Société

Africa code week : des enfants en situation de rue initiés à la programmation

02/11/2017 Egide Nikiza 3

Du 18 au 25 octobre, le Burundi s’est joint aux autres pays africains pour donner aux enfants les premiers rudiments en informatique. Pour le Bihub, l’organisation qui en est à l’origine, cette formation incite à l’innovation.

Christian Mbazumutima en pleine séance de formation au centre Giriyuja.

Mardi 24 octobre. Le centre Giriyuja situé au quartier Kabondo en mairie de Bujumbura abrite les activités d’initiation à la programmation informatique. Une vingtaine d’enfants en situation de rue suivent cette formation. Deux cents encadrés par cette organisation vont en bénéficier tout au long de la journée.

C’est dans le cadre d’Africa code week. Une initiative de Burundi innovation hub (Bihub) à l’intention des enfants dont l’âge est compris entre 7 et 17 ans. L’évènement vient de se dérouler sur l’ensemble des pays du continent africain.

Les bénéficiaires s’en enorgueillissent. Ils sont heureux de cette initiation à la réalisation des dessins animés. Ils ont tout de même des problèmes de taille. Un bon nombre n’avaient pas jusque-là manipulé un ordinateur. En outre, ils ne sont pas scolarisés.

L’organisation hôte a mis à leur disposition du matériel. Chacun a soit son ordinateur soit sa tablette. Au total, 6 ordinateurs portables et 20 tablettes. Les enfants s’appliquent vaille que vaille. Les formateurs ne les quittent pas des yeux. En plus d’une projection, ils fourmillent pour se rendre compte que les bénéficiaires suivent convenablement. Ils s’affairent pendant environ une heure.

Au sortir, aucun n’affirme pouvoir refaire seul l’exercice. Car c’est un travail intellectuel qui nécessite un certain niveau. Ils souhaitent d’autres occasions pour continuer cet apprentissage.

Le programme inconnu des formateurs de Giriyuja

Allegria Havyarimana, responsable d’ideasbox, projet de bibliothèque sans frontières au sein de Giriyuja, rassure que son organisation continuera avec cette formation. Les encadreurs suivent la programmation en même temps que les enfants. «Ce programme nous était inconnu », reconnaissent-ils.

D’après elle, son efficacité est sans précédent. La programmation n’est pas ennuyeuse : «Les enfants s’y intéressent. L’apprentissage est ludique.» Giriyuja organisait des séances de formation en informatique à l’endroit des enfants qu’elle encadre. Ces dernières portaient, notamment sur des jeux dont ils ne savent pas comment se fait la réalisation.

Christian Mbazumutima, formateur, évoque une langue des informaticiens en vogue : «La programmation est une nouvelle langue. Aidons les jeunes à la parler couramment.» Il soutient que les enfants acquièrent beaucoup de connaissances dans des séances d’initiation. Ce passionné d’informatique souligne la nécessité de la poursuite de ces séances : «Autrement, il s’avère difficile de maîtriser cette programmation.» Il promet un coup de main même en dehors de ce rendez-vous africain.

Quant à Natacha Nduwimana, directrice de Bihub, elle affirme que seule l’alphabétisation ne suffit pas pour développer le pays. «En outre, il faut initier les enfants à la programmation informatique.» Pour son organisation, l’utilisation des nouvelles technologies constitue une voie certaine pour promouvoir la culture de l’entrepreneuriat.
Mme Uwimana confie que plus de 7 mille enfants ont été initiés. Ils sont de la ville de Bujumbura et de la province de Gitega. L’objectif n’a pas été atteint : elle s’attendait à 10 mille enfants. Et l’activité devait se dérouler dans trois provinces, dont celle de Ngozi.

La clôture d’Africa code week, initialement prévue le 25 octobre, a été exceptionnellement prolongée au Burundi jusqu’au 31 octobre. Et ce en raison de l’insuffisance du matériel didactique.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Mireille Mizero

    C’est une très bonne initiative. Elle métite d’être encourager. Toutefois, Si aucun ne sait répéter l’exercice de manière autonome il y a un problème. L’atteinte des résultats se mesure au niveau de l’acquisition des connaissances et non du chiffre prévus dans le cadre théorique du projet. Evidemment pour justifier le budget c’est important d’atteindre les chiffres. Cela est courant dans beaucoup de projets de coopération Nord-Sud.

  2. Polycarpe Ntibarikure

    Sans les alphabétiser, c’est comme leur mettre une arme à la main sans un cours sur le maniement d’arme. Leur alphabétisation est primordiale.

  3. Nduwayo Christine

    Oooh non s’il vous plait! pensez d’abord à les alphabétiser et les scolariser avant de les mettre devant un pc…none bazibokoresha hehe, s’ils vivent dans la rue…il faut être réaliste et ne pas juste le faire parce que c’est entrain de se passer ailleurs en Afrique..

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

L’ONU, un Janus pour le Burundi?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur L’ONU, un Janus pour le Burundi?

Ils proviennent d’une même organisation, s’adressent au même pays. Pourtant, ils portent un regard tellement différent sur la situation burundaise. Le 9 août, l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU, Michel Kafando, a brossé un tableau très positif, presque immaculé, (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

677 utilisateurs en ligne