Mardi 31 janvier 2023

Editorial

Vaciller mais avancer

02/12/2022 4
Vaciller mais avancer

Pour un journaliste, savoir que son travail est accessible à ses auditeurs, ses lecteurs ou téléspectateurs est très important. Pendant plus de cinq ans, on nous lisait comme par effraction. Pour rappel, depuis le 10 octobre 2017, les lecteurs d’Iwacu n’ont pas pu accéder à son site en ligne ou sur le téléphone portable à partir du Burundi. Au début, on a pensé à un problème technique qui pouvait être réparé incessamment. Des jours ont passé sans solutions. Qui a bloqué le site et pour quels motifs ? Personne n’a voulu assumer. Cette situation a profondément préoccupé nos lecteurs et les organisations des professionnels des médias.

Certaines s’en ont pris par ailleurs au gouvernement : « Si les autorités burundaises sont responsables de cette restriction, cette décision constitue une violation significative de la liberté de la presse dans le pays… Les autorités devraient annuler ces restrictions immédiatement et garantir le droit fondamental à la liberté d’expression et à la presse ».

Il fallait passer par des subterfuges techniques et autres VPN. C’est très bien tout cela, c’est l’assurance que la censure complète n’existe plus. C’est une excellente nouvelle. Mais cela laisse malgré tout un sentiment étrange. Comme si nous étions « nocifs », comme s’il fallait protéger les Burundais d’Iwacu. Désormais, Iwacu est de nouveau accessible au Burundi et aux Burundais. C’est le soulagement chez Iwacu. C’est une très bonne nouvelle. Toutefois, je tiens à rappeler que ce n’est pas une faveur, c’est un droit recouvré.

Je voudrais souligner un aspect souvent oublié par le public. L’information a un coût. Un journaliste qui va en reportage doit avoir un moyen de déplacement, il doit se loger, se restaurer, communiquer. Aujourd’hui, je suis obligé d’annuler des reportages, des enquêtes, faute de moyens.

Oui, le blocage du site internet a eu des conséquences terribles sur les ressources publicitaires. Iwacu va mal. Très mal. Je n’ai aucune honte à le dire. C’est dur chaque jour de gérer et la pression de la recherche de l’information et la question de la survie.

Avec l’ouverture du site, nous espérons retrouver les annonceurs. C’est une vraie bouffée d’oxygène car la situation est très difficile.

Malgré tout, je retiens quelques leçons de cette pénible situation.
D’abord, la crédibilité du journal est restée intacte. Ce que nous arrivons encore à faire, avec le peu de moyens, nous le faisons bien. Chapeau à tous mes collègues qui continuent leur sacerdoce dans des conditions difficiles !

Ensuite, je rappelle que malgré ce blocage, le site Iwacu est resté de loin le plus consulté de tous les sites burundais. C’est un signe fort.

Enfin, « last not least », ce qui ne vous tue pas vous rend fort. Iwacu sort renforcé de cette épreuve.
Tout n’est pas gagné, nous vacillons, mais nous avançons…

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Stan Siyomana

    1. Vous écrivez:« VACILLER MAIS AVANCER »
    2. Mon commentaire
    Compte tenu de l’histoire de notre cher Burundi, de la psychologie du peuple burundais, du manque de patriotisme de nos dirigeants burundais (RECONNU PAR LE PRESIDENT EVARISTE NDAYISHIMIYE LUI-MEME), du temps que ça prend pour essayer de mettre le secteur minier en ordre, c’est cette allure de « VACILLER MAIS AVANCER » que va prendre la réalisation (au Burundi) de tous ces beaux principes de DROITS DE L’HOMME, DEMOCRATIE PARTICIPATIVE POUR TOUS LES BURUNDAIS (SANS LISTES BLOQUEES LORS DES ELECTIONS), STATUS DE PAYS EMERGENT D’ICI 2040, DEVELOPPEMENT DURABLE ET EQUITABLE,…

    • Yan

      Vous au moins vous restez optimiste! L’espoir vous fait vivre!

      • Stan Siyomana

        @Yan
        Merci de votre commentaire.
        N’oublions pas que même le sud-africain Nelson Rolihlahla Mandela, l’un des premiers dirigeants d’Umkhonto we Sizwe/fer de lance de la nation) a choisi comme titre de son autobiographie: « Long walk to freedom » (1994)/Longue marche vers la liberté.

    • Stan Siyomana

      Uno musi itariki 3 Kigarama 2022 aho umukuru w’igihugu Varisito Ndayishimiye yari yagiye kwifatanya n’abanyaKayanza bari baramutse bijira ibiro bishasha vy’intara (People’s House), yashikirije izi mpanuro:
      « Indongozi ndabasavye mube akarorero mugukunda igihugu. Indongozi uza wumva ngo iyo abarundi baba bakunda igihugu, NABONYENE BATAGIKUNDA.
      None indongozi badakunda igihugu, IMPUMYI YORONGORA IYINDI?
      Indongozi nizitangure zerekane ko zikunda igihugu, ko zikunda abenegihugu.
      Mubakorere hamwe bavuga bati yemwe musitanteri noneho azohava agwa mw’isemwe/isemo? Ivyo vyoba bihimbaye cane… »
      https://www.youtube.com/watch?v=rGN5MUdBYMs&t=1515s

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Online Users

Total 2 393 users online