Samedi 16 octobre 2021

Politique

Mandats d’arrêts internationaux : Gitega appelle les Etats à coopérer

09/10/2021 6
Mandats d’arrêts internationaux : Gitega appelle les Etats à coopérer
Prosper Ntahorwamiye : « Nous espérons que, dans un proche avenir, ces gens-là seront portés devant la justice burundaise »

Prosper Ntahorwamiye, secrétaire général et porte-parole du gouvernement, appelle les pays qui hébergent les présumés commanditaires des récentes attaques à la grenade à Bujumbura de les livrer à la justice burundaise. C’était au cours de l’émission publique des porte-paroles des institutions animée ce vendredi 8 octobre à Karusi.

Au lendemain des récentes attaques à la grenade dans la capitale économique, Sylvestre Nyandwi, procureur de la République, a sorti des mandats d’arrêts internationaux à l’endroit des présumés commanditaires.

Interrogé sur les attentes du gouvernement par rapport à ces derniers, Prosper Ntahorwamiye a indiqué que les présumés commanditaires doivent être poursuivis. « Quelqu’un qui a commis une infraction, est-ce qu’il ne peut être poursuivi pour motif qu’il n’a pas encore été puni pour la première infraction ? ». Une allusion aux mandats d’arrêts internationaux émis contre les présumés putschistes et leurs collaborateurs.

Et de rappeler que les mandats d’arrêts internationaux sont livrés lorsque le présumé auteur du crime se trouve à l’extérieur du pays. «Nous espérons que, dans un proche avenir, ces gens-là seront portés devant la justice burundaise. Au cas contraire, nous allons recourir à d’autres voies, qu’elles soient diplomatiques ou judiciaires comme Interpol ».

Il a fait savoir que le Burundi continuera à coopérer avec d’autres pays. Et de faire observer : « Si on attend que tu es poursuivi pour un acte de terrorisme, normalement aucun pays ne pourrait héberger une telle personne pour l’intérêt aussi bien de ce pays que celui du monde ». Il espère que ces mandats d’arrêts aideront dans la restauration de la paix au Burundi et dans le monde.

« Acte terroriste »

Même son de cloche du côté d’Agnès Bangiricenge, porte-parole de la Cour suprême qui parle d’ « acte terroriste ». Elle a fait savoir que les personnes poursuivies avaient été citées dans le putsch de 2015.

Et de qualifier un tel crime de transfrontalier. « Etant transfrontalier, le procureur de la République a demandé aux pays de la sous-région ou autres qui les hébergent ou dans lesquels ils transitent de les livrer à la justice burundaise ».

Elle fonde son espoir sur les accords que le Burundi a signé avec d’autres pays dans le domaine de la justice. « Si tel a commis un crime transfrontalier dans tel pays, il peut le commettre dans un autre. C’est pourquoi, nous espérons que les mandats d’arrêts récemment sortis sur cet « acte terroriste » seront mis en application par les pays qui hébergent ces personnes ».

Interrogée sur les inquiétudes selon lesquelles les mandats d’arrêts sortis en 2015 n’ont pas encore été exécutés et que les récents mandats risquent de l’être également, Mme Bangiricenge a expliqué qu’un crime transfrontalier ne peut pas passer inaperçu.

Signalons que les personnes visées par les récents mandats d’arrêts sont Alexis Sinduhije, président du parti MSD (Mouvement pour la solidarité et la démocratie), et Margueritte Barankitse, patronne de la Maison Shalom de Ruyigi. Elles sont aussi dans le box des présumés putschistes de 2015.

Forum des lecteurs d'Iwacu

6 réactions
  1. Jereve

    J’aimerais savoir de quelle manière l’état burundais appelle d’autres états à coopérer en matière de poursuite de personnes accusées “d’actes terroristes”. Est-ce qu’il le fait seulement par annonce aux médias? Est-ce qu’il écrit des courriers à ces états ou transmet-il les dossiers à Interpol? Apparemment les états ou les agence sollicités trainent les pieds à répondre. Quelle interprétation faut-il donner à cette apparente négligence? Quel moyen de persuasion a-t-il pour forcer un peu et faire avancer sa cause? Faut-il lier ce manque d’empressement des nations au fait que le Burundi, lui non plus, ne donne pas de crédit aux rapports en matière des droits de l’homme faits par les agences internationales? La réciprocité en diplomatie, je crois. En attendant les réponses, j’ai l’impression que le Burundi crie dans le désert. A quoi bon faire des annonces qui n’aboutissent pas. Certes, la persévérance peut payer, mais là ça commence à être un peu trop long.

  2. Benzema

    Bugendana et Buta turakeneye ko abakoze nyabuna zirya crimes de guerre baja devant la justice tôt ou tard

  3. Ndambi

    Ko bataratora babishe Hafsa Mossi, led soeurs italiennes, led FNL jetés Dan’s la Ruvubu?

  4. Rukara

    C’est une blague de mauvais goût ou quoi?
    Ils rêvent ces dirigeants burundais qui pensent qu’il y a encore des gouvernements qui croient à l’efficacité de leurs enquêtes qui n’aboutissent jamais.

  5. Jambo

    Vraiement Maggy y est pour quelque chose ?

    • YAN

      C’est ta mère? Tu connais tous ses faits et gestes ?

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 855 users online