Lundi 04 mars 2024

Société

Le FNUAP déplore la vulnérabilité de la fille burundaise

14/07/2016 Commentaires fermés sur Le FNUAP déplore la vulnérabilité de la fille burundaise
Mères à 16 ans
Mères à 16 ans

Le 11 juillet de chaque année, le Burundi se joint au monde entier pour célébrer la Journée mondiale de la Population. Les festivités sont prévues pour ce vendredi le 15 juillet. Thème choisi : «Investir dans les adolescentes pour un monde plus équitable, stable et paisible».

Le FNUAP affirme que la vulnérabilité de la jeune fille reste accentuée au Burundi. Cette Agence onusienne a organisé ce mardi 12 juillet, un cadre d’échange avec les journalistes. Elle appelle les médias burundais à contribuer dans la promotion de la fille. «Tout le système des NU compte sur les medias pour sensibiliser les décideurs, les partenaires mais aussi envoyer des messages à l’ endroit de nos filles pour que leur avenir soit assuré».

Dans son exposé, le représentant assistant du FNUAP au Burundi a indiqué que le choix du thème a été motivé par le caractère de vulnérabilité de l’adolescente. Partout dans le monde, les adolescentes affrontent beaucoup de défis que leurs homologues masculins.

En de nombreux pays, une fille qui atteint la puberté est jugée par sa famille et sa communauté prête pour le mariage, la grossesse et l’accouchement. Elle peut alors être donnée en mariage et contrainte de quitter l’école. Elle peut tomber dans un état débilitant pour avoir donné le jour à un enfant avant que son corps y soit prêt. Elle peut se voir refuser ses droits fondamentaux. Elle risque donc de voir anéanties ses perspectives d’avenir et son potentiel non réalisé.

Gervais Barampanze souligne que le thème de cette année revêt un intérêt particulier pour le monde entier et singulièrement pour le Burundi. « Le Burundi n’a jamais connu de jeunes et d’adolescent(e)s en nombre aussi important que de nos jours». Et d’ajouter, ces jeunes vivent à plus de 90% en milieu rural. «Ils sont confrontés, pour la plupart, aux problèmes d’accès à la santé, à l’éducation et à une formation de qualité».

Ce conférencier rappelle que la deuxième enquête démographique et de santé réalisée en 2010 fait état d’une fécondité précoce chez les filles. En effet, 11% des adolescentes de 15-19 ans ont déjà commencé leur vie procréative dont 7% ont déjà eu au moins un enfant.

Le FNUAP demande, en conséquence, au gouvernement d’investir dans les adolescentes. Pour cette Agence onusienne, il faut permettre aux filles de recevoir une éducation de qualité et élargir leurs perspectives économiques, notamment par l’obtention d’un emploi décent. Il faut également protéger leur santé, surtout sexuelle et procréative.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Écoute dans le vent… de Buringa… de Vugizo…

Combien de sanglots doit-on entendre lors des funérailles des nôtres emportés dans des tueries, avant que les pleurs n’emplissent toute la Nation, dans toutes ses sphères, et ne brisent toutes les murailles et autres tours d’ivoire ou palais ? Combien (…)

Online Users

Total 1 395 users online