bon entendeur salut!!!
    Génération,génération!!!!!!!!!!!!!!

    • Rose Hakizimana

      Ndashima ko bokwanka kubaha igiturire nibarindire haboneke intwaro ikunda igihugu
      reka abo bicanyi bagende igihugu kironke amahoro ubutungane busase ababandi n abicanyi
      bakubitwe intahe mu gahanga

  9. Pub gratos pour le MRC er l’opposition en général.
    Ubujuju dutwawemwo burarengeje…………..

  10. Yabu

    Abo babuza abanyagihugu kwiteza imbere nibo badashakira ineza CNDD FDD kuko ntaho ryakabaye kubuza abarimyi bari ku kivi. C’est quel genre de politique ca?

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.
Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité