Mercredi 05 octobre 2022

Politique

Alexis Sinduhije, le téméraire président du MSD

20/04/2015 15
Les prises de position de l’ancien journaliste, Alexis Sinduhije, ont envenimé les relations entre le pouvoir Cndd-Fdd et lui ©Iwacu
Les prises de position de l’ancien journaliste, Alexis Sinduhije, ont envenimé les relations entre le pouvoir Cndd-Fdd et lui ©Iwacu

Iwacu continue à vous présenter les portraits des candidats à la présidentielle de 2015. Dans cette édition, Alexis Sinduhije.

Parfois considérée comme immature en politique a cause de son franc parler qui derange, l’ancien journaliste, devenu un advrsaire politique plutôt craint, a su rallier à sa cause les jeunes.

Alexis Sinduhije est né le 5 mai 1967 dans une famille modeste de Kamenge, un quartier chaud du nord de Bujumbura, surtout connu pour avoir été le bastion de la rebellion Cndd-Fdd. Ancien journaliste burundais reconverti en politique, il est le fondateur de la Radio Publique Africaine, la plus populaire radio privée du Burundi.

Dans la presse burundaise, il est considéré comme un révolutionnaire, pour avoir lancé une radio indépendante qui ose. Journaliste de talent et enquêteur de génie, Alexis Sinduhije est connu pour avoir traité des dossiers brûlants : l’assassinat de Kassim Manlan, ce représentant à Bujumbura de l’Organisation Mondiale de la santé assassiné dans son bureau, la dénonciation du massacre de Muyinga, la révélation de la mise en vente de l’avion présidentiel, l’assassinat du dernier roi burundais, le montage du coup d’Etat attribué à Kadege, etc. Accessible, il a su créer un environnement multiethnique dans son média, qui le rend d’autant plus crédible. Mais il entretient également un réseau important et un grand carnet d’adresses dans les milieux politiques nationaux et internationaux. En 2004, il reçoit le Prix de la liberté de la presse du Comité pour la protection des journalistes et, en 2008, le Time Magazine le classe parmi les cent personnes les plus influentes.

Quand il quitte le journalisme pour se lancer dans la politique, il fonde le Mouvement pour la Sécurité et le Développement (MSD), devenu plus tard Mouvement pour la Solidarité et le Développement. C’est une exigence du ministère de l’Intérieur pour être agréé, deux ans après sa création, et participer à la course électorale de 2010. On connaît la suite.

Une grande gueule qui dérange, mais convainc

Beaucoup de ses proches reconnaissent plusieurs qualités à Alexis Sinduhije : la simplicité, l’intelligence, la générosité. D’autres assurent qu’il ne s’intéresse pas aux biens. Mais il y aurait aussi un revers de la médaille : « Parfois, il s’emporte et peut déraper », reconnaît un proche.

Ainsi, se rappelle-t-on de la fameuse émission Kabizi avec Serge Nibizi. Perdant patience, l’ancien patron de la RPA a menacé le journaliste de le virer s’il s’avisait d’arrêter l’émission, alors qu’Alexis Sinduhije échangeait des amabilités avec des auditeurs en ligne. Une bourde qu’il a vite fait de reconnaître le même jour en s’excusant.

Le langage parfois musclé d’Alexis Sinduhije a surpris plus d’un, mais a sans doute eu l’effet contraire sur les jeunes qui constituent le gros de ses partisans. Il est ainsi le premier leader de l’opposition à avoir demandé à ses membres de ne plus se laisser faire par les Imbonerakure. « Je suis prêt à mourir pour faire aboutir ses revendications en vue de rétablir un Etat de droit. Pour ce qui me concerne, en tant que porte-flambeau de ce combat, je sais que je peux mourir à tout moment, mais je me suis déjà engagé », a-t-il souligné en mars 2014, quelques jours apres les affrontements entre les militants du MSD et la police.

Autre qualité : il sait s’entourer de personnes qualifiées : économistes, agronomes, juristes, ingénieurs, etc. Ces techniciens l’ont aidé à concocter un véritable programme pour son parti. Ce qui manque cruellement aux autres partis.

Son passé sulfureux lui a parfois valu de mauvaises surprises. Mais aujourd’hui, dans ses discours, l’homme semble moins virulent, ses interventions se faisant rares, ce qui n’est pas pour tranquilliser ses adversaires politiques pour 2015.

Il faut arrêter Alexis Sinduhije !

Les prises de positions de l’ancien journaliste ont envenimé les relations entre le pouvoir Cndd-Fdd et lui. Il est arrêté le 3 novembre 2008 pour outrage au chef de l’Etat, puis relaxé le 13 mars 2009 par le Tribunal de Grande Instance de Bujumbura. Le 19 février, le procureur avait requis deux ans et demi de prison contre Alexis Sinduhije pour avoir écrit : « La responsabilité dans les affaires de corruption et d’assassinat commandités par le Cndd-Fdd est à imputer à celui qui passe son temps dans des croisades de prière sans fin ( le president de la République NDLR). »

En 2010, il quitte le Burundi, après les violences consécutives à la contestation des résultats de la présidentielle et des législatives, et ne revient qu’en mars 2013. Comme la quasi-totalité de l’opposition, il avait boycotté la présidentielle et les législatives de 2010. Déjà le 15 janvier 2012, Alexis Sinduhije est arrêté à l’aéroport de Dar Es Salam, en provenance de l’Ouganda, sur demande des autorites burundaises. Bujumbura l’accuse d’avoir participé à un meurtre, il y a plusieurs années, et demande son extradition. Mais les autorités tanzaniennes le relâchent.

Recherché, mais pas pour les bonnes raisons…

Le 12 mars 2014, la justice inculpe Alexis Sinduhije pour insurrection, suite aux affrontements violents entre ces militants et les forces de l’ordre. Il est notamment poursuivi pour « participation à un mouvement insurrectionnel armé en tant que leader de ce mouvement », et un mandat d’arrêt est directement émis contre lui. Le leader du MSD reprend le chemin de l’exil, un an à peine après son retour.

Jeudi 1er mai 2014, Alexis Sinduhije est interpellé, à l’aéroport de Bruxelles, en provenance du Tchad, alors qu’il est pourtant en possession d’un visa Schengen d’une validité de trois ans et délivré par la France. Il est libéré six jours plus tard, la Belgique ayant décidé de suspendre la mesure de refoulement prise à son encontre. Bujumbura avait réclamé à la Belgique l’extradition d’Alexis Sinduhije, qu’il considère comme le responsable des violences ayant opposé début mars à Bujumbura la police à des centaines de ses militants.

Forum des lecteurs d'Iwacu

15 réactions
  1. pm

    On n’en a marre des hypocrites ! Aho twatwariye n’abazi guhinyanyura amajambo ko mbona igihugu kitabuze kugwa mu manga inganda zigatikira abaja mw’ishamba bakagenda ariho bavanye na buno bunyeshamba turiko bariko barazana mu gihugu?

  2. karikumutima

    REVOLUTIONAIRE OUI MAIS PAS PRESIDENT A L’INSTAR DE CHE GEUVALA. MAIS TOUT CA CONSTITUE LES RESSOURCES DE CE PETIT PAYS QU’IL FAUT SURTOUT SAVOIR EXPLOITER DANS LA COMPLEMENTARITE. MERCI

  3. johnbebe

    Arabanza yige kuvugana umutima munda. Sinzi neza ko yoshobora kugira débat nabo batavuga rumwe…Aragenda Rwasa amwigishe. En écoutant Rwasa, on dirait un saint! Baramurasiye umugore wiwe ariko yarashoboye kugira débat na Nyamitwe ( Abaduserukira). Iyo aba nka Sinduhije baca batana mu mitwe! Ariko murundi siwe ava mu Kamenge… » On peut quiter la cité mais la cité ne te quitte pas »

    • Gendana

      Victor Burikukiye parle mieux que Alexis????

  4. Jean-Pierre

    Je connais personnellement Alexis depuis les années 80, on était jeune et plein de passion pour le théâtre. Alexis a un talent fou d’acteur. Il est simplement hors pair. Ce que je garde le plus chez lui c’est son sens humain et sa persévérence. On dit qu’il ne s’interesse pas aux biens et je le confirme. Une foi nous avions eu un peu de sous après avoir joué notre pièce et puis je l’entendit s’exclamer: Tout ça! et pourtant ce n’était pas beaucoup. Dans notre groupe, il ne posait jamais de questions sur le partage des recettes. C’est bon pour un politicien. Il est peu corruptible. Par contre, il ne tolère pas qu’on le provoque et il a du mal à supporter une quelconque injustices. Qu’il ferait un bon président, je n’en sais rien. Ce que je ne doute pas, c’est qu’il ferait mieux que celui qui est là. Tout au moins il a du leadership vu comment il a organisé la RPA et comment il a su dire que son temps en tant que Directeur fondateur de la radio était terminé. Su ce plan au moins, on peut se dire qu’il ne s’éterniserait pas infiniment au pouvoir.

  5. Gerard

    « Parfois, il s’emporte et peut déraper »

    Aho rero arahahindura kuko ni naco gituma yama avuga amajambo y’incamutima kubera kubura ‘maîtrise de soi’.
    Or, un notable est toujours guidé par la maîtrise de soi. Aragaba, sinon ako kageso ko gutwagwa n’ishavu kazomurisha abishwa.

    A bon entendeur salut!

    • Gendana

      Muhe amahoro, Victor Burikukiye, Ndabirabe bo ntibariho???

  6. Alice

    Je suis désolé mais Alexis ne mérite pas d’être président. Il en a même pas la carrure. qu’on le laisse se présenter , ce monsieur ne peut pas gagner. On ne le craint pas. Le véritable adversaire des DD… c’est le FNL!

    • KIBURUGUTU

      C’est Mr X qui en a la carrure?.Comment la mesure t-on Mme?

    • Baobab

      @Alice
      « Je suis désolé mais Alexis ne mérite pas d’être président. Il en a même pas la carrure. »
      Sur base de quoi cette affirmation? Les désirs?
      Supplions plutôt notre ami Christophe Sebudandi afin qu’il trouve du fric pour nous faire un bon sondage objectif d’opinion avant de nous rendre aux urnes. Ainsi nous pourrions cesser de prendre nos fantasmes pour des réalités!

      • Bizimana

        Sans être un fan de Sinduhije, je lui reconnais le mérite de vouloir porter du sang nouveau dans la classe politique, Dieu seul sait combien le Burundi en tant besoin.. Il faut une émergence d’une nouvelle génération, pour porter au plus loin les attentes des burundais..
        Son-franc parler, contraste sans doute avec la langue de bois qu’on a l’habitude d’entendre, je crois qu’il nous faut des hommes et de femmes qui ont un vision, un programme pour nous faire avancer..

        • Saad Omar

          Et c est le seul politicien Tutsi maze kwumva yubahuka kwemanga ko habaye ihonyabwoko ryabahutu muri 1972 !!!!!
          Qui dit mieux !!!! Et c est vrai !!!! J etais la !!!!! Je vais temoigner !!!! Le reste n amagaburanyama !!!!! Nous vivons toujours sous le meme regime depuis 1962. Utuzu twamyeho, les milices JRR , ImboneraHAMWE , sans culottes etc…..zamyeho. PRIORITE : que ceux qui ont du sang sur les mains paient d abord !!!! Alexis, dont j ai garde TOUTS les numeros de son journal PANAFRIKA, a le grand merite d etre VIERGE et justement de ne pas avoir sa langue dans son calecon !!!! Nous en avons mare de cette langue de bois qui nous consume a petit feu, nous voulons un electrochoc pour nous reveiller, nous remettre au travail, bref, dos a dos, aux enfers au diable toute cette oligarchie militaro-politico-hutu-tutsie.

          Ntarebatinya

          • Gendana

            Bon je suis d’accord avec vous, mais Alexis n’est pas Tutsi, et ce n’est pas important pour nous autres non plus!

    • Murundikazi

      « …..Alexis ne mérite pas d’être président… »
      Ha ha pauvre Alice !

    • Gendana

      Raison pour laquelle vous tuez et chassez les FNL comme des animaux? Urakamenye mupfaso!! Mais alors, pourquoi avez-vous coupe la tete de Bukuru de Gitega, membre de MSD? Pourquoi avez-vous tire sur les manifestants du MSD et emprisonne les autres en mars 2014 alors que n’avez pas peur d’Alexis? Vous avez tout fait pour le faire arreter en Tanzanie et a Bruxelles parce que vous n’avez pas peur de lui??

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 361 users online