Lundi 08 août 2022

Économie

Transport vers l’intérieur du pays : La situation empire

06/08/2022 4
Transport vers l’intérieur du pays : La situation empire
Les prix de transport ont plus que doublé pour les voyages vers l’intérieur du pays sur le parking basé à côté du marché de Cotebu

Hausse des prix de transport, manque de bus, suspension des voyages, les passagers qui se déplacent de la ville de Bujumbura vers l’intérieur du pays tirent la sonnette d’alarme. Pour les transporteurs, les prix officiels n’existent plus.

« Gardez votre argent. Vous reviendrez demain. On ne peut pas vous rassurer qu’il y ait des bus », communique un responsable d’une agence de transport aux passagers, ce 4 août après-midi. Ces derniers cherchent à acheter des tickets pour le lendemain après avoir raté leurs voyages.

Le parking des agences de voyage desservant l’intérieur du pays basé dans la zone urbaine de Ngagara était presque vide à 16 heures de ce 4 août. Pour certains responsables de ces agences, la situation est loin de se normaliser. « La situation empire davantage suite à la pénurie du carburant. Trouver du mazout est devenu un casse-tête », signale un agent d’une agence de voyage.

Pire encore, les prix de transport ne cessent de fléchir. « Les prix changent du jour au lendemain. Méfiez-vous des prix officiels qui n’existent plus. Nous aussi n’achetons plus du mazout au prix officiel. Personne n’accepterait de travailler en perte », indique un autre responsable d’une agence, sans vouloir préciser les prix aux passagers déjà désespérés. A titre d’exemple, poursuit-il, le prix pour Bujumbura-Gitega varie entre 15 mille et 20 mille BIF. Selon lui, ils varient aussi d’une agence à une autre. Et de conseiller les passagers à faire des voyages urgents seulement.

Pour ne pas rater leurs voyages, certains passagers font recours aux véhicules de type Probox ou coaster qui n’appartiennent pas aux agences. Pour y gagner une place, il faut d’abord entrer dans le véhicule avant de demander le prix.

Pour certaines provinces, le ticket de transport a plus que doublé. Par exemple, on doit payer 30 mille BIF pour le trajet Bujumbura-Muyinga et 20 mille BIF pour Ngozi alors que les prix officiels sont 13.500 et 9500 BIF respectivement. Malgré cette hausse des prix, des bousculades s’observent chaque fois qu’un véhicule arrive au parking.

« La situation est devenue incontrôlable. Ceux qui ont des voyages urgents n’ont pas de choix. On doit voyager bon gré mal gré. Malheureusement, il n’y a même pas des bus », indique un passager qui se rend à Muyinga avec le seul bus qui restait sur le parking à 16 heures.

Selon lui, on ne peut pas être sûr d’arriver à la destination avec ces moyens de transport non affiliés aux agences de voyage : « Le conducteur peut s’arrêter à Ngozi alors qu’il a des clients de Muyinga. On est vraiment fatigué de ce désordre ».

La chasse aux clients

Sur un autre parking près du marché de Cotebu, non loin du parking des agences, les voitures de type probox et Hiace font l’affaire. Ils ont pour destination partout « pourvu que le client paie le montant exigé ». Les prix de transport varient d’un conducteur à un autre. Certains transporteurs fixent des prix bas pour gagner plus de clients.

« Tu nous causes des problèmes. Soit, tu te soumets à nos prix ou tu quittes le parking », des conducteurs s’adressent à leur collègue, à point de se rentrer dedans. Ce dernier veut transporter les passagers de Gitega à 15 mille BIF alors que les autres exigent 20 mille BIF pour le même trajet.

Pour les passagers, cette mésentente entre les conducteurs est un avantage. Ils déplorent des spéculations sur les prix de transport sous prétexte qu’il y a pénurie du carburant. « Je suis au courant de cette pénurie. Le problème est que même ceux qui s’approvisionnent du carburant au prix normal se cache derrière la pénurie pour hausser les prix », fustige un passager. Il appelle les transporteurs à toujours respecter les prix officiels pour ne pas créer du désordre.

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Bakame

    Le gouvernement DD a donné le marché pétrolier à un seul individu.
    Il y a un petit groupe d’intouchables qui en profite. Mais le pays entier crève.
    They will be no accountability. Nous allons continuer à chanter que nos sommes bénis des dieux dans les bikorane.

  2. Mike

    Tout comme d’habitude…

  3. Nshimirimana

    Chers « décideurs politiques »,
    Il y a tout de même un souci. Il y a un désintérêt aux difficultés quotidiennes du petit peuple. Quand vous avez besoin de ses voix pour vous faire élire, il est là. Mais le voilà désemparé face aux difficultés dans leur vie au quotidien mais, pas de retour de l’ascenseur de votre part. Tout est devenu cher, y compris les produits de première nécessité. Ne vous sentez-vous pas gêné quand vous assistez à ces files interminables, des jours et nuits entiers, de ces hommes et femmes à la recherche d’une goutte d’essence? Mais non! Dès lors que vous êtes servis, il ne semble pas y avoir un problème. Or tout homme et femme de votre rang devrait se questionner, s’interroger, compatir ! Des solutions devraient être trouvées dans l’intérêt de tous.
    Attention, le peuple peut être ce volcan capable de se mettre en éruption lorsque la pression devient insupportable. On n’est pas loin car trop c’en est trop avec cette carence de carburant des mois et des mois durant…
    La guerre en Ukraine n’a pas fait tarir les stations mais a rendu le coup du carburants cher. Le peuple est prêt à payer le prix mais faut avoir le produit!

    • Yan

      @Nshimirimana
      « On n’est pas loin car trop c’en est trop avec cette carence de carburant des mois et des mois durant… »

      Carence de carburent, carence de sucre, carence de viande, carence…, carence; Je suis de ton avis, la majorité des 12 millions est en carence et est comparable à un volcan qui va entrer en éruption, ou à une casserole à pression (appelée aussi Cocottes minute) qui est sur le feu.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Pénurie du carburant. La voie lacustre serait un soulagement

Les pénuries épisodiques de carburant n’ont rien de nouveau au Burundi. Mais celle que nous vivons se distingue des précédentes par sa longueur et sa gravité qui compliquent encore davantage le quotidien de la population. Devant des stations-services, à sec (…)

Online Users

Total 1 263 users online