EN

Économie

«Pas de pénurie du carburant, mais un retard d’approvisionnement»

25/04/2017 Parfait Gahama 3

La semaine du 17 avril a été caractérisée par de longues files d’attente devant les stations-services. La « panne technique à l’OBR » invoquée par le directeur en charge du carburant a été réfutée par cet office.

Une longue file d’attente devant une station-service, une scène devenue presque banale à Bujumbura
Une longue file d’attente devant une station-service, une scène devenue presque banale à Bujumbura

«En raison du manque du carburant, nous attendons pendant des heures un bus», fait savoir Jean Kubura, un passager rencontré au parking du marché dit de Cotebu, ce mercredi 19 avril.

Selon lui, cette pénurie affecte gravement les activités des voyageurs. Il témoigne que des passagers ne cessent de rater ou d’ajourner leurs voyages. «Nous demandons au gouvernement et aux importateurs de produits pétroliers de s’asseoir ensemble afin que le carburant soit disponible. »

«Nous préférons la hausse du prix au manque du carburant», soutient Philibert Kayoya, chauffeur d’un bus, rencontré à la station-service Ercoil située sur le boulevard du 1er Novembre. «Il faut 5 heures d’attente pour être servi. Le pompiste exige quelques fois un pot de vin de 10.000 Fbu pour te donner la quantité sollicitée. »

Et des fois, ajoute-t-il, nous rentrons bredouille. «La pénurie du carburant change le quotidien des chauffeurs et de leurs familles, c’est tout le pays qui devient paralysé», déplore-t-il avant de pousser son minibus de type Hiace avec le concours de son convoyeur.

«Nous travaillons à perte», témoigne Vianney Habarugira, un conducteur de taxi-moto rencontré à la gare du nord. «J’ai acheté un litre d’essence à 4.000 Fbu au marché noir à Gatumba.»

« Il ne faut pas privilégier les bons de commande. »

Il déplore une sorte de « discrimination » pratiquée par certaines stations-services. Il demande aux gérants de stations d’essence de mettre les clients au même pied d’égalité. «Nous voulons être servis de la même manière. Il ne faut pas privilégier ceux qui possèdent des bons de commande.»

Daniel Mpitabakana, directeur en charge des carburants au ministère de l’Energie et Mines, renvoie la responsabilité de ce manque de carburant à l’Office burundais des recettes (OBR) : «Il ne s’agit pas d’une pénurie du carburant mais juste un retard d’approvisionnement lié à un problème technique de 4 heures survenu ce lundi le 17 avril au niveau de l’OBR.»

Selon lui, ce problème technique entraîne du retard dans la déclaration en douanes. Et cette dernière, poursuit-il, entraîne des retards dans la livraison du carburant. Mais il a tenu à tranquilliser jurant que ce problème ne se posera plus.

Mais l’OBR réfute toutes ces raisons avancées par le directeur en charge du carburant. «L’OBR affirme qu’elle ne connaît pas de panne pour être la cause qui perturbe le commerce du carburant», a réagi cet Office sur son compte Twitter.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Juma

    Qu’il y ait “pénurie” ou “retard d’approvisionnement”, le fait de ne pas être servi quand, où et comment on veut, signifie la même chose pour nous les consomateurs: IL N’Y A PAS DE CARBURANT!

  2. Mthukuzi

    “Sabotage des commercants pour des motifs politiques” , irrégularités dans l’octroi des permis d’importation, accentuation de délestage, etc. Je comprends bien que l’incompétence et l’absence de resultats sont très bien tolérés au Burundi, et, peut-être même encouragés, mais là ca dépasse l’entendement. Le ministre de l’énergie est resté indéboulonable malgré l’incompétence notoire dans la gestion de son ministère, et jamais on entend nos chers députés lever le petit doigt.

  3. Casimir

    il y en a ou il n’y en pas de carburant!!!! s’il n’y en a pas, dans mon livre à moi, ça s’appelle une pénurie!!!! alors il faut appeler un chat, un chat!!!!

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19. L’heure est grave

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Covid-19. L’heure est grave

« 41 nouveaux cas positifs ont été notifiés sur 1 242 tests réalisés, soit un taux de positivité de 3,3 %. Parmi ces cas, 35 sont de transmission locale, soit 85,37 % et 6 cas importés, soit 14,63 %. Ce (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 597 users online