Dimanche 21 juillet 2024

Société

PASCAL KASHIRAHAMWE : IN MEMORIAM

03/06/2021 Commentaires fermés sur PASCAL KASHIRAHAMWE : IN MEMORIAM
PASCAL KASHIRAHAMWE : IN MEMORIAM

Par le Professeur Prime Nyamoya (Canada)

Par où commencer…Moi j’ai connu un homme discret et attachant dès l’internat à Astrida (Butare) dans les années cinquante. En compagnie de son  petit frère , Norbert, avec lequel nous avons fait ensemble les quatre cents coups dans Bujumbura des années soixante et au-delà.

Pascal ? J’avoue que je lui dois une grande dette de reconnaissance. Grâce à son immense bibliothèque, j’ai développé tôt ma passion des livres. Tout d’abord avec les bandes dessinées du génie culturel belge dont il avait des collections entières : Tintin, Spirou ou Lucky Luke… qui ont alimenté notre imaginaire de la prime jeunesse.

Plus tard, quand mon niveau de français s’est amélioré, il a fait de moi un bibliophage enragé de lecture. Je luis dois d’avoir dévoré les livres de la série noire de Gallimard où j’ai découvert les grands maîtres des romans policiers. Quel lecteur passionné ne souvient-il pas de Peter Cheney, de Hadley Chase », « Pas d’orchidée pour Miss Blandish » ou l’immense Raymond Chandler avec son célèbre détective, Philip Marlowe. Mais ce bibliophile exigeant imposait une règle d’or pour retourner à sa bibliothèque : il fallait impérativement rendre le livre prêté pour accéder au nouveau.

En outre, cet homme de culture s’intéressait aussi au cinéma dont il était un des fins connaisseurs. Sur invitation, privilège rare, on pouvait voir des films que les salles de cinéma de Bujumbura n’offraient pas à l’époque. Je pense à « Citizen Kane » ou « Le procès de Franz Kafka », films joués par Orson Welles, que je reverrai plus tard sur les écrans des cinémas européens. Il nous a fait aimer le cinéma, ultime forme d’art qui englobe tous les autres. Merci Pascal Kashirahamwe. Adieu. Je demande à la famille, comme dernière faveur, de préserver ses archives qui doivent contenir une bonne partie de l’histoire du Burundi d’une certaine époque.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 381 users online