Vendredi 15 octobre 2021

Économie

« Même si le ministère tranquillise, il y a manque de carburant … »

20/08/2021 1
« Même si le ministère tranquillise, il y a manque de carburant … »
Léonidas Sindayihebura dans un point de presse du 19 août 2021

Ce jeudi 19, le porte-parole du ministère de l’Hydraulique, de l’Energie et des Mines a animé un point de presse, il soutient que le carburant est suffisant au Burundi. Ce que contredisent certains pompistes et chauffeurs interrogés.

« La quantité du carburant et de produits pétroliers dans les stocks des importateurs est suffisante de même que les produits en cours de route ou en commande », a fait savoir Léonidas Sindayihebura, porte-parole du ministère de l’Hydraulique, de l’Energie et des Mines.

Selon lui, l’apparente pénurie du carburant qui s’observe découle de quelques défaillances dans le circuit d’approvisionnement du carburant aux stations-services.
« Le ministère, en commun accord avec les importateurs, a adopté une stratégie pour ravitailler les stations-services en carburant. Cette dernière est effective à partir du 19 août », souligne-t-il.

Quid des pompistes et des chauffeurs ?

« Depuis hier, je n’ai pas d’essence. Je n’ai qu’une petite quantité le mazout et à tout moment, ça peut s’épuiser », indique un de ces derniers rencontré à la station Mogas de Kibenga.
Et de poursuivre : « Nous ne voulons pas des promesses, mais des actes concrets. Les imperfections sont nombreuses dans le commerce du carburant ».

Un autre rencontré sur la station Mo-Mu n’y va pas non plus avec le dos de la cuillère. « Le manque de carburant est une évidence. Et le problème est que nous ne savons pas pourquoi », confie-t-il.

Un gérant d’une station déplore, sous couvert d’anonymat, que des fois les commandes ne sont pas respectées. « On peut recevoir 5 mille litres d’essence alors qu’on a effectué une commande de 10 mille litres. Dans ce cas, on ne peut pas satisfaire la demande en carburant ». Il faut que l’Etat prenne en main la question du carburant.

Un chauffeur d’un camion rencontré à la station de Kibenga à la recherche du mazout témoigne : « Dans la zone Kamenge, seule la station située près de la rivière Nyabagere vend l’essence. Les autres stations de cette zone n’ont ni mazout ni essence ».

D’après lui, suite à l’insuffisance du carburant, certains pompistes cachent le carburant ces derniers jours pour enfin exiger des pots-de-vin. Ce que confirment les différents conducteurs de taxis-motos stationnés à cet endroit.
Ces chauffeurs témoignent de perdre beaucoup de temps à la recherche du carburant. Ils demandent au gouvernement de corriger toutes les défaillances qui s’observent dans le commerce du carburant.

Dans son communiqué, le ministère de l’Hydraulique, de l’Energie et des Mines appelle l’administration territoriale, les forces de l’ordre et la population à conjuguer leurs efforts afin de décourager toute éventuelle manœuvre pouvant perturber l’approvisionnement en carburant.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Nkebukiye

    “….D’après lui, suite à l’insuffisance du carburant, certains pompistes cachent le carburant ces derniers jours pour enfin exiger des pots-de-vin…” ! La corruption est à niveau ? L’exemple vient d’où ? Pour qu’une société fonctionne correctement, la corruption à tous les niveaux doit être combattue.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 1 017 users online