Jeudi 01 décembre 2022

Économie

Mairie de Bujumbura : Plus d’un milliard de Fbu d’impôt non payés depuis 2019

09/02/2022 3
Mairie de Bujumbura : Plus d’un milliard de Fbu d’impôt non payés depuis 2019
Jimmy Hatungimana : « Tout document administratif délivré par la mairie de Bujumbura sera conditionné par la preuve de paiement de l’impôt foncier ou taxe »

Dans une réunion avec les administratifs ce 8 février, le maire de la ville de Bujumbura a fustigé le fait qu’il y ait des contribuables qui ne déclarent pas l’impôt foncier et ne paient pas des taxes sur activité. Il blâme l’indifférence des administratifs.

« Nous avons constaté des irrégularités dans le paiement des impôts et taxes », indique Jimmy Hatungimana, maire de la ville de Bujumbura. Et de critiquer les administratifs qui n’accompagnent pas les percepteurs d’impôts.

« Nous devons travailler avec les percepteurs pour leur montrer ceux qui ne paient pas les impôts et ceux qui font des déclarations fictives. Nous devons prendre le devant dans la sensibilisation sur le civisme fiscal », souligne-t-il.

Selon le maire de la ville de Bujumbura, certains contribuables déclarent correctement, mais ne payent pas l’impôt dans les délais prescrits par la loi. A titre d’exemple, ajoute-t-il, un montant d’un milliard huit cent millions (1.800.000.000) BIF a été déclaré, mais non payé depuis 2019.

En outre, il dénonce que certains contribuables ne déclarent pas l’impôt foncier : « Plus de 700 parcelles dans la zone Bwiza n’étaient pas encore déclarées selon les vérifications déjà effectuées en 2021 ». Et de poursuivre qu’une pénalité d’imposition d’office de 50 % de l’impôt dû est appliquée en cas d’absence de déclaration au-delà de 30 jours.

Jimmy Hatungimana regrette que certaines personnes et sociétés présentent des fausses déclarations. Ainsi, il rappelle que des pénalités sont prévues par la loi no 1/02 du 3 mars 2016 : « Le défaut de déclaration dans les délais prescrits et la production d’une déclaration fausse, inexacte ou frauduleuse va appliquer des pénalités de 100 % et rappelle l’impôt sur 4 ans ».

Le maire de la ville de Bujumbura fait savoir que le retard de paiement de l’impôt sera désormais sanctionné depuis le 15 février. « Tout document administratif délivré par la mairie de Bujumbura sera conditionné par la preuve de paiement de l’impôt foncier ou taxe », indique-t-il.

Il exige le port d’un cahier de ménage en cas de demande de tout document administratif délivré par la mairie de Bujumbura, les communes, les zones et les quartiers. Pour lui, cela facilitera la vérification de paiement de l’impôt et taxe.

Concernant des inquiétudes comme quoi il y aurait des détournements des recettes, le maire de la ville de Bujumbura tranquillise que les percepteurs des impôts sont bien suivis pour éviter tout détournement.
Il lance un appel vibrant à tout contribuable de déclarer et payer la taxe sur activité et l’impôt dans les délais prescrits par la loi. Et d’exhorter les administratifs à la base à identifier les activités taxables dans leurs circonscriptions.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. ndambi

    Mais, monsieur le mair.!!!!!
    On dit que le poisson pourrit par la tete.
    Toujours deplacer le probleme et inculper les subalternes est une simplification, un leurre.
    Les dirigeants sont grassement payés pour faire tourner la baraque.
    Que font les dirigeants?, qu’ont ils fait les anciens dirigeants de la mairie?
    Where is accountabilty ? That is the question

  2. Ndabaza

    … »Il blâme l’indifférence des administratifs »…
    Monsieur Le Maire, mwohera aho nyene mukaraba yuko ivyo vyegera vyanyu bidasoromera mu mifuko yavyo bagaca bakingira ikibaba abatazana ikori mu kigega.

  3. Dieudonne Nshimirimana

    Bonjour titre maire de la ville yavuze ko ideni ringana n’a 10 milliards fbu. Pas 1 milliards dans le titre !!!!!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Je suis Misago. Ou presque

Après sa tribulation, sa réapparition, lundi 21 novembre vers midi après deux jours d’inquiétude, suivi d’une sorte d’arrestation par des agents du Service national de renseignements (SNR) dans les montagnes ’’sacrées’’ de Magara, devenues un lieu de pèlerinage pour quelques (…)

Online Users

Total 1 766 users online