Samedi 20 juillet 2024

Politique

SCEAM : « Souvenez-vous toujours que la solution viendra de vous-même »

13/06/2016 5

Le symposium des conférences des évêques catholiques d’Afrique et de Madagascar (SCEAM) a adressé un message aux Burundais, ce 12 juin.

Mgr Sitembele Anton Sipuka, évêque d’Umtata en Afrique du sud, adressant un message au peuple burundais pendant la messe.
Mgr Sitembele Anton Sipuka, évêque d’Umtata en Afrique du sud, adressant un message au peuple burundais pendant la messe.

C’était dans une messe de clôture d’une visite de solidarité à l’endroit de l’Eglise du Burundi. D’emblée, la délégation a fait part de sa compassion envers ceux qui ont perdu les leurs. Durant sa visite du 9 au 12 juin, elle affirme avoir vu et entendu le calvaire du peuple burundais. « Nous avons vu votre amertume. Nous avons vu combien le pays a besoin de sécurité. Notre douleur a été immense parce que des personnes ont été tuées au cours de cette crise. »

Le SCEAM recommande au gouvernement de privilégier l’intérêt supérieur de la nation. « Les réfugiés sont dans la misère, il faut les rapatrier dans les plus brefs délais. »

Le SCEAM invite le peuple burundais à rechercher la paix sans avoir recours à la violence. Il soutient les initiatives de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est (EAC) et de l’Union africaine (UA) dans la résolution de la crise au Burundi : « Qu’ils continuent à soutenir le dialogue, nous resterons tout près d’eux.»

Les Eglise d’Afrique via cette délégation condamnent l’implication d’ étrangers qui vendent des armes à feu à des pays qui sont dans la misère. Ces églises demandent avec instance à l’Union africaine, l’Union européenne(UE) et les Nations unies de combattre ce trafic en Afrique.
« Souvenez-vous toujours que la solution viendra de vous-même », a conclu le SCEAM.

Réagissant au nom de l’Eglise du Burundi, l’évêque de Ngozi a déclaré que Dieu a voulu livrer un message aux Burundais via ces messagers. « Trois évêques sont venus d’Afrique du sud, le pays de Mandela qui nous a aidés à aboutir à l’Accord de paix d’Arusha grâce auquel nous avons eu la paix pendant dix ans. Dieu ne veut-il pas que nous restions dans la ligne de cet accord ? », se demande Mgr Gervais Banshimiyubusa.

Pour ce dernier, la présence d’un évêque ougandais dans cette délégation signifie que Dieu a voulu dire aux Burundais que seul le dialogue sortira le Burundi de la crise.

Le SCEAM remercie le gouvernement du Burundi qui a autorisé cette visite.

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. congo

    Ce que l’on devrait attendre de ceux qui donnent des conseils c est d être clair pour que ça soit bénéfique pour les parties en conflit. Je pense que ces hommes de l église devaient dire si Nkurunziza est en droit ou non . Nous servir un discours équilibriste reviens à abdiquer comme en 1972. Des sud Africains qui n ont pas la mémoire de la résistance! Que est-ce que on attendait des Ougandais qui ont un président a vie?Mr de la église catholique ,il est temps de prendre vos responsabilités,un berger ne détaille pas quand le loup est dans la bergerie.

  2. Salmia Irikungoma

    Laisser les burundais s’exprimer, partout ou ils se trouvent dans le monde entier. Un gouvernement qui massacre, torture sa population, et enfin vende les enfants pour qu’ils soient esclaves dans les pays Arabes, les enlever leurs organes pour les vendre a beaucoup d’argent, a cette ere -ci, 21eme siecle !!!! Quelle atrocite !!!!! Que le monde entende ce cri de detresse de tout un peuple, le Burundi, qu’ il intervienne vite. C’est : non assistance de tout un peuple en danger !

    • Ntahitangiye

      « Que le monde entende ce cri de detresse de tout un peuple, le Burundi, qu’ il intervienne vite. »
      Pour vous la solution viendra du monde !!!!!!!
      Le monde amènera les problèmes dans ta maison et jamais des solutions.

  3. Ntahitangiye

    « « Souvenez-vous toujours que la solution viendra de vous-même », a conclu le SCEAM. »
    Quand les Burundais le comprendront on n’aura plus besoin d ‘aller à Kampala, à Arusha ou manifester à Paris, à Bruxelles, à New York etc.

    • MUSERU ROBERT

      QUE DIEU SAUVEGARDE NOTRE BEAU PAYS.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 310 users online