Samedi 31 juillet 2021

Editorial

Le vote qui dérange

28/05/2021 1

L’ethnisme a été imposé et exploité par des ethnologues blancs qui l’utilisaient dans leur politique de « divide et impera » pour faciliter la domination des peuples lors de la conquête coloniale.

Par Léandre Sikuyavuga

Après l’indépendance, l’élite burundaise exploitera cette idée de « l’autre différent de moi-même » que certains appellent l’« ethnisme » et l’utilisera comme une arme pour «  se maintenir ou accéder » au pouvoir (deuxième racine du conflit burundais dans l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi), avec des conséquences dramatiques allant des massacres  aux « bords des génocides ».

Le Burundi a ratifié le 22 juillet 1996 la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide approuvée par les Nations unies à l’unanimité le 9 décembre 1948. Tenant compte de cet instrument juridique international, la classe politique burundaise a décidé de « prévenir des crimes de génocide au Burundi » en proposant dans l’Accord d’Arusha un Observatoire de prévention de génocide, qui est d’ailleurs opérationnel depuis trois ans.

L’annonce du vote Burundi à l’Assemblée Générale des Nations Unies (NU) le 18 mai contre « La responsabilité de protéger et de la prévention de génocide, de crimes de guerre, de nettoyage ethnique et des crimes contre l’humanité » est tombée comme un couperet. Le choix de Gitega est sous les feux des critiques des politiques de l’opposition, l’élite peine à trouver des explications. Une opinion s’interroge pourquoi voter contre « un texte inoffensif dans la mesure où il n’a pour objet que de permettre un débat à l’Assemblée générale des NU ». Pour un diplomate accrédité à Gitega, ce qui est paradoxal, c’est que le Burundi cherche activement la reconnaissance par la Communauté internationale du « génocide de 1972 ».

« Les Nations Unies, l’Union Africaine devraient saisir l’occasion pour indexer les pays membres faisant de tels écarts car un tel vote s’inscrit en faux contre les valeurs qui fondent la nouvelle société humaine dont les principes sont contenus dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme du 10 décembre 1948 », estime Frédéric Bamvuginyumvira, un opposant en exil.

Le gouvernement a ses raisons de faire ce choix. Toutefois, Gitega devrait se prononcer sur sa décision afin d’éviter des interrogations, des spéculations. En attendant, je laisse aux lecteurs le soin de méditer sur la déclaration de Kofi Annan, à l’occasion de la Journée de réflexion sur le génocide au Rwanda, 7 avril 2004. «.. N’attendons pas, pour agir, que le pire soit arrivé ou devienne inévitable. N’attendons pas le moment où, en dehors de l’intervention militaire, nous n’aurions d’autre option que les vains regrets ou la froide indifférence. Nous devons tout faire pour prévenir les génocides. Ce n’est qu’alors que nous pourrons honorer dignement la mémoire des victimes d’hier. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons sauver ceux qui risquent d’être victimes demain… »

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Mbariza

    …”Après l’indépendance, l’élite burundaise exploitera cette idée de « l’autre différent de moi-même que certains appellent l’« ethnisme » et l’utilisera comme une arme pour « se maintenir ou accéder » au pouvoir…”.
    Notre chère élite, quand briserez-vous ce cercle infernale pour nous présenter des projets de développement économique durables ?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Online Users

Total 1 325 users online