Vendredi 26 février 2021

Politique

Emission publique du chef de l’Etat : Le président a évoqué quelques questions de l’heure

30/12/2020 Samuel Mbonimpa Commentaires fermés sur Emission publique du chef de l’Etat : Le président a évoqué quelques questions de l’heure
Emission publique du chef de l’Etat : Le président a évoqué quelques questions de l’heure
Evariste Ndayishimiye, président de la République du Burundi : « Le personnel de la Regideso a échoué, de la base au sommet ».

Le président de la République du Burundi, Evariste Ndayishimiye, a organisé ce 30 décembre une émission publique, au chef-lieu de la province Ngozi. Il répondait aux questions des journalistes et des citoyens. Retour sur quelques questions de l′heure.

Sur le plan économique, le numéro Un burundais a évoqué les problèmes qui minent la Regideso et l′Onatel. Pour la Regideso, il a admis que cette société est au bord du gouffre. Et de préciser que la responsabilité incombe à au personnel de cette société, du directeur général au planton, avant d’ajouter que l’Etat prendra « en main bientôt l’affaire ».

Le président Ndayishimiye s’est exprimé aussi sur la lutte contre le chômage des jeunes. Il a affirmé que même si les difficultés ne manquent pas, l’État continuera à les soutenir. Néanmoins, il a déploré le fait que la plupart de ces jeunes ne sont pas à mesure d’élaborer et d’exécuter leurs propres projets. Le chef de l’Etat a évoqué la construction d’un centre de formation en entrepreneuriat et gestion des projets dans la province de Karusi.

Pour le soutien aux agriculteurs, le locataire de Ntare house a promis l’acheter des récoltes par le gouvernement pour diminuer et éviter la spéculation de certains commerçants. Par ailleurs, il a souligné que l’exécutif burundais est à l’œuvre pour chercher des marchés étrangers.
De ce fait, le président Ndayishimiye a appelé les hommes d’affaires burundais et la population burundaise en général, à augmenter la production pour exporter à l’étranger et faire rentrer plus de devises.

La lutte contre la Covid-19 s’intensifie

Après avoir souligné que c’est  la grâce de Dieu qui a épargné le Burundi de la covid-19, le président Ndayishimiye a estimé que certains Burundais souffrent encore des maladies psychologiques, car, selon lui, on ne peut pas comprendre comment une personne peut chercher à s’évader pour aller contaminer sa famille. « Maintenant, nous allons traquer ceux qui violent les mesures barrières. Ils seront considérés comme porteurs des armes pour exterminer la population. Reprenons la pratique d′Ubuntu. »

Des sanctions sévères seront prises contre toute personne fuyant la mise en quarantaine ainsi que tous les corrompus impliqués. Il a indiqué que lui-même se confine à son retour de l’étranger. Le chef d’Etat n′a pas mâché ses mots. Il a épinglé certains dirigeants quelques fois complices dans la propagation de la covid-19.

Concernant le vaccin sur la covid19, le président Ndayishimiye se dit fier des mesures de prévention entreprises par le gouvernement burundais, et estime que le Burundi n’est pas « le premier qui à besoin de ce vaccin ». Le chef d’Etat a prôné l’intensification des mesures de prévention avant l’arrivée du vaccin, qu’il a estimé « très cher ».

Les conflits dans les Eglises et le renouvellement des cahiers de ménages

Concernant les conflits qui minent quelques Eglises au Burundi, le chef d’Etat a affirmé qu’il est toujours ému par cette triste réalité. Il a exhorté les adeptes de ces Eglises à prier fortement, parce que, selon lui, le diable les a envahis. « Ils doivent s’organiser pour faire des élections, qu’ils fassent des campagnes s’il le faut, afin d’avoir des institutions stables et digne de confiance ». Le président conçoit ces conflits au sein des Eglises comme « des conflits d’intérêt ». Il a invité leurs responsables à respecter la loi qui les régit.

Au sujet de la question des cahiers de ménages qui sont renouvelés plusieurs fois en mairie de Bujumbura, le Chef de l’Etat a indiqué que la sécurité de la population incombe aux administratifs. Il leur revient de prendre toute stratégie pour maintenir la paix et la sécurité même en famille, a martelé le chef de l’Etat burundais.

« L’affaire Buyoya » évoquée

Interrogé sur les mobiles qui ont fait que l’Etat ne soit pas préoccupé par la mort de l′ancien chef d’Etat Pierre Buyoya, le président Ndayishimiye a expliqué que selon la loi burundaise, le gouvernement burundais ne pouvait pas organiser des obsèques de l’ancien président de la République condamné par la justice. « Il ne jouissait plus de la liberté politique. Il faut savoir distinguer le coupable du présumé innocent. Le cas devrait être une leçon pour tous, afin de pouvoir s’éloigner des crimes, qui peuvent nous priver de nos droits » a-t-il souligné.

Le président Ndayishimiye a tout de même soutenu que sa famille a le plein droit de rapatrier son corps pour l’enterrer au Burundi, car, « toute personne a le droit d’être enterrée la terre de ses ancêtres. »

 

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Main basse sur les morgues

Où sont passées les valeurs morales et humaines, l’« Ubuntu » chanté par les Burundais à longueur de journée ? Depuis un certain temps, avoir accès aux chambres froides dans les hôpitaux publics de Bujumbura relevait d’un parcours du combattant. Des gens qui (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 052 users online