Sécurité

Les interrogations de Cibitoke

Apres plusieurs jours d’affrontements entre des éléments armés et les forces de défense et de l’ordre à Cibitoke, plusieurs réactions condamnent des exactions de l’armée, le silence du gouvernement et une chasse à l’homme.

Léonce Ngendakumana : « La coalition condamne fermement ce montage grossier et rejette catégoriquement ces manœuvres machiavéliques, divisionnistes et meurtrières. » ©Iwacu

Léonce Ngendakumana : « La coalition condamne fermement ce montage grossier et rejette catégoriquement ces manœuvres machiavéliques, divisionnistes et meurtrières. » ©Iwacu

80 assaillants, 15 militaires et 2 civils. C’est le bilan provisoire des personnes tuées dans les récents affrontements qui ont duré 5 jours dans les collines de Mahande, Nyabubye,Rwesero, Buhayira et Kibindi dans les communes de Mugwi et Bukinanyana dans la province de Cibitoke. D’après la radio Isanganiro, ces chiffres sont fournis par la population sur place, le bilan officiel n’étant pas encore connu. Cependant, l’armée burundaise a annoncé la tenue d’une conférence de presse ce lundi 5 janvier dans le camp Cibitoke pour montrer certains rebelles arrêtés ainsi que leurs armes saisies. Sur le théâtre des combats, elle a été accusée d’exécuter et d’enterrer dans des champs les rebelles attrapés ou qui se rendent.

A ce propos, l’ADC-Ikibiri a sorti un communiqué ce dimanche 3 janvier pour condamner le silence du gouvernement dans la gestion de cette question. D’après son président, Léonce Ngendakumana, l’ADC-Ikibiri condamne d’abord sans réserve ces attaques contre notre territoire. Ce communiqué s’inquiète également des informations faisant état de nombreux cas d’exécutions extrajudiciaires perpétrés contre des rebelles attrapés ou faits prisonniers. Cette déclaration s’insurge surtout d’apprendre que certains responsables politiques et militaires du parti au pouvoir sont en train de faire accréditer la thèse que ces rebelles seraient de l’ADC-Ikibiri.

« Il n’y a pas de silence des officiels ! »

« La coalition condamne fermement ce montage grossier et rejette catégoriquement ces manœuvres machiavéliques, divisionnistes et meurtrières, et s’insurge devant la chasse l’homme déjà engagée à l’endroit des responsables et membres des partis de l’ADC-Ikibiri. »

Ce communiqué souligne aussi que l’implication des civils armés dans des opérations militaires peut entraîner des situations incontrôlables.

S’agissant de ces civils armés, Agathon Rwasa, président du FNL non reconnu par le ministre de l’Intérieur, pense que des membres d’un parti politique, fusse-t-il au pouvoir, ne devraient pas être confondus aux forces de l’ordre.
La déclaration demande enfin au gouvernement de sortir de son silence pour informer le public sur ce qui se passe. Pourtant, Willy Nyamitwe, conseiller principal a la présidence chargée de la communication, de l’information et des relations avec la presse, estime qu’il n’y a pas eu silence des officiels : « Le premier jour et le second jour de l’attaque, les journalistes ont eu la possibilité d’accéder sur le terrain et de glaner des informations par ci par là. » Quant a avoir des informations de la part d’officiels sur la situation, il botte en touche : « Autant vous savez ce qui s’est passé, autant je le sais, autant tout le peuple burundais le sait. Quand il y a des bruits de bottes et bruit de canons, tout le monde entend et sait que la sécurité est perturbée dans une partie du pays. »

  25   Vos commentaires
  1. Nahimana

    Une SOURCE à ne pas prendre à la légère rapporte qu’il s’agit bel bien des éléments paramilitaires qui se sont  » mutinés  » du fait qu’on leur a dénié l’intégration à la FDN ou à la PNB par ceux-là même qui les avaient recruté, entrainé, financé et équipé. Avec l’impératif pressant de combattre toutes les forces négatives sévissant à l’Est de la RDC, le temps aura manqué au cndd-fdd pour convaincre ses paramilitaires a déposé pacifiquement les armes et à rentrer au pays. Ainsi à l’origine il y a en réalité un désaccord profond sur le statut ( récompense ) qui devait leur être attribué après une mission somme toute de combat au côté de la FDN.
    On aura donc compris que c’est parce qu’il s’agissait d’une gravissime crise interne au sein même du parti au pouvoir, qu’il a été difficile de communiquer au premières heures des attaques. Mais eu égard à l’ampleur du carnage, il sera malgré tout impossible de garder longtemps le voile sur cette triste réalité.

    • Mutima

      « Une source à ne pas prendre à la légère »… La source se prend elle-même à la légère en ne se révélant pas et elle veut que nous, on la prenne à « la lourde »?… Ou c’est vous-même votre propre source???… et vous voulez encore sémer votre mauvaise graine de manipulation?… Révelez votre source Monsieur ou Madame!… Ensuite on décidera si on vous croit, vous et votre source, ou pas!… Bien essayé quand même!

  2. Mbabarempore

    Chers compatriotes .

    Tout ce qui se passe actuellement au Burundi a été d avance écrit par un individu dans un commentaire
    sur le texte:  » ADC Ikibiri yikuye mu mirwi yose itegura amatora » sur Igihe .bi. L interessé a écrit comment ils vont essayer de semer le désordre pour éviter les élections , comment ils vont induire la police dans l’erreur, comment on va décapiter le pouvoir en place, comment ils vont récupérer le parti CNDD-FDD, et l’église du Rocher de madame Dénise Nkurunziza , comment ils se cachent derriere la bible pour espionner le pouvoir DD et ainsi de suite car c est un bon roman! Mais ce qui est très intéressant, ce sont ses deux phrases:  » Turakuzamvye Mukama bame mu ndyane za misi yose ! Umusi borengera ingorane ziri hagati yabo twoba tugowe Mukama twumvire » Inutile mes chers compatriotes de continuer à verser les larmes de crocodile, tout est préparé par vous même.
    Le texte est très long , on ne peut pas tout raconter. Qui veut le lire n a qu à le chercher!!! Et vous saurez qui est derrière ces attaques!

  3. Kaganji

    Eh, Eh…!! aho twari twarabuze ayokuvuga uno munsi, turaronse ivugiro!! Amatitu yo mu Barundi?? Ari politique hoho dusidukana n’iyonka!!! ni tuvuge n’ayamuhe!!!

  4. RUGAMBA RUTAGANZWA

    Si la thèse des IMBONERAKURE impliqués dans les combats est vraiment vérifiée, cela voudra dire qu’effectivement le pouvoir du CNDD-FDD est en train de créer une armée parallèle pour concurrencer l’armée régulière. Dans l’histoire récente de la sous-région, en commençant par les Interhamwe de sinistres mémoires, aucun Gouvernement qui s’est servi de milices ne s’en est sorti vivant… ! Si vraiment les Imbonerakure sont une réalité au Burundi, je vous dis qu’il y en a qui risquent de finir leur vie à La Haye comme Milosevic… !

  5. D’abord j’aimerais féliciter les corps de la FDN de notre pays qui ont écrasé ce groupe sans nom qui un jour à un moment venu on connaitra son nom. Mes remerciements vont aussi au peuple de la province de Cibitoke qui a su collaborer avec notre corps de la Défense Nationale. Et je demanderais le peuple burundais de suivre l’exemple de ce peuple de Cibitoke à n’importe quel moment ou une telle situation se présente.
    Je suis déçu par certains medias, certains opposants et certains membres de la société civile (qui se sont transformés en partis d’opposition) qui montent au créneau pour donner une information qu’ils n’ont pas vérifier et soutenir des rebelles. Je n’ai jamais entendu aucun parti de l’opposition, un membre de la société civile qui dénonce cette rébellion qui n’a pas de nom. Qu’est-ce qu’ils s’accusent? Ou est leur sens de patriotisme? Ce silence nous dise beaucoup de choses. Ils s’agitent pourquoi? Vous vous rappelez de leurs déclarations que ça soit ici au Burundi ou les autres en Ouganda. C’est une bonne piste. Quand Les USA ont été attaqués, tous les partis de la nation ont condamné d’abord cette attaque. Mais dans notre pays, personne ne parle, même les personnes qui parlaient se sont tues.
    Je suis vraiment déçu de voir qu’il y a certaines personnes qui pensent à la guerre. Si nous ne sommes pas capables de véhiculer nos idées, nos programmes politiques, c’est qu’on est incompétent, On arrête la politique et on la laisse à celles qui sont capables de faire. Ce qui est sure maintenant, le Burundi d’hier n’est pas le Burundi d’aujourd’hui. Les Burundais sont capables de défendre leurs acquis de la démocratie, on veuille sur ça et Celui qui ne le voit pas, il est déphasé et c’est le même qui envoie ces jeunes pour se faire massacre par une armée aguerrie et professionnelle. Un politicien doit être un leader et ce dernier ne pense pas a la guerre qui vient tuer sa population mais il protège sa population.

  6. rahan

    Avant on disait :

    « S’il vous plaît quittez la RDC. Vous empêchez nos rebelle d’atteindre le Burundi. Par la même occasion vous nous empêchez d’exister! »

    Et ils se sont retirés de la RDC.

    Maintenant vous dites :

    « Il ne faut pas les tuer! Même s’ils vous tirent dessus, même s’ils sont armés de mortiers et de lance-roquette, capturez-les vivants. »
    Et derrière vous vous dites :
    « Au moins si vous les faites prisonniers, on se débrouillera pour les faire sortir et on recommencera »

    Et pour être sûr d’être entendu, vous nous ressortez(encore!) l’argument de génocide ( voir https://burundi24.wordpress.com/2015/01/04/alerte-un-genocide-est-en-cours-au-burundi/).

    En 2010, à l’époque de Kabirigi et consorts, vous disiez déjà :

    « Non non non! Négociez avec ces gens ! Ils n’ont pas de revendication mais ils sont armés! Pour l’amour de Dieu négociez! »

    Twarabahinyuye basha!

    • duciryaninukuri

      tu es intelligent pe! bien dit!

  7. Mutima

    Fuite en avant de tous ces opposants! Il n’y a pas longtemps on a présenté des rebelles capturés qui avaient dit qu’une guerre se préparait contre le Burundi en RDC.

    Tous les médias et partis de l’opposition sont monté au créneau pour dénoncer un montage! Qui a raison maintenant?

    On connaît la tactique! Si ça foire, c’est pas vous! Si ça réussit, c’est pas vous non plus, mais c’est le gouvernement qui a failli à ses devoirs.

    Maintenant que le gouvernement et les services de sécurité se sont bien acquitté de leur devoir de protéger la population et le territoire national, vous (l’ikibiri et Rwasa et consorts) improvisez en nous servant la même soupe à laquelle vous nous avez habitués.

    Comment pouvez-vous être au courant d’exactions commises sur un champ de bataille interdit d’accès? Répondez à ça et je vous reviendrai avec d’autres questions!

    En attendant, il y a des familles qui ont perdu leurs fils, leurs frères, leurs cousins, et leurs amis à cause de votre soif de pouvoir! Et le pire est qu’à la première occasion, il y en qui vont recommencer! Si vous êtes réellement derrière ça, en quoi êtes-vous différents d’Al Quaïda?

    Uwikeka amabinga aba ayarwaye

    • Bizos

      Et pourquoi des soutiens affamés des miettes offertes par le pouvoir accusent l’opposition alors que ce même gouvernement n’ose pas piper mot. Qu’on nous dise qui ils sont et ça c’est le devoir du gouvernement dont des services sont payés pour ça. Ce n’est pas une question de opposition-vs-pouvoir mais le pays a été attaqué et nous pauvres citoyens avons le droit de savoir pour quel motif et par qui et ceci nous le demandons au gouvernement, pas à l’opposition, pas au CNDD-FDD mais au gouvernement dont les membres sont payés avec nos impôts. Personnellement, j’ai n’ai pas de compte à demander à Léonce Ngendakumana mais à Nkurunziza Pierre que j’ai élu pour assurer ma sécurité.
      Arrêtez de défendre l’indéfendable. Si c’est l’opposition ou quelqu’un d’autre qui est responsable de ces attaques, qu’on daigne nous le dire. Sinon, à quoi servent les services de renseignement qui devraient même avoir écho de cette attaque avant qu’elle ne se produise. Les autorités devraient même avoir honte de dire que les assaillants ne sont toujours pas connus!

      • Mutima

        @Bizos
        Je ne défends pas le gouvernement puisqu’ils n’ont pas besoin de moi pour les défendre. Je ne défends pas non plus l’opposition parce que eux aussi, ils sont capables de se défendre tout seuls. Je ne défends pas non plus une rébellion qui n’existe plus… Mais je félicite notre armée!… Je déplore également une situation qui n’aurait pu se produire, n’eût été l’opposition qui continue de détourner l’attention sur ce Gouvernement alors qu’elle devrait assumer… ou tout au moins offrir des condoléances aux familles qui ont perdu les leurs…

        Ces gens-là n’auraient pas dû mourir si les partis d’opposition avaient adopté un langage non belliqueux envers le parti au pouvoir. Ces gens-là non plus ne pourront jamais me convaincre qu’ils s’attaquaient au parti CNDD-FDD puisque c’est à l’armée qu’ils voulaient s’en prendre. Pourriez-vous, vous qui m’accuser de défendre l’indéfendable, quel(s) tort(s) l’armée a causé aux Burundais (toutes appartenances confondues) depuis l’intégration des FDD et des FNL? Il faut situer le problème à sa place.

        Je le dis et je le répète, ces gens-là sont mort parcque quelqu’un leur a promis mer et monde s’ils acceptaient de rejoindre une rébellion. Et ce n’est ni le parti au pouvoir, ni le Gouvernement et son armée!!!… Alors qui c’est?… Peu importe de qui il s’agit, le seul fait qu’ils s’en soient pris à l’armée me permet de dire qu’ils sont opposés au Gouvenrement. Je parie que leurs commanditaires ne leur avaient pas prévenus qu’ils allaient tous être décimés.

        Les méthodes de manipulation sont connues : le lavage de cerveau, l’exploitation d’une colère créée et entretenu par les manipulateurs qui savent pourquoi ils les manipulent, ménaces diverses de représailles au cas où on ne coopère pas, et même élimination physique de ceux qui oseraient être intelligents en cherchant à contredire les mainipulateurs.

        Et vous savez quoi, il y a d’autres formations terroristes qui utilisent les mêmes techniques de lavage de cerveau : Boko Haram, Al Shabab, Al-Quaeda… Ils envoient des jeunes se faire massacrer ou se faire exploser en leur permettant la sainteté, et des rêves qui ne resteront que… des rêves!!!

        Et en passant, personne du côté de l’armée et de la police n’a dit qu’ils ne sont pas connus! Ils ont saisi des documents leur permettant de savoir qui ils sont, leur nombre et le type d’armes ils avaient, ainsi que leurs chefs. Mais ce qui devraient t’intéresser, c’est qu’on a également ajouté qu’on ne fera pas leur publicité! L’important est qu’ils ont été mis hors d’état de nuire. Moi personnellement cela m’intéresserait de savoir qui ils sont, mais qu’est-ce que j’en ferai?… Ce n’est qu’un détail. S’ils veulent se faire connaître, qu’ils le fassent eux-mêmes… s’ils existent encore.

        S’il n’en tenait qu’à moi, s’il y a des membres des partis d’opposition, de médias et de la société civile qui ont trempé dans ce qui vient de se passer, peu importe qui… je le mettre en pâture auprès des familles de ces gens qui ont été tués, juste pour qu’ils leur demandent pourquoi ils ont envoyé leurs proches se faire massacrer! Mais, ça c’est illégal et j’imagine que ce n’est pas cela que vous êtes en train de réclamer cher @Bizos.

        • duciryaninukuri

          Merci MUTIMA :
          voilà quelqu’un qui ose toucher là où ça fait mal! Merci de nous aider à ouvrir les yeux.
          La guérison des âmes peut mieux réussir en te lisant plus qu’avec ces défenseurs affamés de vengeances, de conquête de prix noble à tout prix car notre situation est propice à ça au lieu de la soif de vérité, de progrès et de démocratie.
          Que voulons-nous chers burundais au juste?

        • Mutima,
          Tu parles des partis de l’opposition, des medias et de la société civile, tous ceux qui te tapent sur le système quoi!!!Isn’it.
          Et bien heureusement que t’es pas décideur au sommet car la justice fonctionnerait en fonction de ton humeur du jour.
          N’oublie pas que les irimentaya sont beaucoup plus maitrisés pas nos amis au pouvoir et c’est pour cela que vue leur expérience en la matière ainsi que le timing idéal pour écarter les opposants dangereux une certaine retenue dans telles affirmations accusatrices s’impose logiquement.
          Quelque chose me dis que si les coupables étaient tes les medias, sociétés civiles et opposants leurs identité et motivations ne seraient pas si jalousement protégés plutôt. Du moins je trouve cela bizarre et inhabituel jusqu’ici.
          Un autre indice un agent de renseignement avait été arrêté à la frontière quelques jours avant les premières attaques munis d’armes pour quoi tu n’en fait pas une piste d’enquête? Soit objectif et n’écarte aucune piste car à l’exception de ceux qui seraient réellement impliqués dans cette histoire, nous autres ne sommes pas à l’abri à de graves surprises quant à l’ l’identité de ces groupes et commanditaires et il est inutile et enfantin d’accuser des gens gratos simplement parce qu’on ne les porte pas dans son cœur.

          Peace !!!

          • Mutima

            @Nzobandora
            On dirait que tu tiens absolument à m’accuser d’accuser les membres de l’opposition et de la société civile. Si tu relis mes commentaires, j’ai pris soin de préciser : « s’il y en a qui sont impliqués… ». Là où je ne l’ai pas écrit ainsi, je parlais des observations que nous connaissons tous : leurs sorties médiatiques à tout-va, qui accusent tout le temps les autorités.

            Nommez-moi un seul pays au monde, à part le Burundi, où quand il se fait attaquer, des médias font l’éloge et la propagande des attaquants qui agressent leur pays! Ailleurs les médias appellent les populations à aider l’armée et la police pour extérminer la vermine qui ménace leurs vies! Et on appelle ceux qui n’aident pas l’armée d’être soit des collabos, soit des traitres! Si on ne les connaissait pas on ne les défendrait pas! C’est simple!

            Tout le monde est en train de réclamer qu’on dise qui étaient ces attaquants. Le porte-parole de l’armée a dit qu’ils ont saisi des documents, mais que ceux qui ont été fait prisonniers ont refusé de dire quoi que ce soit sur leurs identités, leur groupe ou la ou les raisons pour lesquelles ils se battaient. Est-ce que vous le savez, vous? Dites-le nous alors! On ne doit pas se mettre à impliquer qui que ce soit sans avoir mené des enquêtes.

            Tout ce que je sais est qu’il y a des hommes lourdement armés qui ont violé notre frontière nationale et qui se sont retrouvés sur notre territoire. L’armée les a anéantis et c’était son devoir. On s’en fout pour le moment de savoir qui ils étaient ni qui les avait envoyés. L’important est qu’ils ne mettront plus en danger les vies des innocents. Le reste peut attendre, le temps de mener des enquêtes… Vous ne voulez quand même pas qu’ils commencent à citer des noms des politiciens de l’opposition, ou des membres des médias et de la société civile?…. Même s’ils se retrouvent sur ces documents saisis, sans avoir mené des enquêtes au préalable? Ce serait jouer le même jeu auquel s’adonnent ces membres de la société civile, des médias et de l’opposition!!! Et ce n’est ni responsable, ni professionnel!

            Faire comme eux serait plutôt et surtout une bonne occasion de leur donner des prétextes de crier encore pour la nième fois aux montages et aux viols de droits humains, et de salir le gouvernement dans l’opinion autant nationale qu’internationale, par le truchement de leurs résaux. Tenez!… Ils avaient déjà commencé!… et je ne suis pas sûr qu’ils arrêteront pour autant!

            Désolé, mais… je crois que les autorités ont fait le bon choix de ne rien dire. Comme cela celui ou celle qui voudra spéculer, spéculera tout seul! Je félicite et remercie les forces de l’ordre d’avoir court-circuité un scénario déjà en place depuis longtemps!

            Et ne me demande pas comment je le sais! Tout le monde le sait!

            C’est ce qui arrive quand ça arrive!…

            •  » Le porte-parole de l’armée a dit qu’ils ont saisi des documents, mais que ceux qui ont été fait prisonniers ont refusé de dire quoi que ce soit sur leurs identités, leur groupe ou la ou les raisons pour lesquelles ils se battaient  »
              Avec leurs connaisances en moyen de torture penses-tu un suel instant qu’il a été impossible de leur faire cracher leur identité ,commanditaire et objectif??
              Moi pas désolé..

        • Burundi Bwacu

          Now we can tell who is the enemy of our country, there is nothing to hide anymore. If anyone wants to know the type of people who attacked our country, you may go to « http://www.france24.com/en/20150106-video-un-dr-congo-forces-military-operation-burundi-rebels-monusco/? ». Here you will see who are the enemies of our country of Burundi.
          Ndizera neza kwo abateye uburundi muntara ya Cibitoke bazwi, arikwo reta yagize neza kutagirakwo ngo itangaze abaribo; Uwuzobavugira azoba ariwe yabatumye kandi azoba ariwe yatumye abakoze amaraso bakica abo bagabo batatu mubuseruko bw’igihugu c’Uburundi. Uwuza kuraba iyo ‘Site’ araza kumenya abaribo.
          Iwacu, I would like to request that this website, which is France24 that I have added here so that the speculations of the person who attacked Burundi may come to an end, should be allowed to be accessed by the viewers of this News Media.

      • duciryaninukuri

        Quand il y a la guerre je crois que ce n’est pas le moment de philosopher c’est le moment de protéger le peuple: vos idées et vos accusations resteront toujours vides de sens même si elles sont bien présentées je regrette!

    • duciryaninukuri

      Encore une contribution intelligente , très très bien dit!

  8. borntomakelovenotwar

    «L’État d’Israël est un État de droit, avec une armée morale, respectueuse des conventions internationales, et nous protégerons nos soldats tout comme ils nous protègent», a prévenu le premier ministre israélien. Les autorités burundaises devraient aussi sortir un message pareil. Les Forces de Défense et de Sécurité protègent la Nation burundaise et ses frontières. Une rébellion sans nom n’existe pas du tout et s’il en existe un : son nom c’est la TERREUR, et le terroristes n’ont pas de place dans la Société. Parce qu’ils sont tels, ils ont même refusé de dire qui ils sont.

    • Federation

      Espérer que Peter puise agir aussi intelligemment que Bibi, c’est faire preuve de trop d’optimisme ! …mais l’espoir fait vivre dit-on …

      Pour le reste, je suis d’accord avec votre commentaire borntomake… sauf peut-être les derniers mots (« ils ont même refusé de dire qui ils sont. »). Aux dernières nouvelles, ce serait plutôt nos autorités qui font tout pour qu’on ne sache pas l’identité de ces « rebelles ». Allez savoir pourquoi. Aussi, des infos persistantes nous apprennent que la milice IMBONERAKURE est impliquée …Quelque chose est louche dans ce drame en tout cas et explique sans doute le SILENCE des autorités !
      Peut-être que vous, Jean Claude NGENZI, auriez plus d’infos là-dessus … On ne sait jamais …

      • borntomakelovenotwar

        Aussi d’accord sur certains aspects. Comme tout citoyen censé et civilisé, je condamne ferment l’armement de tous civils dont les Imbonerakure. Sous d’autres cieux, cela ne se fait qu’officiellement en rappelant les réservistes qui redeviennent militaires et respectent les mêmes code , principes et comportement de l’armée. Or au Burundi ce système n’existe pas. Mais, comme Israël, dans le cas d’espèce, il faut louer l’action de nos Corps de Défense et de Sécurité, protéger nos militaires comme ils protègent la Nation.

      • duciryaninukuri

        @ si c’est une des voies de dire que le mal n’a pas de nom comme il n’a pas d’amis pourquoi le gouvernement ferait leur propagande si il ne payent pas cette pub? C’est à eux de le faire à qui veut leur rendre ce service. Voudrais-tu réellement connaitre le nom du mal? Au moins tu connais que le mal détruit la vie et notre cher pays ! A toi de soutenir qui lutte contre le mal comme Mandela, martin Luther king, Gandhi, Ndadaye , Rwagasore,… pas d’usage des armes:
        Ces charlatans-gourous-manipulateurs de l’opinion burundaise et internationales penses-tu qu’ils veulent ce que ces nobles personnes-ci haut citées ont soutenus?
        Penses-tu que eux étaient idiots de passer par la voie de la non violence?
        Si quelqu’un ose dire oui (car c’est le Burundi =bon argument peut-être!), penses -tu que le résultats, même après mille ans d’essai pourra un jour égaler le leur?
        Ntawukiza igihugu nawe nyene akigwaye na cane cane arwaye ahica=mu mutima no mu vyiyumviro!!!

    • Quelques questions restent sans réponses ?
      1° Qui a assumé finalement la paternité des jeunes garçons en formations à Kiliba Ondes ?
      2° Combien sont – ils rentrés au pays, combien sont – ils restés ?
      3° Quelle était la finalité de leur formation militaire ?
      4° A qui a -t-on attribué les jeunes attrapés dernièrement dans la forêt de la Rukoko ? Par qui et pourquoi ? Et après que sont devenues leurs affabulations ?
      5° Qui a massacré l’année dernière une trentaine de personnes à Gatumba? A – qui a-t-on tenté de vouloir attribué la paternité de cette attaque et pourquoi ?
      6° Comment plus de 10 militaires en armess puissent se rendre les armes à la main et de faire tuer comme des sourisseaux si ce ne sont que de jeunes reclus (Kiliba Ondes ou ailleurs).
      7° Qui a incendié le marché central de Bujumbura et Pourquoi ?
      8° Qui sont à l’origine des incendies qui se produisent généralement les dimanches sur les marchés de l’intérieur du pays ?
      Lorsqu’on aura terminé à répondre à toutes ces questions qui présentent quelques ressemblances, peut – être qu’on découvrira avec certitude qui serait derrière cette boucherie humaine de Cibitoke et l’immoralité qui l’anime. En attendant continuons à implorer le Dieu de nos ancêtres pour que de vrais patriotes sortent de l’ombre pour prendre les rênes du pouvoir le pays va mal.

      • Mutima

        Attendez là! Vous allez dire cette fois-ci aussi que l’armée s’est attaquée à elle-même? Si c’est le cas, je crois que vous avez besoin d’aller vous faire examiner dans les meilleurs délais!… Sérieusement!

      • duciryaninukuri

        Belle digression !

Publicité