Politique

Quand Rwasa se lâche

27/06/2017 Egide Nikiza 24

Au cours de la retraite des leaders politiques tenue les jeudi 22 et vendredi 23 juin derniers dans la province de Kayanza, tel un ressort trop longtemps comprimé, Agathon Rwasa a dit les choses comme il les sent. Un discours fort. Verbatim

KirundiFrançais
1. Bamaze kubica ku mayange bukebuke. Jewe nduhira. Ikibazo nyamukuru nkuko bamwe babivuze, n’ikibazo co gukumirana no kwigungirako kuko ubizana sous l’angle y’imigambwe, y’amoko, y’amadini, le résultat nimwe. Nta terambere bizana. Bizana indyane, bizana ukwinubana et on en reste toujours là à patauger comme dans une mare. Imyaka igahera, ugasanga gusa turi muri slogan, twarikukiye, turigenga…Mugabo waza kuraba les dividendes z’uko kwikukira, zuko kwigenga, ntazo ubona mu buzima bw’igihugu. Ukuntu twobikira, kurashoboka. Ni sacrifice de nos ego k’umwe umwe wese.1. Ceux qui m’ont précédé l’ont dit. Je vais les compléter. La question essentielle, c’est celle de la discrimination et de l’égoïsme. Présenté sous l’angle des partis politiques, des ethnies, des religions, le résultat reste le même. Cela ne peut pas mener notre pays au développement. Il s’ensuit plutôt des conflits, la ségrégation. Et on en reste toujours là, à patauger dans une mare. Des années durant, scandant seulement des slogans : ‘’nous sommes indépendants et souverains.’’ Cependant, en évaluant, pas de dividendes de cette indépendance, de cette souveraineté. Le seul moyen de s’en sortir, c’est que chacun d’entre nous fasse des sacrifices vis-à-vis de nos ego.
2. Uno munsi, discrimination tugiriranira, siyo twagiriranira dans les années 1960. Mugabo uko yitwa kwose iguma aba ari discrimination. Discrimination twagiriranira dans les années 1980, siyo tugiriranira uno munsi, les bases ne sont pas les mêmes mugabo iguma yitwa discrimination. Ivyo rero nivyo tubwirizwa guhaguruka tukagwanya.2. La discrimination de ces jours-ci n’est pas celle des années 1960. Néanmoins, peu importe la forme, elle reste la discrimination. La discrimination des années 1980 n’est pas non plus celle d’aujourd’hui. Les bases ne sont pas les mêmes. Elle reste tout de même la discrimination. C’est contre cette dernière que nous devons lutter énergiquement.
3. Général ngaha yavuze ngo tuvugishe ukuri. Ukuri tugomvvye kukuvuga tubanza kwemanga d’abord les difficultés turimwo.3. Le général nous a exhortés à nous exprimer en toute franchise. La vérité exige que nous reconnaissions tout d’abord les difficultés que le pays est en train de traverser.
4. None uno munsi twobeshanya ngo dusenyera ku mugozi umwe kandi hariho umwana n’ikinono muri gestion des affaires publiques ?
Si voulez pour preuve genda murabe mu bakozi bakorera umushahara mu Burundi, plus de 90% bakora muri secteur public. Genda murabe rero muri abo bantu bakora muri secteur public, uhere hejuru muri présidence umanuke gushika muri zone hariya hasi. C’est une triste réalité. uza gusanga umengo la vie nationale est réduite ku mugambwe uri ku butegetsi. Ibi ndabivuze kandi ndavyemanga. C’est une triste réalité mugabo tuyibayemwo uko nyene. Ibiryanisha abarundi rero n’ivyo, naho bihera, n’ugukumirana.
4. Pouvons-nous soutenir que nous sommes solidaires alors que les Burundais sont traités différemment par rapport à la gestion des affaires publiques ?
Pour preuve, parmi les salariés au Burundi, plus de 90% d’entre eux sont de la Fonction publique. Allez vérifier, de la présidence de la République à la zone, c’est une triste réalité. C’est comme si la vie nationale était réduite au parti au pouvoir. Je fais cette assertion et je l’assume. C’est une triste réalité. Nonobstant, nous la vivons telle qu’elle se présente. C’est cette situation qui divise les Burundais.
5. Mwavuze muti amategeko. Mugabo amategeko dufise arashobora kuba ari meza. Mugabo tuyasoma ukutariko. Tuyasomana ubugunge. Igituma mvuga ko tuyasomana ubugunge n’iki ?5. Vous avez insisté sur les lois. Nous aurions des lois bien élaborées. Mais, nous faisons une mauvaise lecture. Elle est guidée par l’égocentrisme. Pourquoi je soutiens que nous interprétons nos lois avec un esprit égoïste ?
6. Uno munsi muravuga muti Rwasa sinkavuge ko ndi muri opposition. Très bien ! Mais à côté, vous dites ngo hariho opposition extraparlementaire. None hariho opposition extraparlementaire, suko hariho opposition parlementaire ? Mais parce que dans notre Parlement tuticara dans des blocs séparés, vous avez droit de dire peut-être que ata opposition ishoboka. Mugabo mu bihugu vyose bivuga ko biri démocratique habaho opposition na majorité. C’est une règle à laquelle il ne faut pas échapper.6. Aujourd’hui, vous voulez que je ne puisse, moi Rwasa, pas me réclamer de l’opposition. Très bien ! Mais à côté, vous dites qu’il y a une opposition extraparlementaire.
Alors, s’il y a une opposition extraparlementaire, n’est-ce pas que cela implique l’existence d’une opposition parlementaire ? Parce que dans notre Parlement, nous ne siégeons pas séparément en fonction de la position des uns et des autres vis-à-vis de la majorité, vous avez droit peut-être de dire que l’opposition n’existe pas. Mais, dans tous les pays qui se disent démocratiques, la majorité cohabite avec l’opposition. C’est une règle à laquelle on ne peut pas échapper.
7. Hano, focus n’amatora. C’est une bonne chose. None, amatora akogwa na bande ? Akogwa n’aba citoyens, je pense. Alors, la question qui se pose ngaha n’iyihe ? On est citoyen quand ? On ne l’est pas quand ? Kuko umurundi wese akivutse akiri umwana mutoyi, il est citoyen mu gihe avutse ku bavyeyi b’Abarundi canke arashobora no kuba umu citoyen yaburonse.7.Dans notre pays, le focus, c’est les élections. C’est une bonne chose. Qui sont les électeurs ? Des citoyens, je pense. Alors, quelle est la question qui se pose ? On est citoyen quand ? On ne l’est pas quand ? Parce que tout Burundais est citoyen dès sa naissance lorsqu’il naît de parents burundais tout comme il peut l’être quand il acquiert la nationalité.
8. None, ko muvuga ngo ama coalitions abaho igihe c’amatora, campagne igeze, deux semaines de campagne. Niho abo bantu baba aba citoyens. Ahasigaye ntibabe aba aba citoyens ? Umwe arekurigwe kwiyumvira ibibazo vy’Uburundi, avyiyumvireko uwundi muvuge ngo kirazira.8. Vous martelez que les coalitions ne sont opérationnelles que pendant la période des élections, pendant les deux semaines de la campagne. C’est à ce moment que les membres des coalitions sont des citoyens. En dehors de cette période, ne sont-ils pas des citoyens ? Pourquoi certains sont autorisés à participer à la vie politique de leur pays, tandis que d’autres en sont privés ?
9. Uno munsi, secrétaire général wa Cndd-Fdd yavuze ati bamwe bamwe bose bara rekrita (recruter). Très bien ! Uri umunyepolitike utegerezwa ku rekrita. Cela n’est que normal. None, abo bantu mu rekrita, mugira aba alliés kugira babavugire nka Cndd-Fdd ni mubambike umutamana, hama mureke iyindi migambwe natwe twitunganye.9. Aujourd’hui, le secrétaire général du Cndd-Fdd a dit que tous les partis politiques font des recrutements. Très bien ! Tout homme politique doit recruter de nouveaux membres. C’est normal. Alors, ces personnes que vous recrutez, que vous faites des alliés pour qu’elles parlent pour le Cndd-Fdd, donnez-leur vos insignes et laissez-nous, nous autres des autres partis politiques, nous organiser.
10. Uyu munsi murarahira mukanana ko Rwasa ntashobora kuba umu FNL. Pourquoi ?
Général Evariste si wewe twahaririye, si wewe twagize ama négociations i Dar-Es-Salaam pour le compte du pouvoir nanje pour le compte ya Palipehutu FNL ? Uyu munsi mwe na prezida Nkurunziza bibahera he kwumva yuko kizira kikaziririzwa ko Rwasa mba umu FNL au point que tous les efforts de réconciliation za FNL zose ziba torpillés.
10. Vous persistez et signez que, moi Rwasa, je ne peux pas être un membre du FNL. Pourquoi ?
Général Evariste, n’est-ce pas toi avec qui j’ai négocié à Dar-Es-Salaam ? Toi pour le gouvernement et moi pour le Palipehutu FNL ? Comment se fait-il que, vous et le président Nkurunziza, souteniez l’idée qu’il est strictement interdit que, moi Rwasa, je ne sois pas un membre du FNL ? Au point que tous les efforts de réconciliation du FNL soient torpillés.
11. Eh mama ngo sindabafasha, ngo sindabavugira. Jewe sinshobora kuva umuvugizi wa Cndd-Fdd. Ivyo nukuri ntavyo noshobora.
Jewe je suis convaincu yuko ndi umu FNL. J’ai évolué dans ce mouvement-là. J’ai combattu le pouvoir de Bujumbura sous ce label-là. Uyu munsi rero que je nie mon histoire kugira nsatisfeze (satisfaire) vos intérêts ntavyo nshoboye. Aha ndiko ndavuga ukuri. Mwasavye ko tuvuga ukuri sindakuzire ariko.
11. Vous m’accuser de ne pas plaider en votre faveur. Je ne peux pas être le porte-parole du Cndd-Fdd. Je n’en suis même pas capable.
Je suis convaincu que je suis un membre du FNL. J’ai évolué dans ce mouvement-là. J’ai combattu le pouvoir de Bujumbura sous ce label-là. Nier aujourd’hui mon histoire pour satisfaire vos intérêts, je ne suis pas en mesure de faire cela. Ici, je suis en train de dire la vérité. Vous avez demandé que nous disions la vérité. Que je n’en sois pas tout de même victime.
12. Ikindi novuga par rapport ya 2020, nuko nimba turi ari citoyens burundais turibo kuva tukivuka gushika igihe amategeko yodukurako cette citoyenneté. Pour cela, dufise uburenganzira bwo kwiyumvira ivy’igihugu cacu à tout moment kandi dufise ico dushikiriza ni mutureke tugishikirize. Il ne faut pas nous inventer des textes zitagira sens kuko la constitution du Burundi uko yanditse, nul ne peut être discriminé pour quelque raison que ce soit, iyo ni article 22.
L’article 19 de la même constitution-là ivuga ko, les chartes, les pactes et autres instruments internationaux que le Burundi a ratifiés sont coulés dans la constitution burundaise. Or, izo nazo, je ne suis pas juriste malheureusement, mugabo nibaza yuko naho ntoba metriza cane (maîtriser) cette matière, harimwo yuko mu ma droits fondamentaux y’abanyagihugu abaribo bose droit d’opinion, droit à la parole, yuko ico kintu kiri consacré.
12. De surcroît, par rapport au rendez-vous de 2020, si vraiment nous sommes des citoyens burundais, nous le sommes depuis notre naissance et cela va jusqu’à ce que la loi nous dépouille de cette citoyenneté. Pour cela, nous avons les pleins droits d’exercer nos droits, à tout moment, vis-à-vis de la politique de notre pays. Si nous avons besoin de nous exprimer, laissez-nous jouir de notre droit. Il ne faut pas inventer des textes vides de sens. Car dans la Constitution du Burundi, telle qu’elle est écrite, nul ne peut être discriminé pour quelque raison que ce soit. C’est dans l’article 22.
Et dans l’article 19 de la même Constitution, figurent les chartes, les pactes et autres instruments internationaux que le Burundi a ratifiés. Je ne suis pas juriste malheureusement. Mais je ne pense pas, quoi que je ne maîtrise pas cette matière, que le droit d’opinion, le droit à la parole ne fasse pas partie des droits fondamentaux consacrés pour tous les peuples.
13. None karashize ingani mugere naho mufata abantu nka groupe parlementaire ishatse kugira conférence de presse, muce muzana itegeko ry’imigambwe kugira muyampeshe (empêcher) gukora ico gikorwa.
None uwo mushingamateka adashobora kwiyeexprima (s’exprimer), adashobora gu comunika (communiquer) n’abanyagihugu bamwizeye bakamuha amajwi, wewe mumuha agaciro akahe ? Mwavuze ngo twubahane, twubahe inzego. Très bien ! None aho mwarubashe inzego ? Aha ndiko ndavuga abatware. Ingorane aho ziri ni ka kantu ko kwikunda no gushaka kuburabuza abandi.
13. . Par-dessus le marché, vous en arrivez à empêcher la tenue d’une conférence de presse d’un groupe parlementaire, justifiant cette décision par la loi régissant les partis politiques.
Ce député qui ne peut pas s’exprimer, qui ne peut pas communiquer avec la population qui l’a élue, vous lui donnez quelle valeur ? Vous nous avez recommandé d’être respectueux les uns envers les autres, de respecter les institutions, est-ce que vous avez, vous-mêmes, respecté les institutions ? Je m’adresse aux autorités. Les problèmes plongent ses racines dans l’égocentrisme et la volonté de persécuter les autres.
14. Nimba mwemera yuko amatora ari ihiganwa, permettez à tout le monde de se préparer dans les mêmes conditions nka mwe twitegurire ayo matora. Si non, ce sera un vain mot mu gihe twovuga ngo turiko dutegura amatora bamwe bashobora kuba bafise uburenganzira bwo kuba en contact n’abanyagihugu abandi kizira kikaziririzwa.14. Si vous acceptez que les élections sont une compétition, permettez à tout le monde de se préparer dans les mêmes conditions que vous par rapport à ces élections. Sinon, ce sera un vain mot au cas où nous dirions que nous sommes en train de préparer des élections alors que les uns ont le droit d’être en contact avec la population, les autres non.
15. Abapolisi bo bavuga ngo twebwe twahawe amategeko, barakuvunagura nukuri. None uzokwitwara kwa nde ?15. Les policiers, eux, disent : ‘’Nous avons reçu l’ordre.’’ Et ils te maltraitent. Et où porteras-tu plainte ?
16. Nse nuwugaruka kuco Honorable Léonce yaherejeko. Jewe ndi umurundi. Singwaye imibembe. Kandi naho noba ngwaye imibembe, ubu si nka kera, iravugwa. Mugabo kera, usomye muri bibiliya, uwugwaye imibembe, c’était une impureté qui n’était pas tolérée dans la société juive. Ku buryo umuntu agwaye imibembe ataramukanya n’abantu, yaca kure yabo.16. Je reviens sur quoi Léonce a terminé. Je suis Burundais. Je ne suis pas lépreux. Même si je l’étais, aujourd’hui, ce n’est pas comme dans les temps passés. La lèpre est guérissable. En lisant la Bible, la lèpre était une impureté, qui n’était pas tolérée dans la société juive.
17. None Rwasa nk’umu citoyen Burundais, Rwasa nk’umushingamateka, nimba ngiye nkaramukanya n’umuntu, kuki uwo muntu basigara baramwirukako.
Nyakubahwa murongoye umugambwe Cndd-Fdd, nimubwire abantu banyu boroshe imitima, bumve yuko kuramukanya n’uburenganzira abarundi twese dufise. Nta numwe ashobora kuba limité ngo uzoramukanye na naka ntuzoramukanya na naka.
17. Alors, Rwasa comme citoyen burundais, Rwasa comme député, pourquoi une personne à laquelle je rends visite, est par après tourmentée ?
Monsieur le responsable du Cndd-Fdd, donnez injonction à vos membres d’apaiser les cœurs, qu’ils comprennent que la visite est un droit reconnu aux Burundais. Personne ne devrait être limité disant qu’il rendra visite à tel mais pas à tel autre.
18. Ibi nubwo mwovuga kumbure ngo ni ugu plernisha (pleurnicher), C‘est une triste réalité. Des gens sont persécutés hirya no hino juste parce que bahuye nuyu canke n’uriya. Filature ikaba, ugiye ahantu bakagushirako ingenza.18. A ces propos, vous pourriez dire que je pleurniche. Néanmoins, des personnes sont persécutées par-ci, par-là, juste parce qu’elles ont croisé tel ou tel autre. Quand tu vas quelque part, ils te filent.
19. Nta muntu yanka igihugu ciwe mers chers frères. Ntitwanka ubu Burundi. Twarabuvinikiyeko. Twarabukomerekeyeko. Mugabo twashaka ko situation iba plus détendue. Umuntu wese akishira, akizana. Si j’ai été dans la brousse, ce n’était pas parce que vyari biryoshe kubayo. Mugabo twashaka ko abarundi bishira bakizana. Mais malheureusement, agacinyizo karacariho. Ça règne en maître dans ce pays. Et c’est triste.19. Personne ne haït son pays, mes chers frères. Nous ne détestons pas le Burundi. Nous avons été maltraités pour le Burundi. Nous avons été blessés pour lui. Nous voulions que la situation soit détendue, que tout Burundais jouisse de ses droits. Si j’ai été dans la brousse, ce n’est pas parce que cela était enviable. Je voulais que les Burundais soient libres. Malheureusement, la persécution existe toujours. Ça règne en maître dans ce pays. C’est triste.
20. Hariho ivyo numvise. Murambabarira. Je vais parler au conditionnel. Il y a nk’indwi nka zibiri, presque. Hariho umuntu akomeye muri Cndd-Fdd yoba yarakoresheje ikoraniro ryoba ryarabaye diffusé muri Rema tv na RTNB. Moi, je n’ai pas pu suivre ça. Ça a duré plus de 45 minutes ku babikurikiranye. Niko numvise bavuga. Muri ico kiganiro, akavuga yuko, je serais en peu étonné, yuko ngo Cndd-Fdd iri dans la droite ligne ishira mu ngiro iragi rya Gahutu Rémy. None ko mbona Cndd-Fdd umwanya wose ahubwo yatwirutseko, uyu munsi yokwi reklama (réclamer) camp de Gahutu Rémy gute ?20. Il y a ce que j’ai entendu. Vous m’excuserez, je vais parler au conditionnel. Un cacique du Cndd-Fdd aurait tenu un meeting, il y a de cela presque deux semaines. Ce dernier aurait été diffusé à la télévision Rema et à la Radiotélévision nationale du Burundi (RTNB). Moi, je n’ai pas pu suivre ça. Ça a duré plus de 45 minutes.
Selon ceux qui ont suivi ce meeting à la télévision, dans cette émission, il disait que, je serai un peu étonné, que le Cndd-Fdd est dans la droite ligne pour concrétiser la vision de Gahutu Rémy.
Le Cndd-Fdd qui nous a toujours persécutés, comment peut-il se réclamer de Gahutu Rémy ?
21. Ce n’est pas question de réclamer l’identité de ceci ou de cela. Siho nshingiye. Mugabo la conclusion par laquelle yaherejeko, avuga yuko ngo umwansi ari Rwasa n’abamuyoboka. Je trouve yuko inyigisho mwe nizo ko zoba ari zazindi zo gusasira indava inzigo n’inzankano.21. Il n’est pas question de réclamer l’identité de ceci ou de cela. Je ne me tiens pas à cela. C’est sa conclusion où il indique que c’est Rwasa et ses fidèles qui sont les ennemis. Je trouve que ces enseignements sont porteurs de haine et d’animosité.
22. Au cas où ivyo bintu vyoba vyarabaye, je demanderais yuko uwo muntu mumusaba aka retira (retirer) ces propos-là, nimba koko yarabivuze. Jewe sindi umwansi w’umurundi n’umwe. Il est vrai ko ntari umugenzi w’umurundi uwariwe wese.
Mu mutima wiwanje, je n’ai aucune haine, aucune rancune contre qui qui que ce soit. Muba dans une organisation politique ou pas. Jewe pour moi, nuko les efforts conjugués zacu zotuma buno Burundi buva mu ngorane burimwo.
22. Au cas où cela se serait passé ainsi, je demanderais que vous exigiez de lui le retrait de ces propos-là. Je ne suis ennemi d’aucun Burundais. Il est vrai que je ne suis pas aimé par tout Burundais.
Je n’ai aucune haine, aucune rancune contre qui que ce soit dans mon cœur. Que tu sois membre d’une organisation politique ou pas. Pour moi, je cherche que les efforts conjugués par nous tous contribuent à sortir le Burundi de ces problèmes dans lesquels il est en ce moment.
23. Nkasaba rero yuko, comme recommandation, novuga ku giti c’iwanje, amategeko uko yanditse, nimureke kuyakoresha uko atari. Uburenganzira bw ‘aba citoyens ni bungane. Nitube aba citoyens twese b’Uburundi. Ntihabe umwana n’ikinono. En matière politique, twese turonke uburenganzira bwo gukora no kwiyumvira ibibazo vya politike no kurondera twese gu contribua (contribuer) à une bonne évolution de notre nation.23. Je recommande, à titre personnel, que vous laissiez les lois être appliquées telles qu’elles sont écrites. Que les droits des citoyens soient les mêmes. Que nous soyons tous citoyens du Burundi. Qu’il n’y ait pas un traitement de deux poids deux mesures. En matière politique, que nous exercions tous nos droits politiques pour contribuer à une bonne évolution de notre nation.

Forum des lecteurs d'Iwacu

24 réactions
  1. LIN

    Abarundi muvugane ukuri,kuko baba twebwe, abana bacu,abazukuru nabuzukuruza, ntahandi bazoba atari mu burundi. Inyuma yavyose haza urupfu tugasanga vyose numuyaga. Intwari ziribukwa,abakoreye igihugu neza nabanyagihugu, bakibikwa,publiquement canke mu mitima yabo bagiriye neza,ariko abahemu ntibibukwa

  2. hronecker

    Rwasa s’est lache dans la gueule du loup, l’aigle DD, depuis qu’il a accepte de manger dans le meme plat que ce dernier.
    Bizarre qu’on en parle maintenant.

  3. RUGAMBA RUTAGANZWA

    Un des pires politiciens de ce pays, meurtri. Aucune valeur ajoutée au débat politique pour l’avenir du Burundi et comment se sortir du bourbier du 3è mandat avec tout ce qu’il a causé comme malheurs au peuple burundais dont pres de 1/2 million ont fui le pays ! En somme, aucune vision et exactement sur la même longueur d’onde que le CNDD-FDD politiquement parlant. C’est triste. A la place de Rwasa , je me tairai au lieu de critiquer un Gouvernement auquel j’appartiens (car coopté et non élu n’ayant pas fait campagne, imaginez-vous..) malgré moi . Le ridicule ne tue pas.?

  4. Nova G.

    Le titre d’Iwacu le dit bien car Rwasa s’est bien lâché et il dit vrai. En 2005, Nkuru n’avait pas d’opposant pour le poste du Président de la République. En 2010 et 2015,le cNDD-FDD est parti seul dans la course car les parties de l’opposition se sont retirés pour ne pas cautionner des élections truquées d’avance. Bref, que le CNDD-FDD refuse la parole a un opposant de taille comme Rwasa se comprend car le parti présidentiel n’est pas certain de sa popularité réelle dans ce pays. Reka turindire turabe iyo bija. Entre temps, je dis chapeau a Rwasa – son intervention irerekana neza ko c’est un stateman!

  5. juju

    J’ai parle des croyants, les vrais. Ceux qui font ce que tu viens de decrire ne sont pas des croyants a mon avis, et donc, bienvenue les degats que tu decries.
    Signe juju; toujours a l’ecole pour apprendre.

  6. Karundi

    hihihihihiiiiiiiiiiii!!! hahaahaahaaaaaa !!!! Uranyishe Uhuru!!! Ur’umuti w’amenyo kweli

  7. John

    Ce serait inutile de s’attaquer à un marrionnette! Il faut plutôt s’attaquer, si on a les moyens, à celui qui l’a placé sur son chemin.
    A bon entendeur salut…

  8. Gacece

    @juju
    Si aller à l’église (pour te confesser ou prier) ou à votre lieu de culte religieux pour vous constitue une thérapie, tant mieux. La croyance en Dieu ou autre divinité n’a rien à voir avec la gestion des émotions. Sinon les prêtres ne se fâcheraient jamais entre eux ou contre leurs fidèles quand ils s’écartent du chemin qu’ils les exhortent de prendre.

    Et l’histoire nous a appris et continue de nous apprendre que parmi les plus grandes guerres qu’a connu l’humanité, elles étaient menées au nom de Dieu des deux côtés opposés. Il suffit de regarder ce qui se passe avec les Al-Shabbab, Al-Quaïda, etc pour ce qui est récent. Pour le passé, si vous ne l’avez pas encore fait, je vous demanderais d’en apprendre sur les Croisades du Moyen-Âge.

    Les chrétiens partaient d’Europe pour combattre les « impies et infidèles » musulmans qui refusaient obstinément de se convertir au christianisme. L’ironie du sort, c’est que c’est exactement les mêmes raisons que les jihadistes mènent leurs attentats terroristes.

    Mais pour ce qui est de l’agakiza, si cela fonctionne pour vous, c’est de tant mieux. Mais j’aurais aimé personnellement te mettre au test pour vérifier ton niveau de tolérance.

    Chacun possède ses vertus, mais également ses démons intérieurs. Que tu sois croyant ou pas, il y a un « bouton rouge » sur lequel appuyer pour activer l’un ou l’autre.

    La thérapie, c’est apprendre comment se comporter d’une façon ne constituant pas un danger pour soi et/ou autrui.

  9. JEAN PIERRE

    Rwasa ntiyigeze avuga ubwicanyi, ugupfungirwa ubusa, ukwangazwa ugahunga igihugu cawe, akarenganyo, n’ayandi mabi yose akorwa mu Burundi, yisabiye gusa ko bomureka akitwa umu FNL akongera akaronka uburenganzira bwo kwibonanira n’aba FNL bakitegurira amatora ya 2020 (4ème mandat). Ng’uyo Rwasa, ng’ubwo uburundi turiko turajamwo.

  10. Busorongo

    Chers Journalistes d’Iwacu; essayez de donner une info impartiale. Faites parler notre Ntiba national ou Alice Nzomukunda. Il y a eu d’autres intervenants dans cette rencontre et c’est mieux de les montrer en parallèle et non en morceaux choisis.
    De grâce reanimez les vivants et les cadavres (politiquement) mouvants en paix!

  11. Rurihose

    La démocratie dans les républiques bananières = Rigged elections + bad givernance coupled with corruption and no accountability
    M7, Kabila,Nkurunziza, Paul Biya and Mugabe are the best illustrations in Central Africa

  12. aimee

    Dear Rwasa, focus on burundi external enemy than internal enemy.
    Do not open a chanel for an ennemie.
    Burundi has so BIG enemy than CNDD.
    Be reely thankfully what you got .Which sharing you need when you are a vice without even if parti?
    I DO BELIEVE THAT BURUNDI NEED NOT DEMOCRATIE NOW WHRE PEOPLE SPEAK EVERYTIME.
    WE NEED UNITY ,CALM,WORK HARD AND SHARING.
    You can not have democratie in a place whre no privite sector to feed the intellectuels?

  13. uhuru

    ce n’est pas le Gouvernement qui a designé Rwasa , rwasa a été désigné par le peuple

  14. eric

    palepe hutu iryo zina muguma musubiramwo rira garutse ngo none ushaka ubumwe!!
    cher rwasa
    Soit seulement un bon opposant
    Fais attention de ne pas radicaliser et on va voir l’europe et la belgique creer un scenario celle du rwanda.
    fait attention ce moment n’est pas pour la democratie.SVP donner de l’espace au CNDD .Ce que je vuex dire ne soit pas un opposant radical .C’EST PAS UN BON MONET

  15. juju

    @Gacece,
    Tu oublies qu’il est croyant; parait-il !
    Tu donnes l’impression de ne pas connaitre agakiza. Si vrai, tu devrais aller voir ton pasteur/pretre/imam ou zebia. Ca presse pour toi mon ami.
    Peux-tu croire que je prie pour que Peter se ressaisisse? Ko namuhariye…ivomo, mais que je l’aime quand meme?
    Ndi juju nyene.

  16. ibara

    Toute verite n’est pas bonne a dire
    ndiyo bwana tu

  17. Gacece

    « […] Mu mutima wiwanje, je n’ai aucune haine, aucune rancune contre qui qui que ce soit. […] »

    Même pas contre Jacques Bigirimana? Même pas contre ceux qui ont essayé de tuer sa femme? Si c’est réellement vrai ce qu’il raconte dans ce passage, c’est qu’il fait du ref[ou]lement (ce mot est censuré). Il faudrait qu’il aille consulter un spécialiste.

    Je ne l’accuse pas d’être hypocrite ou malade, mais ce qu’il raconte n’est pas normal. Après ce par quoi il est passé et dire qu’il ne sent pas de haine ni de rancune pour qui que ce soit?

    Et cela pourrait avoir des conséquences fâcheuses le jour où cette colère explosera sur une ou plusieurs personnes.

    Couver une colère ou du ressentiment est dangereux pour soit et pour les autres. Il faut que ça sorte.

  18. Leon

    Rwasa a bien réagit , et ne peut pas s’attaquer a Jacques BIGIRIMANA comme tu le penses, pour la simple raison que Jacques Bigirimana égal cndd fdd

  19. juju

    Alerte! Les machettes sont de retour. Quelque part a l’ouest du Burundi, elles viennent de faire une victime; et pas n’importe qui: un policier.

  20. Fofo

    [Ndlr: 23. Je recommande, à titre personnel, que vous laissiez les lois être appliquées telles qu’elles sont écrites. Que les droits des citoyens soient les mêmes. Que nous soyons tous citoyens du Burundi. Qu’il n’y ait pas un traitement de deux poids deux mesures. En matière politique, que nous exercions tous nos droits politiques pour contribuer à une bonne évolution de notre nation].
    Cette conclusion est un peu juste mais il y a un problème à ce niveau : [Ndlr: Que les droits des citoyens soient les mêmes]. Il fallait dire : “droits et devoirs” des citoyens car quand vous réclamez des des “droits sans devoirs” c’est également égocentrisme”.

  21. hronecker

    Avez-vous remarque que Rwasa et son FNL monopolisent les titres d’Iwacu ces temps-ci ?
    Jacques et son FNL, eux, sont plus presents sur le site de Bujumbura News.

    Soit dit en passant, la moderation de mon commentaire risque se prendre une eternite car le processus d’analyse des commentaires est tres rigoureux chez Iwacu.
    Je comprends.

  22. Jambo

    On ne récolte que ce que l’on sème. Rwasa,semblable à un héros qui a détruit sa gloire, goûte les fruits amers de sa propre semence-palipehutu-fnl.Assagi et positif,il essaie toutefois de contribuer à sortir le pays de cet engrenage sans fin.Il n’est jamais trop tard pour bien faire.On dit que le temps change les choses, mais en fait le temps ne fait que passer et nous devons changer les choses nous-mêmes.Andy Warhol

  23. MASABARAHISHA

    Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, il vient de plaider pour la liberté politique dans notre pays. De plus, il démontre que la discrimination est toujours présente : ntihica ubwoko hica intwaro mbi !

  24. Habwawihe Pierre Claver

    Rwasa devrait s’ attaquer a son ennemi juré du nom de Jacques Bigirimana .
    C’est lui qui tue et fait emprisonner ses gens, avec espoir d’atteindre un jour celui qui lui discute la direction du FNL.
    Inutile de s’attaquer à un Gouvernement qui vous a choyé en vous désignant PREMIER VICE-PRESIDENT DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE. Vous avez été designé M. Rwasa.
    Dites plutot MERCI au Gouvernement. N’attaquez pas le CNDD FDD ausii intempestivement.
    Jacques azokumara ko abantu pour finir par avoir ta peau.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Le CNC s’en lave les mains

Abbas Mbazumutima Commentaires fermés sur Le CNC s’en lave les mains

Si j’ai bien compris, 16 jours après l’arrestation suivie de l’incarcération des 4 reporters du Journal Iwacu et leur chauffeur, poursuivis pour ‘’complicité d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat’’, – une faute grave au Burundi -, le Conseil national (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 274 users online