Samedi 31 juillet 2021

Économie

« On ne se lave plus avec du savon ! »

15/06/2021 1
« On ne se lave plus avec du savon ! »
Des savons dans un point de vente

Avec la baisse de la production de l’huile de palme utilisée dans la fabrication du savon, ce produit indispensable pour l’hygiène le savon blanc produit localement est devenu cher. Des familles démunies abandonnent son usage et commerçants accusent des pertes.

«Nous utilisons souvent l’eau seule pour nous laver et nous nous y habituons», confie C.N, une femme interrogée de la zone Bwiza. Elle dit avoir peur d’attraper des maladies des mains sales avec ses enfants.

Au quartier 9 de la zone Ngagara, un point de vente. Un jeune vendeur de savon attend, sous un soleil accablant, des clients devant son kiosque. Il raconte : « Avant je vendais 200 kg de savon en une seule journée. Mais aujourd’hui, ça prend une semaine pour vendre la même quantité. Ce dernier affirme que ses clients ont diminué. Ce qui lui cause une perte énorme. La hausse des prix est à l’origine de la désaffection de clients ».

Même son de cloche chez les employés d’une savonnerie artisanale du quartier 9 de Ngagara. Ces derniers affirment avoir perdu la moitié de leurs clients suite à la flambée des prix du savon. « Nos clients rebroussent chemin après avoir entendu le prix ». Des fois, se désolent-ils, ils nous taxent de spéculateurs.

Ils rappellent que la diminution de l’huile de palme est à l’origine de la cherté du savon. « Aux grands fournisseurs, le prix d’un fût de 200 litres d’huile de palme a augmenté de 55 % passant de 400 mille à 620 mille BIF en moins de deux mois ».
Nous avons contacté l’usine Savonor, sans succès. Cette hausse du prix du savon est sensible dans tous les quartiers de Bujumbura.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Balame

    Pas de sucre, pas de savon.
    Ou allons nous?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Diaspora bla-bla

J’ai envie d’emprunter quelques mots à feu président tanzanien, Pombe Magufuli : « Acha maneno ! Hapa kazi tu ! » (Trêve de paroles, il faut joindre l’acte à la parole.) C’est ce que j’ai envie de dire à nos (…)

Online Users

Total 1 342 users online