Société

Gitega/Bugendana : aucun enseignant au lycée de Nyamagana

Le Lycée communal post fondamental de Nyamagana a commencé le troisième trimestre sans enseignant. Les seuls quatre professeurs vacataires que l’école comptait sont partis faute de paiement.

La classe post-fondamentale du lycée de Nyamagana.
La classe post-fondamentale du lycée de Nyamagana.

Perdu dans les confins de Bugendana, le Lycée paie, depuis le début de l’année scolaire, un lourd tribut de son éloignement . Les élèves se présentent en classe mais aucun professeur ne se pointe depuis trois semaines. Selon Tharcisse Manirambona, directeur du lycée, son école n’a jamais eu de professeur permanent. Ce qui affecte gravement les activités scolaires. La classe post fondamentale a fonctionné grâce aux contributions des parents qui rémunéraient les professeurs vacataires. Le directeur dit que depuis l’année scolaire, cette classe avait 4 enseignants qui n’étaient même pas qualifiés.

« Avant, nous faisions recours aux quatre professeurs vacataires que nous payions avec la contribution des parents. Mais depuis la mesure du ministère de tutelle interdisant cette méthode dans toutes les écoles publiques, tous sont partis et nous nous sommes retrouvés sans enseignants. » D’après lui, la solution viendra des parents eux-mêmes puisque l’école n’a pas d’autres alternatives pour payer les professeurs.

Tout de même, il garde espoir : «Selon mes autorités hiérarchiques, le ministre de tutelle aurait accepté  une exception pour nous. Nous pourrions continuer à demander aux parents de rémunérer les professeurs. Nous sommes en négociations avec le comité des parents pour trouver une solution. »

Une mesure jugée injuste

Certains parents interrogés indiquent qu’ils se sentent trahis par le gouvernement. Ils se demandent pourquoi les parents pauvres doivent payer les salaires d’une partie des enseignants dans une école où la qualité de l’enseignement est inférieure à celle des centres urbains. Ces conditions de travail et de rémunération sont fortement contestées par la plupart des parents et leurs enfants et semblent constituer un handicap à leur motivation et leur assiduité. . « Si le ministère de l’Education ne veut pas envoyer les enseignants ici, qu’il ferme cette école au lieu de faire perdre du temps à nos enfants », peste Catherine Kiragurana, mère d’un élève. Même rhétorique pour Edouard. D’après lui, il n’est pas normal que les parents continuent de cotiser pour rémunérer les professeurs alors que l’école est publique.

« Une école n’est pas les quatre murs seulement, c’est le matériel didactique et de bons professeurs. » Ce que les élèves soutiennent.

« Nous avons commencé l’année à 47, mais aujourd’hui nous sommes 35. Et demain, je ne suis pas sûr si cinq ou dix ne choisiront pas l’abandon », a déclaré J.K., élève à cette école.

Nous avons cherché à joindre le Directeur provincial de l’Enseignement à Gitega, sans succès.

Forum des lecteurs d'Iwacu

8 réactions
  1. rema

    Si ce qui est écrit est vrai, ce serait très dommage. Nous dirions que la DCE Bugendana et la DPE Gitega sont incompétentes. La solution est simple, il faut faire le redéploiement en tout cas il y a beaucoup d’écoles où il y a trop d’enseignants. S’il n’y en a pas à Bugendana ou dans toute la Province de Gitega, il faut saisir le Ministère pour les redéployer à partir des autres Provinces du pays où il y en a ou bien procéder au recrutement. Si l’école ne peut pas avoir des enseignants disant que elle est dans un coins reculé, à la longue on pourra se retrouver avec des enseignants dans les seules écoles se trouvant en ville, et à très long terme dans la capital uniquement. Sauf si l’école est privée.

  2. Karabadogomba

    Quel péché ces enfants ont-ils commis pour n’avoir pas d’enseignants? Est-ce que quand on construit des écoles on ne pense pas aux enseignants ou à l’équipement? les ressortissants de la commune Bugendana, associez-vous pour sauver ces enfants. Mais….

  3. Marie claire

    Nukuri nibareke ivyobibondo vyige nkabandi , leta nibaronderere abarimu kuko bari sous leur responsabilié.
    Ivyo bibondo ni kazoza k’uburundi.

  4. jewe

    Ewe Bugendana uragowe

  5. katika

    Aho hantu ndahazi haba des paysans DD gusa très virulents! None le gouvenemet DD ntiyobafasha abana bakiga bagatera imbere ????Bazohava basokora mumugambwe!

  6. Salmia Irikungoma

    Nta co gushima canke kugaya kikiri mu Burundi ! Ni agahomera bunwa ! Tubibaze nde ga yemwe ? Ibiraje ishinga…….., Si ivyo.

  7. MAZA

    Ecole privée ou publique ?
    Il faudrait distinguer une école privée sous contrat avec l’Etat : ce dernier a un droit de regard à travers par exemple des inspections et les programmes émanent de l’Etat. Quant à l’école privée, l’Etat n’a plus rien à voir. Cependant, les écoles privées négocient les équivalences afin que les élèves sortant de ces écoles puissent accéder aux universités publiques. Le Burundi devrait éclaircir la situation.

  8. KABADUGARITSE

    Des parents qui paient le salaire des professeurs dans une école publique!!! Ntivyoroshe gutegera.-

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Une opinion déboussolée

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Une opinion déboussolée

Après le fiasco des pourparlers d’Arusha, plus d’un se demandent que pourrait être la suite. L’incertitude politique fait grandir les inquiétudes. Une opinion ne semble plus croire aux solutions qui viendraient des chefs d’Etat de la Région, encore moins de (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

554 utilisateurs en ligne