Politique

Le Frodebu appelle au vote du ‘‘non’’

04/05/2018 Chanelle Irabaruta Commentaires fermés sur Le Frodebu appelle au vote du ‘‘non’’
Le Frodebu appelle au vote du ‘‘non’’
Léonce Ngendakumana : «Le projet de la Constitution vise la suppression de l’accord d’Arusha».

Le Burundi fait face à un référendum de tous les dangers, a lancé Léonce Ngendakumana, vice-président du parti, ce jeudi 3 mai, lors d’une conférence de presse.

Le projet de Constitution vise la suppression de l’accord d’Arusha et l’arrêt du dialogue inter burundais. Il contient de «graves tares» politiques et juridiques qui mettent en danger la nation.

Entre autres suppression du système démocratique inclusif, concentration de tous les pouvoirs entre les mains du chef d’Etat, celui-ci pourra nommer et limoger à différents postes comme bon lui semble. Et de parler la discrimination sur base des nationalités : «Pourtant, un bon nombre des réfugiés de 1972 et de 1993 en ont acquis». Ainsi, il exclut certains Burundais au profit des autres.

Ce projet, poursuit-il, est illégal par rapport à l’article 299 de la constitution. «Il stipule qu’aucune procédure de révision ne peut être retenue si elle porte atteinte à l’unité nationale, la cohésion du peuple burundais, à la laïcité de l’Etat, à la réconciliation et à la démocratie».

Sur ce, voter ”non” signifie refuser l’instauration d’un parti unique et réhabiliter l’accord d’Arusha et la constitution qui en est issue. Léonce Ngendakumana s’inquiète de la sécurité des opposants : «Tous ceux qui appellent au vote du ‘‘non’’ font l’objet de l’intimidation».

Olivier Nkurunziza, secrétaire général du parti Uprona, soutient que le projet de Constitution s’inspire de l’Accord d’Arusha. «Par exemple, les quotas ethniques n’ont pas changé». C’est pour cette raison que son parti a pris la décision de voter ”oui”.

Les burundais doivent savoir que la Constitution de 2005 n’a pas profondément changé. «Elle était constituée par 307 articles et la nouvelle en compte 292 articles. Seuls 50 d’entre eux ont été amendés».

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a annoncé aux hauts responsables du ministère la tolérance zéro à quiconque se rendra coupable de la corruption et de la criminalité, priorité du gouvernement. Il a aussitôt joint l’acte à la (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 278 users online