Mardi 27 juillet 2021

Politique

Les ONG étrangères autorisées à reprendre sous conditions

02/10/2018 Commentaires fermés sur Les ONG étrangères autorisées à reprendre sous conditions
Les ONG étrangères autorisées à reprendre sous conditions
Pascal Barandagiye : «Cette mesure n’oblige pas les hôpitaux et les écoles à fermer. Si vous fermez des hôpitaux et que des gens meurent, vous en serez responsables et non le gouvernement».

Une convention de coopération signée avec le ministère des Affaires étrangères, un protocole d’exécution du programme avec le plan national de développement, un acte d’engagement du respect de la réglementation bancaire et du taux de change en vigueur ainsi que  le plan de correction progressive  des déséquilibres ethniques et de genre sur trois années.

Telles sont les quatre documents exigés par le ministre de l’Intérieur  aux ONG étrangères pour reprendre leurs activités.

Le ministre Barandagiye a réuni ce mardi 2 octobre les représentants des ONG internationales. La rencontre consistait à éclairer la mesure du Conseil national de sécurité. «Depuis le 1er octobre, nous enregistrons zéro ONG œuvrant au Burundi».   

D’après le ministre de l’Intérieur, l’ONG étrangère qui réunira les 4 documents exigés reprendra sans attendre l’expiration des trois mois: «Même aujourd’hui, celle qui les a, qu’elle les dépose pour reprendre ses activités».   

Certains représentants des ONGE ont fait part de leurs inquiétudes quant à leurs projets. C’est le cas de l’ONG Médecins sans frontières. La représentante de cette dernière voudrait savoir si l’hôpital continuera de fonctionner.

M. Barandagiye les a rassurés. Les ONG étrangères qui détiennent des écoles ou des hôpitaux ont une convention technique qui les lie à d’autres ministères. La fermeture d’un hôpital ou d’une école nécessite plusieurs procédures. «Cette mesure n’oblige pas les hôpitaux et les écoles à fermer. Si vous fermez des hôpitaux et que des gens meurent, vous en serez responsables et non le gouvernement».

Ce membre de l’Exécutif appelle à l’implication de tous les ministères concernés pour que les ONG étrangères aient des facilités dans leur régularisation. «Nous voulons que la procédure soit rapide pour ceux qui sont en ordre». Le gouvernement souhaite que des ONG étrangères continuent leurs activités mais dans la légalité.

Après les trois mois consacrés à l’enregistrement, l’ONG étrangère qui ne se sera pas conformée aux exigences du gouvernement sera radiée définitivement. «Nous allons clôturer et travailler avec celles qui se seront faits enregistrer».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« Nyakamwe » n’est pas seul

Cinq ans après la disparition du journaliste Jean Bigirimana d’Iwacu, sa famille porte toujours le deuil avec douleur. On sent chez elle une sorte de résignation stoïque suite à la perte de son cher fils, qui était aussi un pilier (…)

Online Users

Total 1 581 users online