Jeudi 06 octobre 2022

Économie

Pénurie de carburant : quand les stations-service trichent aux pompes d’essence

09/08/2022 1
Pénurie de carburant : quand les stations-service trichent aux pompes d’essence
Une longue file d'attente

Plusieurs chauffeurs en mairie de Bujumbura dénoncent des cas de tricherie dans certaines stations-service en servant des quantités en dessous de ce qui a été commandé. Une situation récurrente en cette période de pénurie de carburant, confient-ils.
« Dernièrement on m’a servi 91 litres, alors que le réservoir de mon véhicule ne dépasse pas 90 litres et le pompe continuait à tourner », a témoigné Amos, un des chauffeurs au centre-ville de Bujumbura. « Ce qui est désolant, c’est que mon réservoir n’était pas vide ! »

Interrogés, ses collègues chauffeurs de véhicules de location affirment que cette pratique tend à se généraliser dans la plupart des stations-service du centre-ville et dans les quartiers périphériques, ajoutent-il.
Jean, un autre chauffeur confirme ces cas de tricherie. « Un jour, on m’a servi 50 litres alors que le réservoir de mon véhicule ne dépasse pas 45 litres », témoigne-t-il.

Désemparés, ces chauffeurs demandent une intervention du BBN, le Bureau burundais de normalisation et du ministère chargé du Commerce pour que ces tricheries cessent. Et de marteler qu’ils sont souvent en conflit avec les propriétaires de leurs véhicules.
« Nos propriétaires ne nous croient pas lorsqu’on leur dit qu’on a fait le plein à 60 litres alors qu’ils savent bien que leurs voitures ne dépassent pas 50 litres », révèle Amos.

Le bureau national de normalisation et de contrôle de la qualité dit être au courant de ces cas de vols commis par les stations-services. Jusqu’au 17 juin, cet organe régulateur parlait déjà de quatre stations-services qui ne servent pas les litres de carburant demandées.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Mana

    « …Jusqu’au 17 juin, cet organe régulateur parlait déjà de quatre stations-services qui ne servent pas les litres de carburant demandées… » ! Pas de sanctions ?
    None ivyo ni abanyamahanga babigirira abarundi canke ni benewacu batwiba ? Mubona tugeze he ? Tuja he ?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 758 users online