Société

Les Réfugiés burundais du camp de Lusenda : «Il faut nous amener ailleurs»

10/04/2018 Abbas Mbazumutima Commentaires fermés sur Les Réfugiés burundais du camp de Lusenda : «Il faut nous amener ailleurs»
Les Réfugiés burundais du camp de Lusenda : «Il faut nous amener ailleurs»
«Nous vivons dans une zone rouge»

Les réfugiés burundais du camp de Lusenda en territoire de Fizi au Sud-Kivu demandent que leur site hébergeant plus de 30.000 personnes soit délocalisé pour des raisons de sécurité.

Cette doléance a été adressée par leurs représentants au Haut-Commissaire pour les réfugiés, Filippo Grandi lors de sa visite au camp voisin de Mulongwe hébergeant plus de 3.500 Burundais, samedi 7 avril.

Ces réfugiés affirment que leur camp de Lusenda, situé à environ 60 km au Sud d’Uvira, a été implanté dans une zone rouge où pullulent des groupes rebelles.

«Nous vivons ici dans l’insécurité, la peur au ventre. Quand la nuit tombe, c’est l’angoisse, quand il fait jour, c’est l’incertitude », se lamente une réfugiée, mère de quatre enfants. «Il faut qu’on nous amène ailleurs dans un endroit sûr, calme. Nous sommes fatigués».

«Tout ce que nous lui demandons, c’est de nous chercher un autre pays de refuge parce qu’il n’y a pas de sécurité ici », un autre réfugié du camp de Lusenda parti représenter les autres à Mulongwe lors de cette visite du Haut-Commissaire pour les réfugiés.

M. Filippo Grandi reconnaît que «cette insécurité a eu un impact terrible sur tout le monde, sur les réfugiés et sur les communautés locales dont la plupart ont été obligées de se déplacer. «C’est une question complexe», a-t-il fait savoir.

Il appelle les réfugiés burundais, surtout les jeunes à ne pas perdre l’espoir et la confiance dans le futur. Selon lui, il faut trouver la force et les ressources pour continuer à vivre jusqu’au moment du retour volontaire au pays natal. «Mon souhait est que ce moment puisse arriver», a-t-il espéré.
Signalons que le Haut-Commissaire pour les réfugiés prévoit dans cette tournée régionale une visite dans les camps de réfugiés congolais situés notamment au Nord du Burundi.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une ère nouvelle s’est ouverte à Kayogoro pour la presse ?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Une ère nouvelle s’est ouverte à Kayogoro pour la presse ?

Une équipe de reporters d’Iwacu rentre de plusieurs jours d’investigation dans le sud du Burundi. Une affaire défraie la chronique. Des policiers, des autorités à la base, des jeunes Imbonerakure sont accusés d’extorsion de fonds et d’assassinats. Les victimes sont (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 493 users online