Jeudi 17 juin 2021

Politique

«Le respect des droits de l’Homme pour la prévention de la violence»

11/12/2017 Commentaires fermés sur «Le respect des droits de l’Homme pour la prévention de la violence»

«Œuvrons pour l’égalité, la justice et la dignité humaine», c’est l’appel des lauréats de la 11ème promotion du Diplôme des études supérieures spécialisées (DESS) en droits de l’Homme et résolution pacifique des conflits.

Certains des lauréats de la 11ème promotion du DESS en droits de l’Homme de la Chaire Unesco

C’était ce samedi 9 décembre à la Chaire Unesco de l’université du Burundi. Ils avaient organisé une conférence-débat à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’Homme.

François Ntahorwamiye, délégué des lauréats, a insisté sur les valeurs de l’égalité, la justice et la dignité humaine : «Elles préviennent la violence et maintiennent la paix.» Et d’exhorter tout un chacun à s’investir pour la promotion de la culture des droits de l’Homme au Burundi.

D’après lui, l’éducation aux droits de l’Homme contribue à « réaliser une société pacifiée et juste.» Car, explique-t-il, la paix implique nécessairement le respect des droits de l’Homme.

Les participants auront droit à des exposés. Notamment sur les valeurs favorables à une culture de paix chez les jeunes. Ceux-ci constituent la grande majorité numérique de la population au Burundi.

Joseph Ndayisaba, responsable de la Chaire Unesco, a fait savoir que les jeunes mettent l’accent entre autres sur le dialogue, la vérité, le respect mutuel, l’entraide et la proximité, le contact. «Ces valeurs sont favorables à la bonne cohabitation».

Sur le chapitre des antivaleurs, a-t-il indiqué, les jeunes doivent rejeter le mensonge, l’égoïsme, le complexe de supériorité, l’impunité, le vol, le non-respect du bien commun et la délinquance sexuelle.

D’après ce professeur à la Faculté de psychologie, les jeunes observent des valeurs tout comme des antivaleurs dans des mêmes groupes. Ils évoquent des dirigeants, des parents, des personnes âgées.

Et d’ajouter des responsables des églises, pasteurs nommément, des jeunes comme eux et des agents de l’ordre. C’est normal que les jeunes fassent un tel constat car, explique-t-il, ils décrivent ce qu’ils voient dans leur entourage.
Signalons que la journée internationale des droits de l’Homme est célébrée le 10 décembre.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« 1972 », à chacun sa vérité ?

Depuis le 28 avril, cinq grandes conférences de témoignages et de réflexion sur les « événements de 1972 » sont prévues par le Sénat du Burundi. Elles vont se clôturer le 25 juin courant. Le but est de se souvenir (…)

Online Users

Total 1 104 users online