Mercredi 30 novembre 2022

Économie

Produits Brarudi, les prix récemment fixés ne sont pas respectés

10/11/2022 1
Produits Brarudi, les prix récemment fixés ne sont pas respectés
Des produits de la Brarudi

Les consommateurs des boissons alcoolisées de la Brarudi (Brasseries et Limonaderies du Burundi) dénoncent la spéculation des tenanciers des bars depuis la hausse des prix le 17 octobre. Les tenanciers de bars se défendent et affirment que c’est l’approvisionnement qui pose un problème.

Ce mercredi 9 novembre, dans certains bars dans les quartiers Mirango et Nyakabiga en mairie de Bujumbura, les consommateurs de l’Amstel et de la Primus se lamentent du non-respect des prix officiels.

L’Amstel blonde 65 cl dont le prix a été fixé à 2.500 FBu est vendue actuellement à 3.000 FBu. L’Amstel blonde 50 cl est passée de 2.100 FBu à 2.500 FBu. La Primus 72 cl se vend entre 1.900 FBu et 2.200 FBu alors que le prix officiel est de 1.700 FBu. Le prix de la Primus black de 1.600 FBu est loin d’être respecté, elle n’est servie qu’après avoir ajouté 200 FBu voire plus.

Pour Jean-Paul Nyandwi, un consommateur, le non-respect des prix continue à affaiblir le pouvoir d’achat des clients qui n’arrivent plus à s’offrir un verre.

Les commerçants expliquent que cette situation est due au fait que les produits de la Brarudi s’obtiennent difficilement, une pénurie qui ne dit pas son nom : « Même si la Brarudi a augmenté les prix de ses produits, l’Amstel et la Primus ne sont pas disponibles dans différents dépôts », constate un barman rencontré à Mirango.
Selon lui, parvenir à avoir ces boissons n’est pas chose facile. Certains gérants des bistrots louent des taxis qui font des tours dans les différents quartiers pour chercher ces boissons. Les commerçants doivent augmenter le prix pour récupérer la somme liée au coût de transport.

Un autre commerçant rencontré à Nyakabiga confirme que les boissons sont introuvables. Selon lui, les grossistes les obligent de s’approvisionner en ne prenant qu’une seule caisse d’Amstel ou de Primus avec une autre d’Amstel Royale alors qu’ils n’ont pas besoin de cette dernière.
Ces commerçants trouvent que le manque de certaines boissons est incompréhensible. Après avoir revu à la hausse les prix de ses produits, déplorent ces derniers, la Brarudi devrait augmenter sa production pour satisfaire sa clientèle.
Les inconditionnels des produits Brarudi appellent le gouvernement à « prendre des mesures pour décourager cette spéculation afin que chaque bouche ait à boire ».

Onésime Niyukuri, porte-parole du ministère en charge du commerce, rappelle les commerçants que les prix dernièrement fixés n’ont pas encore changé sur le territoire burundais.
Iwacu a contacté le chargé de la communication au sein de la Brarudi sans succès.
Le Premier Ministre, Gervais Ndirakobuca a annoncé que tous les bars même, ceux qui sont classés VIP, sauf les hôtels doivent respecter les prix récemment fixés par la Brarudi.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Mateso

    Akajagari dans tous les domaines !!! Dommage ! Malheureusement que Serbie yatwugariye ntaho duca ngo ngo duhunge

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Je suis Misago. Ou presque

Après sa tribulation, sa réapparition, lundi 21 novembre vers midi après deux jours d’inquiétude, suivi d’une sorte d’arrestation par des agents du Service national de renseignements (SNR) dans les montagnes ’’sacrées’’ de Magara, devenues un lieu de pèlerinage pour quelques (…)

Online Users

Total 945 users online