Dimanche 21 juillet 2024

Politique

Macocha Tembele : «Les nouvelles de la démission du facilitateur ne sont que des rumeurs»

23/02/2018 3

Au moment où l’opposition indique ce jeudi 22 février que Benjamin Mkapa, facilitateur dans la crise burundaise, a rendu son tablier, son porte-parole dément.

Le facilitateur du dialogue inter-burundais, Benjamin Mkapa lors du round du mois de février 2017

Sur son compte Twitter, Macocha Tembele, est sans équivoque : «Le facilitateur du dialogue inter-burundais présentera aujourd’hui son rapport au 19ème Sommet des chefs d’Etat de l’EAC. Le Sommet décidera de la marche à suivre. Les nouvelles de sa démission ne sont que des rumeurs».
Sur son compte Twitter, le porte-parole du Cnared, plateforme de l’opposition en exil, parle carrément de ’’démission du facilitateur Mkapa’’ : «Le facilitateur dans le conflit burundais, Benjamin Mkapa vient de démissionner ».

Pancrace Cimpaye donne les raisons : «Il n’a pas bénéficié du soutien des chefs d’Etat de la Communauté Est Africaine, ce qui a radicalisé le pouvoir du président Nkurunziza». Il termine son tweet par une sorte d’appel : «Pauvre Burundi laissé à lui-même! Où est l’ONU ?»

Sur son compte Twitter, le premier vice-président de la République, présent au 19ème sommet des chefs d’Etat de l’EAC, évoque le malaise de l’ancien chef d’Etat tanzanien : «Le facilitateur estime que son rôle n’a plus de raison d’être».
Gaston Sindimwo indique que c’était ’’suite à son entretien avec le facilitateur dans la crise burundaise sur la paix retrouvée au Burundi, sur les consultations entre les partis politiques en province de Kayanza durant les mois de juin et de décembre de l’année dernière 2017’’.

Par conséquent, poursuit Gaston Sindimwo dans un autre tweet, ’’le facilitateur Benjamin Mkapa fera en sorte que les chefs d’État de l’EAC puissent soutenir et accompagner le Burundi vers le processus électoral déjà entamé, avec presque 5 millions de Burundais enrôlés, dans un climat paisible et sans aucun incident majeur’’.

La tâche de Benjamin William Mkapa, ancien président tanzanien et facilitateur dans la crise burundaise, n’a jamais été facile. Il ne s’est contenté au cours de sa mission que des consultations et des compilations des points de vue des différents protagonistes sur une sortie de crise.

Il n’a pas réussi à les réunir dans une même salle pour des échanges ou une confrontation d’idées. Les quelques tentatives de convier Bujumbura et les délégués de l’opposition intérieure et extérieure se sont soldées par un échec. Il y a même eu des tentatives d’arrestations des ’’invités mal vus’’ par le gouvernement burundais.

A un certain moment, l’opposition burundaise a récusé le facilitateur Mkapa. C’était suite à ses propos jugés déplacés par cette opposition. Celle-ci l’avait même alors qualifié de ’’proche de Bujumbura’’ avant de se rétracter.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Gacece véritable

    None ko ibiganiro vyaheze none où se trouve la question? ?? Ibiri imbere nivyo tutabona kuko Red Tabara na Forebu ziriko zirategura urubuga

    • Gacece

      @Gacece véritable
      Tu vas te joindre à eux? Et je ne parle pas des « ibiganiro ».

  2. Source du Nil

    La culture de demission volontaire n’existe pas chez nos dirigeants africains.Illustrations, demission forcée de Mugabe et Zuma. Benjamin Mkapa n’est pas prêt de demissionner malgré son échec cuisant d’attendre un consensus entre les protagonistes Burundais.Avec ses perdiem de l’EAC, il ne quittera jamais son poste. A bon entendeur, salut!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 3 692 users online