Mardi 31 janvier 2023

Économie

Mesure d’interdiction de jus et vins nuisibles : « Rien ne sera plus comme avant »

03/11/2022 3
Mesure d’interdiction de jus et vins nuisibles : « Rien ne sera plus comme avant »
Le président Evariste Ndayishimiye : « Les usines de transformations doivent respecter les normes. »

Le président de la République du Burundi, Evariste Ndayishimiye, promet cette fois-ci un encadrement de proximité pour empêcher que des usines produisent des boissons qui nuisent à la santé de la population. « Je regrette car nos services n’ont pas été capables de faire un encadrement de proximité », a déclaré le président Ndayishimiye lors de son discours d’ouverture du Forum national du secteur privée, ce 2 novembre 2022 à Bujumbura. Il a tenu à rassurer que rien ne va plus se faire comme avant. « Nous sommes là pour vous encadrer et réussir ensemble. »

Le président de la République a fait savoir qu’il sait que la mesure d’interdiction de la commercialisation des jus et vins nuisibles a mis en colère certaines personnes. Mais, a-t-il soutenu, vaut mieux une robuste santé que l’argent. Il a regretté que des gens commercialisent des produits alors qu’ils savent bel et bien que c’est du poison. « Beaucoup m’ont contacté pour me dire que leur travail s’est arrêté. Je leur ai demandé s’ils veulent réussir en empoisonnant des personnes. »

Selon lui, la commercialisation des jus et vins va bientôt respecter les normes. « Ceux qui fabriquent des poisons, nous allons les orienter pour leur montrer comment faire », assure le chef de l’Etat. Il explique que le pays a besoin des taxes et impôts mais que les usines de transformation doivent respecter les normes.

Pour rappel, après le délai de 45 jours accordé par le ministère du Commerce et de l’Industrie aux propriétaires des unités de transformation de retirer sur le marché leurs produits ne remplissant pas les normes, la police a procédé, le week-end du 31 octobre 2022, à l’interdiction de vendre le jus à base de gingembre, principalement, Raha Tangawizi, Uzima Tangawizi, Tamu Tangawizi, Akayabagu Tangawizi.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Margarita

    La question qui fâche: N y a t il pas un ministère qui devait s’occuper des normes, de la qualité des produits vendus? Que faisait la BBN?
    Again and again accountability.
    Vous osez dire que des gens vous ont supplié de continuer de vendre et faire fortune en vendant des produits toxiques? Le dire à un président???? O my God

    • Kamil

      Bonjour Margarita,

      Oui, notre cher Président, le père de la nation, est à l’écoute de ses enfants (bons et mauvais). Neva est prochain du peuple et on remercie Dieu d’avoir béni notre nation avec un leader humble, charistimatique et visionnaire.

      • Kamina

        @Kamil
        Merci beaucoup. Qu’il chatie vite et bien abamwononera kandi batwononera. 7 ans passent vite.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une conscience collective pour recouvrer les fonds dérobés

Samedi 21 janvier, dernier jour de la prière interconfessionnelle organisée par le parti au pouvoir Cndd-Fdd, le Président Ndayishimiye a appelé les leaders à “remettre les choses en ordre” pour le relèvement économique du pays. Il les a exhortés à (…)

Online Users

Total 2 352 users online