Dimanche 21 juillet 2024

Politique

Affaire Nyakabeto : réaction des politiques

05/06/2013 Commentaires fermés sur Affaire Nyakabeto : réaction des politiques

Les réactions des partis politiques n’ont pas tardé après l’expulsion de la famille de Justin Nyakabeto par des agents de la CNTB et la police en commune urbaine de Ngagara.

D’après Frédéric Bamvuginyumvira, vice-président du Frodebu, ce qui s’est passé à Ngagara n’est qu’une injustice faite contre Justin Nyakabeto. Il affirme que l’action de la CNTB soulève des interrogations : «  Dans ses missions, cette commission doit veiller à la restitution des biens, à la réconciliation et à la paix sociale. Pourtant, elle ne s’intéresse qu’à la restitution des biens. » Pour lui, la présence des policiers à Ngagara démontre que les volets paix sociale et réconciliation n’ont pas été pris en compte. Il se demande si finalement les deux familles seront réconciliées vu la façon dont la seconde a acquis la parcelle.

Par rapport au comportement des jeunes de Ngagara, il indique que ce comportement traduit d’abord un sentiment de groupe. Selon Fréderic Bamvuginyumvira, il n’y a pas longtemps, Ngagara était un bastion des Tutsi et les jeunes de cette commune se sentent investis de la mission de défendre des intérêts des habitants de cette commune. Ensuite, c’est une réaction face à l’injustice contre Justin Nyakabeto qui est un acquéreur de bonne foi dans cette affaire. Par conséquent, d’après l’ancien vice-Président du Burundi, il ne méritait pas d’être expulsé. Et pour cause : le code foncier dans ses articles 21, 22 et 23 protège tout acquéreur de bonne foi car ils précisent qu’un individu qui a passé trente ans dans une parcelle et qui l’a eue de bonne foi, elle lui appartient.

Le groupe parlementaire Uprona qualifie ce qui s’est passé à Ngagara d’harcèlement de la famille Justin Nyakabeto que la CNTB a jetée dans la rue contre toute logique et tout principe élémentaire du droit. Selon les députés Upronistes, cette commission a terminé son mandat et devrait donc assurer les affaires courantes en attendant l’évaluation de son action. Ils se demandent aussi pourquoi il y a eu un déploiement d’une armada de policier, fermeture du marché de Ngagara, paralysie de toutes les activités de la commune Ngagara si réellement la CNTB est du côté de la loi et de la vérité.Ce groupe parlementaire demande aux plus hautes autorités du Burundi de mesurer la gravité de la situation et d’arrêter rapidement les mesures de la CNTB qu’il qualifie d’expropriation illégales qui hypothèquent dangereusement la paix sociale. Selon ces députés, une évaluation objective du travail de l’actuelle équipe de la CNTB doit être faite pour mettre en place une nouvelle équipe qui rassure tout le monde et qui soit plus respectueuse de la loi et de l’esprit et de la lettre de l’Accord d’Arusha.Enfin, le groupe parlementaire Uprona demande aux hommes politiques de cesser de traiter cette question à des fins électoralistes pour mettre en avant la sauvegarde de la paix sociale et de la réconciliation.

Le ton est tout autre du côté du parti Cndd-Fdd. Pour Pascal Nyabenda, président de ce parti, la CNTB a bien fait son travail car son action a permis de rétablir une famille dans ses droits. Le parti présidentiel remercie les familles qui ont rendu les biens des autres volontairement et celles qui se sont gardés de terroriser ceux qui occupaient leurs biens.Quant au comportement des jeunes, M. Nyabenda indique que son parti condamne ceux qui les ont appelés à jeter des pierres aux policiers qui ne faisaient que leur travail. Le Cndd-Fdd salue le comportement des forces de l’ordre face aux jets des pierres de ces jeunes. Et de conclure que son parti souhaite que les promoteurs de ce désordre soient connus et jugés conformément à la loi.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 476 users online