Société

42 directeurs d’écoles secondaires privées grognent contre l’école fondamentale

Ils étaient réunis au Centre culturel islamique ce mercredi 2 octobre, deux semaines après la rentrée scolaire …

Les directeurs des écoles secondaires privées en réunion ©Iwacu
Les directeurs des écoles secondaires privées en réunion ©Iwacu

“Deux enseignants pour une classe sont insuffisants. Ils ne sauraient maîtriser toutes les matières.  Nous voulons privilégier la qualité de l’enseignement et l’honneur des enseignants” , avance Sheikh Haruna Nkunduwiga, directeur du Lycée du Centre Culturel Islamique de Bujumbura.
Et, outre cette remarque sur le nombre de titulaires pour les classes de 7 ème, se pose la question des outils pédagogiques. Les directeurs des écoles privées souhaitent en effet qu’il y ait un point d’approvisionnement en manuels scolaires pour les établissements concernés : “A la Régie des Productions Pédagogiques, il n’y en a pas. Les enfants apprennent magistralement”, déplore-t-on.
D’autant que les documents utilisés par les enseignants contiennent des fautes de fond et de forme : “Nous proposons que les enseignants sur le terrain soient associés pour leur correction”, ont fait savoir les 42 participants à la rencontre.

La réunion des directeurs aura permis de critiquer le ministère de tutelle au sujet de sa position contre le triplement. Sheikh Haruna Nkunduwiga part du constat que certains professeurs préfèrent faire avancer de classe des élèves qui devraient plutôt tripler, préférant leur éviter les déboires de se voir refusés le diplôme d’établissement conséquent au triplement : “Autant les faire tripler du moment que les places sont disponibles et que les enfants sont prêts à faire l’année trois fois !”

Pour rappel, l’école fondamentale a débuté avec la rentrée scolaire de septembre. Elle prévoit 9 années pour l’école primaire au lieu des 6 jusqu’alors en vigueur.

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Katihabwa Joseph

    La méthode à la va-vite est à éviter! Yarihuse, ivyara ibihumye!!
    Il faudrait rectifier à temps et ne pas persister dans l’erreur!
    Bien éduquer nos enfants, c’est construire le Burundi de demain!
    Il serait bon que les cours soient enseignés par ceux qui ont une formation appropriée dans le domaine! Il existe des personnes formées dans ces cours qu’on veut faire assuer par des personnes non spécialisées! Le modèle adopté au Rwanda peut inspirer les décideurs du Burundi!

  2. Burihabwa

    Umuhini mushasha utera amabavu ariko uko umuntu abandanya awurimisha uraruha ukoroha. Ntitwihebure rero ico kibazo sic uburundi gusa nico isi yose. Le Burundi n est pas une île.

  3. Burundi

    reka tuvyizere!mais ma question niyi,si on parvient à appliquer correctement le nouveau système dans 5 ans ,va-t-on sacrifier les 5 premières promotions?

  4. peu a peu on peut peut-etre qu’il aurait amelioration dans les annes avenir .

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

De la ténacité à l’hémicycle

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur De la ténacité à l’hémicycle

Mardi 11 septembre, les parlementaires se réunissent à l’hémicycle de Kigobe. Ils débattent le deuxième rapport de la Commission d’enquête des Nations Unies sur la situation des droits de l’Homme au Burundi du 5 septembre. Ce dernier a accusé Bujumbura (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

344 utilisateurs en ligne