Samedi 27 février 2021

Économie

La femme et l’entrepreunariat : de jeunes femmes outillées d’abord

02/09/2014 Elyse Ngabire 3

« On ne se lance pas dans l’entrepreunariat comme l’on se jette dans l’eau », avertit Claudette Ngendandumwe, représentante de l’Association des Femmes Entrepreneurs du Burundi (AFAB), le 29 août, à l’occasion du lancement du programme de coaching en faveur des jeunes femmes entrepreneurs.

Claudette Ngendandumwe (premier à droite) : « Former une femme, c’est éduquer toute une nation » ©Iwacu
Claudette Ngendandumwe (premier à droite) : « Former une femme, c’est éduquer toute une nation » ©Iwacu

Durant presqu’un mois, quatre experts vont encadrer 20 jeunes femmes entrepreneurs issues de divers secteurs à l’instar de l’hôtellerie, la boulangerie et la pâtisserie, la couture, le commerce général, etc. dans la création de leurs propres entreprises.
Pallier au problème des projets qui n’aboutissent pas ou encore meurent en cours de route parce qu’ils ont été mal conçus ou mal élaborés. C’est cette préoccupation qui est à l’origine de l’organisation de ce coaching.
L’idée, elle est venue de trois organisations à savoir l’AFAB, l’ISGE (Institut Supérieur de Gestion des Entreprises) et l’API (Agence Burundaise de Promotion des investisseurs).

« Former une femme, c’est éduquer toute une nation »

Claudette Ngendandumwe ne doute pas que l’entrepreunariat exige une certaine capacité intellectuelle. Selon la représentante de l’AFAB, il s’agit d’aider ces jeunes femmes à élaborer leurs plans d’affaires suivant leurs visions : « C’est un accompagnement professionnel visant à mettre sur papier leurs objectifs, missions, résultats attendus, etc. »

L’entrepreunariat, poursuit Mme Ngendandumwe, c’est aussi et surtout une question de moyens financiers. Or, au Burundi comme ailleurs, la femme éprouve d’énormes difficultés quant à l’accès aux crédits parce qu’elle n’hérite pas de ses parents : « Avant d’aller toquer à la porte de telle banque, il faut avoir des biens à hypothéquer. » Toutefois, elle reste optimiste que la formation est la base de tout.
Et Antoine Kabura, directeur de l’API de renchérir : « A nos jours, l’entreprenariat féminin est désormais devenu un des moyens les plus efficaces d’accroître l’égalité et de promouvoir la croissance économique inclusive et durable. »

API

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Jamahaar

    C’est marrant de parler des femmes et l’on ne voit que des hommes en costume assis en premier plan. Comme toujours les hommes viennent prononcer des discours a une audience a majorite feminine.C’est infantilisant malgre les bonnes intentions et le discours lenifiant.Ou sont-elles passees les femmes instruites et specialistes en la matieres?Nos soeurs sont encore loin du but.Il faudra beaucoup qu’un simple seminaire pour atteindre l’egailte des chances tant recherchée

  2. nivyo

    Sur la photo, la seule femme visible dans un article parlant de femmes est coupée en 2. C’est tristre

    • Stan Siyomana

      @Nivyo
      Vu l’etat de l’entrepreunariat au Burundi, je ne crois pas que le grand souci de ces 20 jeunes femmes est d’avoir leurs photos dans les medias, POURVU QUE LEUR FORMATION LEUR RAPPORTE QUELQUE CHOSE.
      Merci.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Main basse sur les morgues

Où sont passées les valeurs morales et humaines, l’« Ubuntu » chanté par les Burundais à longueur de journée ? Depuis un certain temps, avoir accès aux chambres froides dans les hôpitaux publics de Bujumbura relevait d’un parcours du combattant. Des gens qui (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 954 users online